Vincent Descombes-Sevoie : « Je suis serein »

Capture d’écran 2016-05-29 à 11.24.16

SAUT A SKI – En fin de semaine dernière, Vincent Descombes-Sevoie a repris le chemin des tremplins. Les compétitions sont proches, puisqu’elles débuteront mi-juillet avec la coupe du monde de Courchevel.

 

Champion de France de saut à ski, Vincent Descombes-Sevoie a connu un hiver fertile. A Vikersund, le sauteur des Houches a battu son propre record de France de vol à ski avec un saut de 230,5 m.  Le 24 février 2012, sur le même tremplin norvégien, il avait succédé à Emmanuel Chedal, également lors d’une première manche — c’était les championnats du monde – avec 225 mètres. Au classement général de la coupe du monde, il a par ailleurs fini à la 28e place. Jeudi, le Chamoniard a repris le chemin des tremplins. Cette saison, l’équipe de France de saut masculine s’est étoffée, avec Ronan Lamy-Chappuis et Paul Brasme en B,  Noélig Revilliod Blanchard et Thomas Roch Dupland en coéquipiers d’entraînement.

 

La rentrée des classes s’est-elle bien passée ?

Jeudi et vendredi, on a fait dix sauts pour la première séance de rentrée à Chaux-Neuve. Depuis quinze jours, j’avais hâte de retrouver les tremplins. Il faut dire que, contrairement aux années précédentes, j’ai davantage coupé. Je suis même parti en vacances. Reprendre, c’est aussi plus facile quand on a terminé sur une bonne saison comme celle que j’ai connue l’hiver dernier.

 

Les sensations ont-elles été bonnes ?

Je n’ai pas ressenti de grosses différences par rapport à mes derniers sauts de l’hiver. Je suis serein. Certes, j’ai encore du travail qui m’attend sur le plan physique et c’est en multipliant les sauts que je vais maintenant gagné en efficacité.

 

J’ai moins de temps pour retrouver un bon niveau.

 

Surtout que la coupe du monde à Courchevel est proche cette année, puisqu’elle est programmée mi-juillet.

Le fait que ce rendez-vous soit plus tôt dans l’été m’a obligé à être rigoureux tout de suite, notamment au niveau de mon poids [Vincent Descombes-Sevoie pèse actuellement 58 kg]. Et j’ai moins de temps pour retrouver un bon niveau. Cette saison d’été va me servir à acquérir de la régularité. J’ai envie d’être performant à Courchevel, mais aussi en Pologne… Si j’obtiens de bons résultats avant l’hiver, j’aurai le sentiment de ne pas avoir perdu mon temps. En octobre-novembre, cela me réconfortera.

 

Il y a aussi le plaisir de sauter.

Oui, c’est vrai. J’aime sauter l’été.

 

Vincent Descombes-Sevoie

 

Attaquer une saison pré-olympique signifie-t-il avoir plus de pression sur les épaules ?

Ce qui change cette saison, c’est qu’il y a des championnats du monde de saut. Encore que, l’hiver dernier, nous avons eu des Mondiaux de vol à ski. Bref, je redémarre de la même manière qu’il y a un an. Toute la saison est importante. Je vais toutefois me servir de mon expérience à Falun [où Vincent Descombes-Sevoie était dans le creux de la vague] pour être meilleur à Lahti. Avant cela, il y aura la Tournée des 4 tremplins. L’édition précédente, je me suis régalé.

 

Une autre tournée en Norvège vous attend.

Je ne suis pas sûr que cela va me changer. On va sauter à Oslo, finir à Vikersund [en mars, le tournoi norvégien comprendra au total de six compétitions, 1 par équipes, 5 individuelles, à Oslo, Lillehammer, Trondheim et Vikersund]. C’est bien, mais ce n’est pas quelque chose qui me chamboule.

 

Avez-vous déjà des objectifs en tête ?

J’aimerais améliorer mon classement au général de fin d’année. J’ai trouvé de la régularité. Cette dernière saison me donne envie de progresser. Je veux aussi repousser le record de France. Pour les Mondiaux, je ne peux que mieux faire. Je dois me montrer lors des grands événements.

 

Vincent Descombes-Sevoie

 

 

A Chaux-Neuve, en fin de semaine dernière, la relève était à vos côtés. Quel rôle voulez-vous jouer vis-à-vis d’elle ?

Je suis là pour travailler. J’ai mes objectifs. Mais on se doit d’être soudés. Pour ma part, je suis disponible pour partager mon expérience. S’ils ont besoin de moi, je suis là. De mon côté, je veux profiter de l’engouement que provoque le groupe.
 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.