Vu de Norge #105 : Svendsen prêt à aller titiller Martin Fourcade

Vu-de-Norge-600x400

RUBRIQUE – Retrouvez chaque mardi toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

Svendsen prêt à repartir sur de bonnes bases

Emil Hegle Svendsen à Antholz-Anterselva (Photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

Emil Hegle Svendsen à Antholz-Anterselva (Photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

Après trois saisons en demi-teinte, Emil Hegle Svendsen en est certain : l’hiver 2016/2017 marquera son retour aux affaires. Avec l’arrivée d’un nouveau coach de tir, une nouvelle alimentation et une nouvelle marque de skis (il a quitté Madshus et rejoint l’équipe française Rossignol), le biathlète part avec de nouvelles bases. S’il a dû renoncer aux championnats nationaux le week-end dernier, après avoir attrapé froid, il ne s’est jamais senti aussi bien à l’entraînement.

 

Revue de web

 

Grâce à son nouveau style de vie alimentaire, il est mieux physiquement et espère aller bien plus vite sur les skis, aidé par Rossignol. Derrière la carabine, il compte sur l’expérience du Français Siegfried Mazet pour tirer avec plus de précision et de rapidité. Et tous ces changements, loin de le déstabiliser, n’ont servi qu’à le motiver pour aller titiller Martin Fourcade sur les compétitions dès la fin novembre.

 


Stöckl sous contrat jusqu’en 2022 ?

Ravi de son travail avec l’équipe nationale de saut à ski norvégienne, l’Autrichien Alexander Stöckl se verrait bien continuer jusqu’aux Jeux Olympiques 2022. L’association de ski norvégienne a confirmé qu’elle avait déjà entamé les discussions avec l’entraîneur.

Clas Brede Braathen, directeur national du saut, a confié à nos confrères de VG qu’il espérait pouvoir trouver un accord rapidement afin d’envisager l’après-Jeux 2018. Les deux partis seraient favorables à un accord rapide. S’il est pour le moment concentré sur la préparation des mondiaux de Lahti et des prochains JO, Stöckl veut déjà prévoir l’avenir et se projetterait bien jusqu’en 2022. Un projet qui plaît à la fédération, consciente du bon travail que le coach fournit. Mais avant toute chose, l’Autrichien tient à se concerter avec sa femme et les hautes instances de l’équipe… Heureusement pour l’équipe norvégienne, depuis les déclarations de Stöckl dans la presse sur sa volonté de terminer son contrat et le mener à terme, aucune équipe internationale n’a tenté de le débaucher. Alexander Stöckl et la fédération norvégienne ont donc tout leur temps pour se décider et mener à bien ce nouvel objectif.

Revue de web

 


Gangnes de retour en février

Kenneth Gangnes

 

Il y a quatre mois, Kenneth Gangnes se rompait les ligaments croisés pour la troisième fois de sa carrière. A 27 ans, le sauteur à ski n’était pourtant pas défaitiste et espérait bien revenir très vite sur les tremplins. S’il pensait tout d’abord avoir une chance de reprendre la compétition dès la fin de la saison prochaine, il semblerait que le Norvégien soit désormais plus réaliste. Gangnes devrait donc bien revenir en février mais seulement pour s’entraîner.

Pas de mondiaux à Lahti pour lui, mais rien n’est perdu pour les Jeux 2018 à Pyeongchang. Et son programme est déjà établi : il commencera par le petit tremplin à Lillehammer avant de revenir sur le grand. En attendant, il a accompagné le reste de l’équipe nationale à Planica en Slovénie pour reprendre l’entraînement musculaire. Une vraie chance pour le jeune sauteur, comme il l’affirme dans les colonnes du quotidien VG.

Pour son entraîneur, Alexander Stöckl, c’est aussi important de ne pas le mettre à l’écart et le garder dans l’atmosphère du groupe, pour lui et pour ses coéquipiers. Gangnes en a ainsi profité pour apprendre quelques tuyaux du métier de coach et vient ainsi en aide à Stöckl. Les médecins, quant à eux, pensent qu’il faudra encore un an au Norvégien pour revenir au plus haut niveau, à temps pour la saison olympique.

Revue de web

 


JO en Norvège : Tromsø et Lillehammer réfutent les rumeurs

Malgré l’entrain des fans de ski, Oslo avait retiré sa candidature pour les Jeux Olympiques d’hiver 2022 (Jeux attribués à Pékin) après un vote de la population. Pourtant, la première nation de ski nordique ne pourra pas se défiler encore bien longtemps puisque Gerhard Heiberg, membre du CIO et président du comité d’organisation des Jeux de 1994 à Lillehammer, a appelé ses compatriotes à réfléchir de nouveau à la question de futurs Jeux en Norvège.
Bien évidemment, il cite Lillehammer comme la ville la mieux placée pour accueillir un possible événement après l’édition 1994 et les JO d’hiver de la Jeunesse en février dernier. Malheureusement, les hautes instances norvégiennes ont aussitôt réagi dans Dagbladet. Ils affirment qu’aucun projet n’a encore vu le jour et certainement pas un pour des JO en 2030 à Lillehammer, même s’il n’est pas exclu que la question finisse par être abordée, le Parlement norvégien souhaitant prendre plus part à l’organisation d’événements sportifs internationaux.

 

Revue de webhttp://www.dagbladet.no/sport/tromso-profiler-om-heibergs-ol-utspill—har-han-virkelig-sagt-dette/63260472
Quant à l’autre possibilité concernant la ville de Tromsø, le maire Kristin Røymo estime qu’il est trop tôt pour relancer le débat olympique en Norvège après que le dernier ait créé de réels conflits entre les villes et les opinions en 2014. La ville de Tromsø et les habitants du nord de la Norvège avaient en effet été très affectés après leur défaite pour l’organisation des JO 2018 et avaient vu d’un mauvais œil qu’Oslo soit la seule ville désignée comme possible candidate pour ceux de 2022.
Toutefois, aucune ville ne ferme la porte à de possibles Jeux Olympiques d’hiver, tous étant conscients que la Norvège se doit d’assumer son rôle de leader parmi les pays nordiques. Mais cela devra se faire de manière démocratique, le peuple, le Parlement et les instances sportives se devant d’être du même côté avant toute candidature.

 


Les fans de Northug s’inquiètent

En postant une vidéo sur son Facebook, Petter Northug Jr. ne s’attendait certainement pas à une telle réaction de la part de ses fans. En voyant le fondeur lors de son entraînement, beaucoup l’ont trouvé amaigri. Si bien qu’ils n’ont pas hésité à lui laisser quelques petits commentaires pour lui rappeler de manger.

 

Revue de web

 

Pas de quoi démonter Northug qui a réagit en assurant qu’il faisait toujours le même poids et restait l’un des plus lourds du circuit coupe du monde. Dans Dagbladet, il a même affirmé que son été s’est vraiment bien passé et qu’il se sentait plus en forme que jamais, ajoutant que son corps était lui aussi très beau. Pas d’inquiétude donc, le Norvégien n’a pas tenté de perdre du poids pour remporter le Tour de Ski, se fiant à sa forme plutôt qu’à sa légèreté sur la dernière montée italienne qu’il a toujours perdu. Quant à son entraîneur, lui aussi tient à rassurer les fans en déclarant que le poids de Northug est toujours le même mais qu’il a probablement gagné en muscle. L’athlète et son coach Stig Rune Kveen sont en tout cas persuadés que la préparation de Northug est bonne et qu’il sera capable de rivaliser pour la victoire aux moments clés de l’hiver.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.