Legends race : le récit de Sandrine Bailly à Minsk

BIATHLON – De grands noms du biathlon mondial ont participé ce dimanche à Minsk à la course des légendes organisée par Darya Domracheva. Six Français étaient du voyage dont Sandrine Bailly qui livre ici un récit exclusif.

 

MINSK 2016…

 

Fin avril, mail de Darya Domracheva pour une invitation à la 2e édition de la « Legend race » à Minsk. Les retours de Florence Baverel et de Vincent Defrasne étaient positifs, alors Ok, pourquoi pas ? « Legend race » : le nom est pompeux, je ne sais pas si les organisateurs se rendent compte que nous avons arrêté depuis un certain temps pour la plupart et que nos vies n’ont plus rien à voir avec celles des athlètes de haut niveau…

C’est avec trois sorties de ski roues au compteur (en 6 ans…) et 50 balles tirées avec la carabine de Flo que je débarque à Minsk, mais comme Sylvie Becaert dit : « Nous misons tout sur la fraîcheur !!! »

C’est avec beaucoup de plaisir que nous nous retrouvons, une belle occasion de connaître l’actualité de chacun. Nous parlons peu du passé finalement.

Comme d’habitude dans les pays de l’Est, le budget semble ne pas avoir de limites, nous sommes chouchoutés avec toujours cette même volonté de donner une image positive, quitte à surjouer un peu. Une même question revient souvent : « Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné ?   »

 

« THE » Race

 

Le stade de Minsk a été entièrement refait il y a trois ans et pas de demi mesure ! Il est digne d’une coupe du monde : les pistes de ski-roues sont agréables et difficiles, le site est bien pensé. Nous nous doutons bien que derrière cette course d’anciens se cache la volonté de poser les fondations de candidatures futures à des évènements de grande ampleur.

J-1 : c’est l‘entraînement. Maitre mot : l’ADAPTATION, l’équipement totale nous est prêté. En une heure, nous réglons nos carabines tant bien que mal, nous reconnaissons la courte mais bien assez longue boucle, nous enchaînons quelques tirs afin de maitriser au mieux « la bête ». Derniers tours entre filles, comme au bon vieux temps, nous nous plaignons un peu: «  8 tours demain… ils ont allongés la boucle, ça va piquer… »

Katrin Lang nous dépasse à fond la caisse… Pff, intox. A moins que ?

 

legends race

Jour J : 2h30 de signatures d’autographes en guise d’échauffement du poignet et cette impression d’être téléporté dans le passé avec cette arrière pensée étrange de ne plus être à notre place. Néanmoins, les sourires sont là, la joie des gens est sincère, ils sont connaisseurs, ils aiment ce sport, ils aiment leur star Darya. Domracheva (qui devrait accoucher début octobre).

Ils sont 15 000 en tribune aujourd’hui. Nous avons même le droit à la visite du président de la République, Alexandre Loukachenko (On imagine mal François Hollande débarquer sur la coupe du monde du Grand Bornand).

Puis tout s’enchaîne : essais de tir, échauffement, départ… La petite montée d’adrénaline à 30 secondes du coup de pistolet refait surface, les réflexes reviennent, nous nous prenons au jeu, à notre niveau bien sûr. Autant vous dire que ça pique assez vite les jambes.

Katrin Lang file et gagne, ce n’était donc pas de l’intox… Marie-Laure 2e. Une évidence : La fraîcheur est nécessaire mais sans entraînement, pas de miracle, ça ne gicle pas dans les bosses ! Chez les hommes, la meilleure perf revient au revenant Russe Tarasov, 51 ans (ce qui mérite un bon cambrage, je trouve).

 

 

Ce qui m’a impressionné alors ???

 

– Cette volonté de grandeur en donnant une image positive de leur ville, leur pays.

– L’organisation millimétrée de ces 2 jours bien remplis.

– La propreté de la ville.

– Cet attachement omniprésent aux valeurs du sport pour la jeunesse avec un président impliqué au développement des infrastructures.

Aucun doute que Minsk est parée pour former de futurs champions… A suivre

 

minsk_7 minsk_6 minsk_5 minsk_3 minsk_2 minsk

 

Les photos d’Andrei Ivanov

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.