La Maille #2 : Hommage à Sagan

RUBRIQUES – Nouveau : chaque jeudi, Clément Mailler pose les skis pour prendre la plume et nous livrer ses chroniques ciselées.

 

 

Vous le savez déjà sans le savoir, et cette fois-ci ça ne va pas bientôt vous échapper. Vous l’avez vu sans vous en apercevoir, ça saute aux yeux mais ça reste derrière l’écran, comme derrière la fenêtre… les couleurs changent. Nordic Mag passe du rose au bleu comme dehors les feuilles passent du vert au rouge. Verre de rouge que je prendrais bien pour m’inspirer, car pour l’instant à bout de souffle, ma feuille est blanche. Et oui en cette saison je suis dur de la feuille, déréglé par le son-automne. 

Alors quel est le programme du week-end ? Il y a bien la course de Rollerski la Romain Claudon samedi. Mais épargnons nous l’émoi d’octobre, même si il y en a qu’un, de mois, et irremplaçable, en parlant de lui surtout. Émoi et moi et moi et ma feuille blanche, bout d’arbre qui fait nature morte. 

On va parler de Bergen, c’est pas vu de Norge mais vu de la télé. Cette bourgade norvégienne qui n’a donc pas accueilli les championnats du monde de ski mais de cyclisme.

Aaaahhhh Bergen ! Ville île portuaire de l’ouest de la Norvège qui fût appelée jadis Bjoergen, oui avant qu’elle se Marit. Pour ceux qui ne connaissent pas et pour vous planter le décor, c’est un peu comme si Le Havre était sur l’île d’Oléron avec le climat du nord de l’Ecosse. 

Ces championnats qui, encore une fois ou plutôt trois fois, ont sacré le roi de la petite reine… Sagan ! 

On ne parle pas de Carl Sagan, astronome qui est maintenant dans les étoiles, spécialiste de la vie extraterrestre (c’est Wikipedia qui me l’a soufflé). On parle de l’extraterrestre lui même, Peter, qui n’a pas eu la chance au court de sa carrière de rencontrer Armstrong. Contrairement à son homonyme qui, lui, Armstrong, l’a vu sur la lune. 

Peter Sagan a donc conquit le trône sans avoir de problèmes de selle. 

Bonjour tristesse… c’est de Sagan et c’était écrit d’avance, pour ceux qui l’on lu, mais ça date… Je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître. Mais on ne va pas écrire un drame de son crime contre l’immunité. 

Plus à l’aise sur les classiques, vous ne verrez pas Sagan sur la montée du Semnoz non plus, c’est en skate. Mais si vous préférez les petites roulettes, accrochez vous, les semaines qui arrivent seront riches. 

À jeudi prochain, si vous n’êtes pas chasseur, et sans vous en dire davantage. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.