Ruka – Les sprinteurs entre déception et frustration (réactions)

sprint-maurice-manificat

SKI DE FOND – Il y a de la déception et un brin de frustration dans le camp tricolore après le sprint de Kuusamo où les bleus ont échoué en qualifications pour une poignée de dixièmes…

 

Ils s’attendaient à une rude bagarre pour la qualification, ils ont été servis. Les skieurs de l’équipe de France ont manqué leur première qualification de la coupe du monde… pour quelques dixièmes de secondes. Baptiste Gros, Maurice Manificat et Richard Jouve terminent dans la même seconde que le trentième. Pas parfois, comme le remarquait l’entraîneur Cyril Burdet, les dixièmes penchent du mauvais côté.

Les réactions des bleus :

Lucas Chanavat

« La trace était très fuyante, difficile à skier pour nous qui n’avons pas l’habitude de cette texture de neige. On a toujours un peu de mal à s’adapter… Personnellement, je ne suis pas en super forme, embêtée par une angine depuis jeudi. Je n’ai pas pu m’exprimer au maximum, n’ai pas dû développer ce que je voulais mettre en place et gagner du temps là où je suis fort d’habitude. J’espérais meilleure découverte de cet endroit, que ça allait basculer dans le bon sens ce matin. C’est une super piste, on va se préparer pour être fort ici dans les années qui arrivent. Tous les athlètes sont présents avec une grosse envie sur cette ouverture. C’est d’autant plus frustrant de ne pas s’être qualifié. »

 

Alexandre Pouye

« Je découvrais la coupe du monde de sprint, ici, tout en découvrant la Laponie, le Grand nord et son ambiance si particulière. Hier, on a vu le lever et le coucher du soleil en même temps (rires)… Aujourd’hui, la neige tombante nous a posé problème, ce n’est vraiment pas la même que chez nous. Je me sentais bien physiquement, j’étais bien en rythme sur le plat mais j’ai perdu beaucoup trop de temps sur les bosses, là où habituellement je suis à l’aise. En tout cas, ça donne envie de revenir en coupe du monde… »

 

Maurice Manificat

« Entre la 17e et la 44e, il y 2 secondes, je suis à 28 centièmes de la qualif, c’est dire si c’était disputé. Ma course, c’est demain, mais j’aimerais un jour passer la qualif de Kuusamo. Physiquement, ça répond bien. La piste s’est très vite dégradée, mais c’était le cas pour tout le monde… On voit que les Norvégiens placent deux remplaçants sur le podium, ça arrive souvent. Ils ont un tel vivier ! De mon côté, je me concentre sur le premier 15 de la saison. Je suis impatient, ça m’a fait du bien de courir aujourd’hui. Hâte d’y être surtout que j’ai assez d’affinités avec ce lieu où je viens depuis huit saisons. Surtout qu’en classique, je me fais de plus en plus plaisir. Je vais partir pour jouer le podium. »

 

Baptiste Gros

« Ce soir, c’est un mélange de frustration et d’incompréhension mais également d’envie pour la suite car on n’a pas envie de rester là-dessus. Physiquement, on était bien aujourd’hui. On apprend encore sur ces neiges. On doit en tirer des enseignements pour Lillehammer et Davos. On cherche à tourner la page tout en tirant le positif du jour. On s’attendait à une grosse densité sur cette épreuve. Je me rends compte de certaines erreurs techniques que je pourrais corriger dès la prochaine épreuve. La saison est longue et tant qu’on ne perfe pas, on ne sera pas satisfait. »

 

Renaud Jay

« Le bilan de cette première journée n’est pas bon. C’est surtout de la frustration car j’étais plutôt en forme. J’ai passé la ligne après avoir eu l’impression de subir les conditions et de ne pas avoir su m’adapter à cette neige. On a du mal sur ces neiges, à nous de voir s’il faut travailler des adaptations techniques ou matériel. Car aujourd’hui, on n’est pas encore prêt pour perfer dans ces conditions. Ce n’est que le début de saison, on sera présent mais on aurait souhaité la lancer de meilleure manière. La semaine prochaine, Baptiste et Richard rectifieront le tir à Lillehammer et ensuite, on retrouvera le skate à Davos sur quelque chose qu’on sait faire. C’est un peu décevant pour tout le monde de ne pas rentrer dans les 30 mais on constate qu’on n’est pas loin en temps, c’est rassurant pour la suite. »

 

Richard Jouve

« On attendait beaucoup de ce premier week-end et finalement ça passe pas pour grand chose. Donc oui c’est frustrant après huit mois d’attente de s’arrêter en qualif. On ne s’est pas bien adapté sur cette neige, comme les Européens d’ailleurs, où l’accroche est difficile à trouver. C’est une étape de perdue et donc vraiment dommage de ne pas marquer de points. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.