Ivan Perrillat : «Chercher plus de plaisir et moins de pression»

SKI DE FOND – Médaillé olympique à Sochi, Ivan Perrillat va se concentrer aux longues distances cet hiver au sein du Haute-Savoie nordic team. Entretien exclusif.

Cette nouvelle saison, vous vous concentrez à 100% sur les longues distances. Qu’est ce qui a motivé votre choix ?

C’est l’envie de voir autre chose que le circuit coupe du monde, coupe d’Europe et toute la pression liée aux sélections. L’envie de découvrir d’autres courses. Toutefois, sur ce début de saison, j’envisage de jouer les sélections pour la coupe du monde de La Clusaz, chez moi. C’est une course qui me tient à coeur. Comme c’est programmé en début d’hiver, ça ne me pénalisera pas pour les longues qui débutent un peu plus tard, en janvier. Je souhaite jouer le classement général de la Wordloppet.

Votre nouvelle paternité a-t-elle joué un rôle dans cette décision ?

Pas vraiment car j’avais pris ma décision avant d’être papa. Mais plus ça va et plus je me rends compte que j’ai pris la bonne décision. Partir longtemps commence à me peser, partir à droite à gauche durant tout l’hiver me paraît aujourd’hui plus compliqué avec la petite.

Ivan Perrillat avec Jean-Marc Gaillard, Robin Duvillard et Maurice Manificat, médaillée de bronze olympique.

Ivan Perrillat avec Jean-Marc Gaillard, Robin Duvillard et Maurice Manificat, médaillés de bronze olympique à Sochi.

Pas de regrets ou de remords de tourner le dos aux championnats du monde ou aux Jeux olympiques ?

Non, pas du tout. Je pense que j’ai fait le maximum que je pouvais. La médaille à Sochi reste un super moment. Durant les deux années qui ont suivi, j’étais dans les meilleures conditions pour me préparer, ça n’a pas marché donc cette saison, je vais chercher plus de plaisir et moins de pression.

Des courses longues distances vous font-elles rêver ?

L’an passé, j’en ai fait pas mal. J’ai l’Engadine et la Transjurassienne en tête bien sûr. Ma dernière Engadine s’est pas très bien passée, la Transju a été annulée, j’ai coché ces deux courses dans le calendrier.

En restant donc dans votre spécificité de “skateur” ?

Je sais que c’est mon point fort par rapport au classique où j’ai encore des lacunes, notamment en poussée. J’ira sans doute voir une ou deux courses en classique comme la Marcialonga, histoire de voir quel niveau on a par rapport aux meilleurs spécialistes.

ivan_perrillat_ete

Les longues, c’est aussi un terrain de jeu concurrentiel avec notamment les Français et Suisses du team Gel Rossignol…

Oui, ils ont de bons coureurs, ce sera une belle bagarre. On a aussi une belle équipe, ce serait bien de jouer le classement avec d’autres teams internationaux. ça s’annonce comme une belle saison.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.