Simon Fourcade : « On ne boude pas notre plaisir »

BIATHLON – Le vainqueur de la mass-start de Sjusjoen, Simon Fourcade, est ravi des performances du groupe France ce week-end. Mais il ne se trompe surtout pas d’objectif : « Les choses sérieuses commencent à Ostersund, pas avant ! »

 

Simon Fourcade, il y a pire manière de commencer une saison internationale que de remporter une mass-start en Norvège avec un 20/20 à la clé ! Sjusjoen devait surtout servir à trouver des repères en compétition. Que retenez-vous de ces deux premières courses ?

Sjusjoen sert à effectuer les derniers réglages et à valider le travail avant le début de saison sur Ostersund. Le réel start sera dans deux semaines et pas avant.

Je pense que sur ces deux jours de courses, l’ensemble des athlètes de l’équipe a pu produire de belles choses et se rassurer. Même si nous allons monter en puissance sur les deux semaines qui restent, je pense que nous sommes dans les clous tant physiquement qu’au niveau du tir et que nous avons tout pour répondre présent dans deux semaines.

 

Au grand dam des Norvégiens, c’est toute l’équipe de France qui a été épatante avec deux fois cinq hommes dans le top 6, trois victoires sur quatre possible… Comment le groupe France a-t-il vécu ces bons moments ?

C’était un peu inattendu je pense. Sans être une coupe du monde, la concurrence est généralement rude sur le Sesong Start. Même si les Allemands n’étaient pas présents cette année, comme d’habitude, nous avions face à nous des Norvégiens aux dents longues qui viennent, pour la plupart, chercher les derniers tickets pour la coupe du monde. Dans de telles conditions, obtenir des résultats d’ensemble comme ce fut le cas ce week-end reste une grosse performance.

 

15078914_1231925843520603_5329708267478679182_n

 

Cela nous donne également de la confiance pour la suite. Cependant nous savons tous qu’il ne faut pas se tromper d’objectif ou se voir trop beau, trop vite. Les compteurs seront remis à zéro dès la première étape de coupe du monde. C’est à ce moment là qu’il  faudra être devant…

Quant aux Norvégiens, s’ils se sont un peu troués ce week-end, il ne faut pas se faire faire de fausses idées car, comme tout les ans ils seront encore là pour venir chercher de gros résultats.

Mais entre nous, c’est toujours bon à prendre et on ne boude pas notre plaisir de leur avoir mis une petite fessée à la maison 😉

 

On ne boude pas notre plaisir de leur avoir mis une petite fessée à la maison

 

Chaque athlète, pour progresser individuellement, a besoin de confrontation et d’émulation. On a le sentiment que les bleus sont servis avec un groupe toujours plus dense ?

C’est vraiment chouette de voir les jeunes qui montent et qui viennent chambouler notre hiérarchie. Chaque saison notre groupe est plus dense que la saison précédente. Cette compétition interne fait qu’on ne peut pas se reposer sur nos acquis. Je n’aime pas me prendre en exemple, mais à 32 ans, même avec mes résultats passés et mon expérience, depuis 2, 3 ans et avec l’arrivée de la nouvelle génération, il me faut constamment me remettre en question pour progresser encore et encore afin d’aller chercher des podiums mais également de conserver sa place au sein du groupe France.

Et quand la compétition reste saine et loyale comme c’est actuellement le cas dans notre équipe cela permet à chacun d’ hausser son niveau d’exigence et de performance.

Simon Fourcade

Dans quinze jours les choses sérieuses commencent avec la coupe du monde à Ostersund. Quel sera le programme d’ici là ?

Comme je l’ai dit, l’essentiel du travail est fait et plutôt bien fait apparemment. Nous n’allons donc rien révolutionner. Durant ces deux prochaines semaines de préparation nous allons alterner les séances intenses et de récupération afin d’arriver avec un maximum de fraicheur sur les premières épreuves. Au niveau du tir, même chose. La plupart des séances seront organisées de façon à produire beaucoup de qualitatif sans pour autant tirer beaucoup de cartouches.

 

Tout ce qui a pu se passer avant le 28 novembre n’est que du blabla.

 

Les bleus, après cette démonstration de force, seront très attendus en Suède. Cela met-il une pression supplémentaire ?

Personnellement je ne le vois pas comme cela. Les bonnes prestations du week-end doivent nous apporter de la confiance, de la sérénité, de l’envie, de la motivation… En aucun cas  une pression ou une attente particulière.

Encore une fois le VRAI lancement est prévu pour le 28 novembre. Tout ce qui a pu se passer avant n’est que du blabla.

Photo : captures d’écran de la NRK et Agence Zoom

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.