Lahti : Alex Harvey champion du monde du 50 km

SKI DE FOND – Les Mondiaux de Lahti ont sacré Alex Harvey champion du monde du 50 km libre. Il s’agissait de la dernière épreuve d’une quinzaine au cours de laquelle la France n’aura gagné qu’une seule médaille de bronze.

 

Alex Harvey a remporté, dimanche, le 50 km libre des Mondiaux de Lahti. Il a battu Sergey Ustiugov et Matti Heikkinen à qui ont été remis médaille d’argent et médaille de bronze.

Très tôt après le départ, le Norvégien Anders Gloeersen a pris l’initiative de partir en solo. Pendant la dizaine de kilomètres disputée en solitaire, il a eu jusqu’à une vingtaine de secondes  d’avance sur le peloton. L’athlète allait jouer devant dans une distance qui lui convient généralement bien. A Falun, il avait remporté en 2015 sa première médaille mondiale en terminant troisième du 15 km libre.

Au-delà, les Russes ont pu reprendre les choses en main. Menés par Alexey Chervotkin et Sergey Ustiugov, les leaders ont dû fournir un effort pour, après 40 minutes de course, avaler le fondeur dont on se rappelle qu’il avait remporté l’Engadine en 2014.

A mi-course, une vingtaine de skieurs progressaient devant. Tous les favoris figuraient encore dans les effectifs, dont trois des quatre tricolores engagés.

 

Parisse chez les grands

Cette configuration ne bougea pas jusqu’au 35 km. C’est à deux tours de l’arrivée que Martin Johnsrud Sundby prit alors l’initiative. Comme il sait si bien le faire, le Norvégien accéléra le rythme, ce qui contraignit ses adversaires les plus intimes dans cette mass-start à se replacer.  Jean-Marc Gaillard tenait bon. Maurice Manificat et Clément Parisse fournissaient un gros effort pour ne rien lâcher.

 


Dans ce camp français, on soulignera au passage la performance du jeune Mégevan.  Dans l’épreuve la plus en vue des mondiaux de Lahti, le Haut-Savoyard de 23 ans a réussi à skier aux côtés des meilleurs internationaux.

 

 

Les derniers kilomètres furent plus compliqués pour les hommes de François Faivre, alors que, de nouveau, on retrouvait Alexey Chervotkin aux commandes, suivi du Canadien Alex Harvey et du Norvégien Sjur Roethe. Le peloton, où demeurait encore l’étonnant Anders Gloeersen, demeurait très compact. A cinq kilomètres de l’arrivée, rien n’était donc écrit.

 

Au sprint

L’avantage était désormais à ceux que l’on appelle les « finishers ». Comme ce fut le cas pour les dames la veille, les deux derniers kilomètres furent décisifs. Sundby était à la manœuvre, gagné plus que jamais par l’envie de décrocher sa première victoire à des championnats du monde. Mais Harvey et Ustiugov pouvaient l’en empêcher. C’est d’ailleurs en tête que le Canadien pénétrait dans un stade soulevé par l’incertitude du dénouement.

Le Québécois était finalement le plus fort dans ce sprint final, au détriment d’Ustiugov et du Finlandais Matti Heikkinen. Sundby finissait à la cinquième place. Manificat occupait le 9e rang, Clément Parisse le 16e, Jean-Marc Gaillard le 21e, Robin Duvillard 25e.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.