Mickaël Philipot : « la meilleure saison de ma carrière »

Mickaël Philipot n’est pas près d’oublier l’hiver qu’il vient de vivre. Membre du Haute-Savoie Nordic Team, le fondeur du Pays rochois a disputé deux étapes de coupe du monde, une à domicile, l’autre en Suède.

 

 

Peut-on dire que la saison qui vient de s’achever est la plus belle de votre carrière ?

Oui, c’est indéniablement la meilleure saison de ma petite carrière. J’ai pris beaucoup de plaisir à la vivre et à découvrir de nouvelles choses dans mon sport (coupe du monde, Universiades…). Elle restera longtemps gravée dans ma mémoire !

 

Bien sûr, il y a eu la coupe du monde de La Clusaz. Comment avez-vous vécu cette étape française qui marquait votre première participation à ce niveau de compétition ?

La participation à la coupe du monde de La Clusaz était le gros objectif de ma saison et la vivre a été encore plus fort que je ne me l’étais imaginé. L’ambiance incroyable, les amis, la famille au bord de la piste m’ont fait vivre un véritable rêve ! Quand j’étais plus jeune, j’avais vécu cette course avec mes yeux de spectateurs. Avoir la possibilité de pouvoir y porter le dossard un jour était tellement irréel !

 

Vous finissez à la 36e place. A rien de vos premiers points, donc. Frustrant ou encourageant ?

Cela a été très encourageant pour moi. Je n’avais pas la prétention d’avoir le top 30 comme objectif dès ma première coupe du monde, ce qui m’a permis d’arriver un peu plus serein aux festivités. Je pense avoir assez bien géré la pression que l’épreuve me provoquait. Ce fut un peu moins le cas pour le relais du lendemain.

 

Et Ulricehamm en janvier : qu’est-ce que cette sélection a représenté pour vous ?

Pour moi, cela a été comme une confirmation de mes capacités et je pense qu’elle m’a permise de prendre davantage confiance en moi. L’envie d’en voir plus m’a poussé vers l’avant et je suis très heureux d’avoir pu avoir cette nouvelle expérience à l’étranger, devant le public suédois. Malheureusement, le résultat a été loin de mes attentes. Ce n’est, j’espère, que partie remise !

 

 

En OPA aussi, vous avez réussi de belles choses. On pense tout de suite à votre deuxième place à Planica.

Oui, bien sûr, l’OPA de Planica a été un week-end déterminant dans ma saison car c’est elle qui a permis ma sélection d’Ulricehamn. J’ai aussi réussi mon premier podium en OPA (junior comme senior) après avoir tourné longtemps autour. Ce week-end a donc une saveur particulière.
Mes objectifs seront surtout de réussir à retourner plus durablement en coupe du monde.

 

La victoire, vous êtes allé la chercher lors d’un Samse national tour à Chaux-Neuve. Pour vous, c’était important de briller aussi sur le circuit français ?

Me démarquer sur le circuit national était important pour moi, déjà pour le mental, surtout après un week-end moyen en coupe d’Europe. Revenir se confronter sur ce circuit est souvent un bon moyen de retrouver la confiance et de pouvoir mieux préparer la suite.

 

 

 
Qu’est-ce qui, au final, a manqué à votre hiver ?

Les performances en style classique m’ont fait défaut et je pense que c’est le point sur lequel je dois le plus travailler. Sinon, je dirai peut-être un peu de fraîcheur en fin de saison, même si je sens une amélioration par rapport aux saisons précédentes. La gestion tardive d’une blessure aux pieds a rendu un peu difficile le déroulement de ma saison, mais j’ai su m’adapter pour pouvoir quasiment toujours m’entrainer normalement.
Un petit pincement au cœur pour les Universiades qui n’ont pas du tout été aà la hauteur de mes attentes, suite à différents facteurs. Mais je garderai des souvenirs impérissables avec le reste de l’équipe qui sont pourquoi j’aime ce que je fais et que je garde foi dans le ski.

 

Avant la reprise, ce sera vacances ou études ?

Avant le reprise, c’est vacances et un peu d’études tout de même. Je suis en licence professionnel Management de la Fonction Commerciale à l’IUT d’Annecy-le-Vieux et il me reste encore un peu de travail avant de pouvoir la valider.

 

La prochaine saison est importante. Nous entrons dans une année olympique. Une ambition ?

La saison prochaine a bien sûr beaucoup d’intérêt avec notamment les Jeux olympiques, mais je préfère ne pas trop y penser et aborder les choses sans pression, comme je l’ai fait cette année. Mes objectifs seront surtout de réussir à retourner plus durablement en coupe du monde. Qui vivra verra !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.