Therese Johaug « brisée »

Elle avait écopé de 13 mois après son jugement devant un tribunal norvégien. Le Tribunal Arbitral des Sports a finalement décidé de suspendre Therese Johaug 18 mois après avoir été testée positive au clostébol, substance interdite, en septembre 2016. Cette sanction tombe après des mois d’attente et prive la fondeuse des prochains Jeux Olympiques en février.
« Je suis complètement brisée, se confie Johaug au micro de la NRK. Je rêvais d’aller aux Jeux et j’ai appris hier que ça n’arriverait pas. J’ai travaillé dur pour aller à Pyeongchang. Cette décision est injuste, je ne comprends pas. » Pour autant, la Norvégienne ne mettra pas un terme à sa carrière, rêvant de s’aligner sur le départ d’une compétition à nouveau.
« Elle ne réalise pas de pouvoir manquer deux saisons pour avoir seulement utilisé une crème pour les lèvres, explique son manager Jørn Ernst. Lorsque le verdict stipule que c’est une erreur et pas une volonté de tricherie, c’est incompréhensible. » Son avocat, Gunnar Martin Kjenner, est du même avis : « c’est totalement déraisonnable », dit-il devant les médias.
Le TAS, lui, a rendu un verdict unanime, jugeant que même si c’était une erreur de la part de Johaug, les indications sur le paquet étaient claires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.