Sainte-Croix : les meilleurs sauteurs au pays des fondeurs

Loïc Hasch

ÉVÉNEMENT – Samedi à Sainte-Croix a lieu la 4e édition du concours Hauteur et Musique. La vedette locale Loïc Gasch (US Yverdon), meilleur sauteur du pays, aura fort à faire face à de redoutables concurrents internationaux, dans un concours qui a de bonnes chances de se gagner à plus de 2,20 m.

 

Le concours Hauteur et Musique de Sainte-Croix a pris l’habitude depuis 4 ans de déboucher sur des performances d’exception, dans une ambiance unique, où chaque sauteur s’élance sur la musique de son choix, soutenu haut et fort par un public enthousiaste. Le tout avec, pour attraction principale, la vedette locale Loïc Gasch, qui a hissé l’an dernier le record de la manifestation à un excellent 2,15 m.

Mais attention, cette année, le champion suisse indoor et outdoor en titre aura à faire à une concurrence exceptionnelle. A commencer par le 5e des Mondiaux de Berlin en 2009 et recordman de France de la discipline Mickael Hanany. Le Français possède un record à… 2,34 m et a franchi 2,25 m l’été dernier. Deux autres concurrents ont également déjà franchi 2,20 m dans leur carrière : le tout jeune Italien Stefano Sottile, champion du monde U18 l’an dernier avec un record à 2,20 m, ainsi que le Croate Alen Melon, auteur de 2,22 m en 2013 et qui aura à cœur de montrer ce dont il est capable suite à un été 2015 en demi-teinte (2,11 m). La lutte pour les trois places sur le podium s’annonce passionnante et les sauts spectaculaires.

Mais ce n’est pas tout, puisque les autres meilleurs spécialistes suisses seront aussi de la partie, avec : le participant aux Championnats d’Europe U23 Quentin Pirlet (GGB/2,16 m cet été), le champion suisse 2012 de retour à un excellent niveau Vivien Streit (COVA Nyon/2,10 m cet hiver) ou encore les jumeaux du LC Schaffhouse Roman et Simon Sieber, multiples médaillés nationaux.

Lang et Odermatt en grande forme

Côté féminin, 5 concurrentes seront en lice dans le concours principal et le niveau s’annonce là aussi élevé. Notamment avec les deux Suisses-allemandes qui ont brillé en ce début d’année : Salomé Lang (GGB/U20) et Livia Odermatt (BTV Aarau), respectivement avec 1,83 m et 1,81 m. Elles auront une concurrente internationale de taille en la personne de Jossie Graumann (GER), qui a déjà franchi 1,82 m cette année et même 1,86 m l’été dernier. La Valaisanne de la GGB Deborah Vomsattel (1,73 m cette année) est elle aussi sur les listes.

 

Concours élite dès 16h, national dès 13h et jeunesse dès 10h.

Rendez-vous à ne pas manquer dans le chaudron du Champs de la Joux !

 

Lien vers les listes de départ complètes
Lien vers la manifestation et toutes les infos utiles

 

Photo : Pierre Blanchard

 


 

Capture d’écran 2016-01-28 à 10.49.50

Quand Loïc Hasch parle ski de fond

 

Ce sont deux jeunes Vaudois qui ont grandi sur le massif du Jura. Mais la fée nordique ne semble pas s’être penchée sur les deux berceaux. Loïc Gasch, 21 ans, originaire de Sainte-Croix, s’est en effet tourné vers l’athlétisme, plus particulièrement le saut en hauteur, quand Guillaume Rochat, 17 ans, originaire de la vallée de Joux et domicilié à L’Orient, pratique le ski de fond.

À première vue, leur approche du sport semble complètement opposée. Le premier aime « l’explosivité et la concentration » sur un laps de temps très court alors que le second préfère « l’effort soutenu sur 15 kilomètres ». Pourtant, dans leurs propos, apparaissent très vite des similitudes. « Lorsque je saute, je me sens bien. Je suis dans mon élément, un monde à part où je fais le vide dans ma tête », lance Loïc Gasch. « Quand je skie, je suis dans ma bulle et ne pense pas aux soucis quotidiens », confie à son tour Guillaume Rochat. Le premier doit maintenir sa concentration entre les sauts alors que second gère son effort pour avoir encore de l’énergie dans les derniers kilomètres de course.

Pour tous les deux, le talent ne suffit pas. Seul l’entraînement peut les emmener au sommet de leur discipline. Ils s’astreignent à des séances de musculation en salle, mais le fondeur préfère évoluer dans la nature.

En revanche, si chacun veut bien regarder le sport de l’autre à la télévision, toute tentative de leur donner l’envie d’intervertir leur discipline semble vaine.

Loïc Gasch est venu au saut en hauteur sur l’insistance d’amis qui l’encourageaient à pratiquer l’athlétisme. Auparavant, il a joué au football et avait surtout envie de faire du basket. Il apprécie particulièrement les « dunks », l’art de sauter au-dessus du panier pour déposer le ballon dans le cerceau. « Le saut en hauteur m’offre donc en permanence les sensations que j’espérais éprouver en jouant au basket », affirme le sportif. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que son choix lui a bien réussi. Il est champion suisse U 23 et élite avec un record personnel à 2 m 17. Il a également voyagé en participant à des compétitions internationales en Turquie, Grèce et Estonie. Employé de commerce, Loïc Gasch prépare sa maturité commerciale. Il s’entraîne trois fois par semaine sur la piste d’athlétisme du centre mondial du cyclisme à Aigle et deux fois au stade d’Yverdon.

Guillaume Rochat, membre du ski-club de la Vallée de Joux et de Ski-Romand, rêve de décrocher le titre de champion romand de sa catégorie au début janvier à la Vue des Alpes. Il baigne dans le milieu nordique depuis son enfance, puisque ses parents réalisaient le chronométrage de courses de ski de fond. « Au début, cela ne me plaisait pas trop ! Puis, j’ai appris à aimer ce sport, au point qu’il est devenu ma passion », commente l’apprenti forestier-bûcheron. Cet amoureux de la nature pratique le ski à roulettes, le vélo et la course à pied durant l’été pour maintenir sa condition physique.

 

> Cet article est paru dans Nordic Magazine n°17

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.