En Savoie Mont-Blanc, le nordique génère 16 millions d’euros

 

 

NORDIQUE – Savoie Mont-Blanc, Haute-Savoie Nordic et Savoie Nordic ont restitué une etude présentant les activités Nordiques comme « une composante essentielle pour l’avenir de la saison d’hiver » sur leur territoire. Le point en quelques chiffres clés.

 

 

Le nordique, au sens large des activités qu’il regroupe, est une réalité économique depuis toujours. Avec des hauts et des bas au fil des années, il s’impose désormais de plus en plus dans le paysage blanc de nos massifs français. Pour en cerner les contours et dresser des pistes de développement, Savoie Mont-Blanc, Savoie Nordic et Haute-Savoie Nordic ont commandité une longue etude aux cabinets G2A et Altisens. Et en présentaient une restitution ce jeudi à Chambéry en marge du Festival international des metiers de la montagne.

 

Menée sur une grande partie des 37 stations concernées, soit des sites mixtes alpin / nordique, soit des sites uniquement tournés vers le nordique, cette etude, conduite tous les 10 ans environ, a suscité de nombreuses réponses : 5223 précisément. Ces personnes se sont prêtées au long questionnaire d’environ 20 minutes destiné « à definir des profils type des consommateurs d’activités nordiques, cerner leurs comportements et surtout leurs attentes ».

savoie-cndn-balade

 

Principal enseignement : le nordique est un marché de multi-pratiquants : 64% des fondeurs font aussi du ski alpin, 55 % des fondeurs pratiquent au moins 2 autres activités, et 32 % jusqu’à 5… Le marché est réparti entre les excursionnistes qui skient à la journée (66 %) et les séjournants (en vacances).

 

Quatre activités sortent clairement du lot : le ski (classique ou libre), la balade en raquettes et la balade sur chemin damé. Voici le profil des excursionnistes qui sont plutôt des locaux choisissant leur site pour la qualité globale du domaine, et l’offre dudit site aussi bien en alpin qu’en nordique.

 

savoie-cndn-raquette

 

Le profil du skateur

Plutôt homme / 46 ans / cadre / salaire moyen 3600 euros / dépense 420 euros pour son équipement / niveau confirmé à expert / motivations : entrainement et sport / 24 sorties par hiver / affinités avec le trail et le cyclisme

 

Le profil du “raquetteur”

Homme – femme / 52 ans / 3000 euros de revenu / plutôt jeune retraité / pratique entre amis / découverte de la nature / sport bien-être / 380 euros dépensés pour son materiel

 

Le profil du classiqueur

Homme – femme / 51 ans / revenu de 3300 euros / jeune retraité / santé et bien être / 380 euros investis dans le materiel

 

Le profil du promeneur sur chemin damé

Plutôt femme / 51 ans / Revenu légèrement inférieur à 3000 euros mensuel / sortie loisir, contemplation, découverte, bien être

 

Pour beaucoup, les attentes à satisfaire sont de l’ordre des commodities : toilettes, buvette sur place, poubelles, aire de pique-nique, douche, zone d’information…

savoie-cndn-balade

 

Multi-pratiquants chez les séjournants aussi

 

Chez les séjournants, ce sont aussi des mutli-pratiquants ski alpin / nordique. On retrouve une parité hommes – femmes, d’environ 53 ans; 3200 euros de revenus mais provenant d’horizons géographiques très variés (19 % de l’Ile de France). Ils pratiquent deux fois plus la balade et deux fois moins le skating que les “locaux”. Leur niveau est debutant / intermédiaire.

Et pour eux, le prix est clairement un levier décisionnel au moment de choisir entre nordique et alpin. Pour 68 % d’entre eux, la motivation première est la santé et le bien-être. Rien de très nouveau sous le soleil ont réagi certains professionnels.

 

Mais ils n’ont pu nier l’impact économique grandissant du nordique sur le territoire :

 

  • Un euro investi en forfait nordique génère 4,2 euros de dépenses supplémentaire pour un excursionniste et 8,4 euros pour un séjournant.
  • Estimation sur Savoie Mont-Blanc : 1 050 000 journées pour les quatre activités nordiques principales
  • Soit 16,4 millions d’euros générés par le nordique, soit 40 % du chiffre d’affaires national du nordique et l’équivalent du chiffre d’affaires d’une station comme celle de Megève.

 

raquettesneige

 

Compte-tenu de la moyenne d’âge des pratiquants, du vieillissement attendu de la population (les + 60 ans représenteront 32% de la population en 2050), du réchauffement climatique (où le ski de fond et le nordique peuvent tirer leur épingle du jeu plus facilement que l’alpin) et une accessibilité en termes de tarifs (quatre fois moins cher que l’alpin), les acteurs du nordique sont confiants sur les potentiels de développement de l’activité. « Le ski alpin reste une porte d’entrée promotionnelle pour la conquête de la clientele nordique, la communication doit avantage être orientée montagne plutôt qu’activités nordiques », concluait l’étude.

Reste maintenant aux acteurs à mettre en place les préconisations…savoie-cndn-luge

Photos : CNDN –

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.