Transjurassienne : des bons points malgré le parcours de repli

SKI DE FOND – Après une année délicate en termes d’enneigement et le recours à un parcours de repli, l’association organisatrice de la Transjurassienne et de la Transjutrail note toutefois de bons points. Retour sur les temps forts de l’assemblée générale…

 

Rien ne fut simple cette année pour les organisateurs de la Transjurassienne, mais au final, les signaux sont plutôt au vert à l’heure du bilan. Un an après l’annulation, au tout dernier moment, de l’édition 2016 victime de terribles conditions météo, l’épreuve 2017 a pu se dérouler sur un parcours réduit à 50 km :”malgré un hiver chaotique, nous avons fait le maximum pour éviter les zones sensibles du haut du Massacre et finalement ce parcours a recueilli l’approbation générale”, se réjouissait le président Pierre-Albert Vandel lors de l’assemblée générale de l’association. “Toutefois, malgré cela demeure la frustration de ne pas avoir pu emprunter la partie qui nous mène dans le Doubs, à Mouthe, depuis le bas du Risoux. L’identité mythique de la Transju s’est construite entre Lamoura et Mouthe, entre Jura et Doubs…”, rappelait-il pour souligner ce lien interdépartemental si important aux yeux de l’organisation.

 

Une inquiétude partagée et entendue par le représentant de la président du Conseil départemental du Doubs. Philippe Alpy a en effet (r)assuré : « Ce n’est pas parce que la course n’arrive pas forcément à Mouthe que le Conseil départemental du Doubs se désengagera. Votre implication, votre investissement dans les épreuves assurent un vrai rayonnement pour le nordique. »

 

Le baptême du feu pour Emmanuel Jonnier

 

Pour son baptême du feu en tant que directeur d’épreuve, Emmanuel Jonnier a connu une semaine difficile avant la course mais, dit-il, “les retours sont très positifs sur le parcours proposé. Beaucoup nous ont remercié d’avoir pu maintenir cette épreuve. En réalité, nous nous sommes appuyés sur le professionnalisme des dameurs pour trouver le meilleur tracé possible.” Les chiffres affichent logiquement une baisse de 20% sur La Transjurassienne, après l’annulation de 2016.

 

La Transjuclassic affiche également de bons retours avec des départs en box, à l’image de ce que pratiquent de grandes courses internationales : cette méthode pourrait être reconduite ces prochaines années pour les nombreux atouts qu’elle confère autant d’un point de vue d’organisateurs que de skieurs… “Beaucoup de coureurs ont pu gérer leur départ sans trop de stress, le flux des coureurs est plus régulier, les points noirs moins marqués. Cette épreuve a aussi attiré près de 43% d’étrangers”, apprécie l’ancien fondeur de l’équipe de France. Sportivement, Alexis Jeannerod, skieur doubiste installé aux confins du Jura près de la Suisse, s’est imposé alors que sur la course reine, elle fut dominée par un podium de trois médaillés olympiques français !

 

“La maison Transju se porte bien “

 

Comptablement, la réussite de La Transjutrail 2016 est une bonne nouvelle, à mettre en regard de l’édition de juillet dernier en recul en termes de participants… L’obtention du parcours de repli numéro 4 pour La Transjurassienne a permis de réduire la note de la prime d’assurance alors qu’en parallèle, l’association a dû faire un effort en termes de communication, une obligation après une annulation. Au total, les recettes se montent à 1,024 million d’euros soit un solde positif de 7 679 euros… « On a engagé beaucoup de nouvelles actions de communication et auprès de nos bénévoles. Je note que la maison Transju se porte bien, elle n’est pas à vendre (sourires) et la dynamique est là pour les années à venir, s’est réjoui le président Vandel. A nous d’aller chercher encore des compétences pour continuer d’avancer. » Pour le prochain exercice 2018, Trans’organisation s’appuiera sur un budget de 1,08 million d’euros.

Et ce sera avec un nouveau directeur général à sa tête. En effet, après la démission surprise de Hervé Balland et celle de son chargé de communication Arnaud Vanini (pour des raisons personnelles), Trans’organisation se prépare à d’importants changements. Le sujet a seulement été évoqué en toute fin de séance avec un hommage rendu par le président Vandel à celui qui a occupé son poste durant trois années. Mais pour l’heure, pas question d’en dire plus sur la future gouvernance de l’association qui regroupe neuf clubs à travers le massif jurassien franco-suisse…

 

 

Bilans différents pour la Transjutrail et la Transjeune

 

Mise sur pied il y a 10 ans pour assurer une trésorerie en cas d’annulation de la course populaire de ski de fond et en remplacement de La Trans’roller, La Transjutrail a trouvé son rythme de croisière. Cet été, la participation est toutefois (et pour la première fois) en légère baisse, la faute à une concurrence accrue entre des épreuves de plus en plus nombreuses. “On ne sait pas comment va évoluer la discipline car le nombre de courses est aujourd’hui pléthorique”, note le directeur d’épreuve Michel Boutéraon.

 

Quant à La Transjeune, elle reste attractive et doit “rester une fête populaire comme chez les grands”, note Patrice Roydor. Cette édition 2017 ensoleillée a été marquée par une bise persistante qu’ont courageusement affrontée les jeunes du Doubs et du Jura… Près de 2500 enfants y ont participé.

 

 

LES CHIFFRES CLES DE 2017

 

  • 3629 skieurs sur La Transjurassienne 2017 (4390 inscrits en 2016, 4707 en 2015), 19% d’étrangers provenant de 22 pays (43% sur La Transjuclassic), 17.8% de femmes, 287 coureurs inscrits ne se sont pas présentés au départ…

 

  • Plus de 1000 bénévoles mobilisés “sans qui rien ne serait possible”, des actions menées avec trans’Promo et le club des bénévoles, 1000 vestes et gilets, 1500 bonnes distribués, 400 t-shirts Transjutrail…

 

  • 2450 traileurs sur La Transjutrail 2017 (3071 en 2016)

 

  • 2358 jeunes skieurs inscrits à La Transjeune

 

  • Un budget prévisionnel de 1.08 million d’euros pour l’exercice 2018

 

  • 110 000 skieurs internationaux de 50 nationalités sur les 20 courses du circuit worldloppet, avec également un grand succès pour la TV worldloppet (mise en ligne des films des courses, plus de 156 000 vues sur les réseaux sociaux)

 

 

 

Retour en vidéos sur les deux dernières éditions des événements Transju :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.