Antoine Gérard : « Côtoyer Jason m’apporte beaucoup »

COMBINE – Révélation de l’hiver dernier sur la coupe du monde de combiné nordique, Antoine Gérard rêve en grand des Jeux olympiques. Mais vise surtout à progresser dans son sport.

 

 

Antoine Gérard, abordez-vous d’une façon particulière cette saison olympique ?

Pour l’instant dans la préparation, je ne le sens pas plus que ça à part qu’on a plus de stages et un peu plus de moyens pour la préparer. Mais dans l’état d’esprit, je n’y pense pas plus que ça. Je suis encore assez jeune et chaque saison, je me concentre surtout sur la progression et l’évolution de mon niveau. Je n’ai pas atteint ma maturité sportive donc ne me fixe pas forcément d’objectifs précis. Je cherche à donner le meilleur de moi-même, sans pression et être au mieux…

 

Cet hiver, vous avez passé des caps importants avec des tops 10 notamment en coupe du monde. Comment voyez-vous la suite ?

C’est certain que je souhaite continuer à faire de bons résultats comme ceux-là, même mieux. Je compte bien faire d’autres tops 10, voire me rapprocher des cinq meilleurs et in fine, du podium. Au delà du classement, top 10 ou autre, je retiens surtout que j’ai réussi à jouer devant en étant pas si loin que ça du podium. C’est surtout cela qui me motive, se rapprocher de la tête de course. A chaque fois que je suis parti devant en saut, j’ai pu tenir avec les meilleurs. C’est là dessus que je veux travailler : élever le saut pour partir devant puis élever le niveau du ski pour y rester !

 

 

Chaux-Neuve est vraiment un rendez-vous à part

 

 

La route vers la Corée passe par la coupe du monde de Chaux-Neuve où vous avez brillé en janvier dernier. Un moment particulier ?

Chaux-Neuve c’est vraiment génial, un rendez-vous à part dans le calendrier. Un rendez-vous important dans l’hiver qui me tient à coeur, à l’image des Jeux. Tout le monde est là, nous connait. En haut du tremplin, tu sais que les gens sont là pour toi.

Cette attente vous porte ou vous inhibe ?

Ça me porte mais me stresse en même temps. L’an passé, le premier jour fut stressant et difficile au tremplin. Mais ça m’a relâché pour le ski et surtout pour le concours du dimanche. Le ski passe tout seul dans une ambiance pareille.

 

Cette année, vous vous entraînez avec Jason Lamy Chappuis avec qui vous échangez beaucoup…

Oui, je l’avais déjà côtoyé un petit coup à Falun où je disputais mes premiers mondiaux. J’étais tout jeune et avais fait chambre commune avec lui, j’avais adoré ces moments… Deux ans après, il n’a pas changé. Il est toujours de bonne humeur, de bons conseils, joyeux, c’est un ami à Bois d’Amont. Il a une expérience riche et entre les entraînements, il m’apprend beaucoup.

 

De quoi rêvez-vous pour ces JO ?

Je rêve déjà de les faire ! Ensuite, je rêve d’une médaille. Je ne me fixe pas de limites individuellement. Collectivement, le but serait de disputer le relais et y décrocher une médaille. Tout dépendra aussi du début de saison : si je réussis un podium en coupe du monde, je reverrais mes objectifs à la hausse (rires).

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.