Bilan – Martin Fourcade seul au monde

BIATHLON – Le rideau est retombé sur la saison de coupe du monde 2016-2017 avec un nouveau succès de Martin Fourcade au général. Un sixième consécutif… Le bilan de la coupe du monde masculine.

 

 

A tout seigneur, tout honneur. Nordic Magazine vous propose ce début de semaine de faire un point sur les coupes du monde des sports nordiques. Honneur au biathlon masculin avec un champion hors normes, Martin Fourcade.

Cette année, le Français est devenu le premier biathlète à remporter six fois consécutivement la coupe du monde au terme d’une saison où les superlatifs ont parfois manqué pour commenter ses courses. Avec 14 victoires, il a égalé le mythique record de la Suédoise Magdalena Forsberg. Il est le meilleur tireur du circuit avec 90% de réussite soit 459 tirs réussis sur 506 tentés ! Cinq médailles aux championnats du monde à Hochfilzen et cinq globes, dont le gros naturellement, parachèvent un hiver tout simplement stratosphérique. Un grand chelem exceptionnel, un de plus…

Martin Fourcade a écrit cette année une des plus pages de l’histoire de son sport. A l’apogée de son art, dominateur sur la piste, derrière la carabine et ayant une incroyable emprise psychologique sur ses concurrents, “Fourcador” a été quasiment tout l’hiver à 100% de ses possibilités. Il n’y a finalement que lors des mondiaux qu’il a ouvert quelques portes, la faute à un tir à peine moins précis.

Au final, il s’impose avec une avance de 404 points sur son dauphin Anton Shipulin et 510 sur Johannes Boe ; les deux plus solides adversaires du Français cette année, hormis une belle équipe d’Allemagne dense et homogène. Mais les rivaux de Fourcade ont tout simplement manqué de précision et de régularité pour jouer avec lui… Le Français a aussi pris des marques très intéressantes sur le stade de Pyeongchang en vue des prochains Jeux olympiques.

 

 

Fourcade au sommet. Et derrière lui ?

Malheureusement, le groupe France de Stéphane Bouthiaux n’a jamais réussi, ou si rarement, à se hisser au niveau de son leader. Contrairement à l’an passé où des coups d’éclat étaient survenus dans l’équipe hommes, cet hiver mi-figue, mi-raisin laisse quelques regrets. Jean-Guillaume Béatrix, deuxième Français au général, est en effet 15e. Mais l’Isérois, s’il s’est montré sur les mass-start, un format qu’il adore et qu’il a terminées 6e à Antholz et 7e à Oslo, n’a pas réussi le gros coup qu’il visait. Sa régularité dans le top 20 symbolise toutefois une bonne saison. Il a aussi beaucoup apporté dans le relais avec deux victoires à Pyeongchang et Pokljuka.

Quentin Fillon-Maillet, qui avait l’an passé tutoyé les sommets, n’a pu confirmer son éclatante saison. 20e mondial, le Jurassien est monté sur deux podiums individuels : la poursuite de Nove Mesto et la mass-start d’Antholz. Monté sur le podium collectif à de nombreuses reprises, notamment deux fois aux mondiaux, le biathlète de St-Laurent-en-Grandvaux a montré qu’il était présent sur les skis. Mais son irrégularité face aux cibles l’a souvent privé de belles performances.

 

Simon Desthieux lui aussi attendait mieux que ça après sa belle saison. 25e mondial, le biathlète de Hauteville s’est illustré dans les relais victorieux en Corée et à Pokljuka, mais individuellement, il a toujours manqué d’un rien pour monter sur la boite. 6e sur la poursuite de Pyeongchang, 8e du sprint d’Ostersund, 9e du sprint à Oslo, a lui aussi manqué de précision face au pas de tir pour espérer meilleur classement final.

Logiquement, on retrouve ensuite Simon Fourcade (38e) qui a vécu une saison en dents de scie. Parti sur les chapeaux de roue lors des épreuves de Sjusjoen, on imaginait qu’il allait sortir LA saison après laquelle il court depuis quelques années… C’était sans compter sur une toxoplasmose qui l’a mis à plat tout le début d’hiver. Revenu sur le circuit, il a été éconduit par le staff français lors des mondiaux de Hochfilzen. C’est finalement sur le week-end d’ouverture à Ostersund qu’il a été le meilleur, preuve qu’il avait fait le job l’été dernier…

Enfin, Fabien Claude ferme le classement du 5 majeur français. 55e avec 67 points, le Vosgien, régulier sur les skis, l’a moins été derrière sa cara. Gageons toutefois qu’il aura beaucoup appris sur cette saison à cotoyer l’élite mondiale. Ses meilleurs résultats : un 25e place sur l’individuel des mondiaux (où il remplaçait Simon Fourcade) et une belle remontée à la 23e place lors de la poursuite d’Oberhof…

Antonin Guigonnat a également marqué des points à Oberhof (38e du sprint, 32e de la poursuite). Aristide Bègue a inauguré sa première cape en équipe de France. Emilien Jacquelin, très régulier en IBU cup, comme ses deux compères du circuit B, visera peut-être une place dans l’équipe A la saison prochaine…

 

Photo : IBU et Agence Zoom –

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.