Vu de Norge #112 : la mystérieuse maladie de Tarjei Boe

Vu-de-Norge-600x400

RUBRIQUE – Ici et nulle part ailleurs, retrouvez chaque mardi toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

 

Krogh pense à quitter l’équipe nationale

Finn Haagen Krogh à Lillehammer (Photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

Finn Haagen Krogh à Lillehammer (Photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

 

Membre essentiel de l’équipe nationale norvégienne de sprint, troisième du classement coupe du monde l’hiver dernier, Finn Hågen Krogh ne promet pas de rester l’an prochain au sein du système national. « Je suis très heureux de faire partie de l’équipe, j’ai bien avancé mais je pense à changer d’environnement », explique-t-il dans les colonnes de Nettavisen.

 

 

Revue de web

 

Un changement d’environnement pour trouver de nouveaux défis et une nouvelle motivation. Il pourrait aussi apprendre de nouvelles techniques, une nouvelle philosophie du ski. Mais rien n’est encore fait et Krogh préfère se concentrer sur sa saison avant d’aller voir ailleurs. Satisfait du système national et de son coach Alrid Monsen, Finn Hågen Krogh pense pourtant qu’il n’a pas encore exploité tout son potentiel et qu’il ne serait capable de le faire qu’hors de l’équipe de sprint. A lui de voir et de choisir qui pourrait lui permettre de continuer d’évoluer…

 

 


Bjørgen : un planning bien chargé

Revue de web

 

Marit Bjørgen, très absente cet été des compétitions après son retour d’accouchement du fait de nombreuses blessures, a promis de revenir dès le début d’hiver. Et elle prévoit d’être là à Kuusamo et de concourir sur les 15 compétitions la séparant des mondiaux de Lahti. Elle sera aussi à Beitostølen, ouverture norvégienne de la saison pour les fondeurs. Son fils, le petit Marius, sera présent avec elle sur cette toute première étape hors coupe du monde et sera ensuite là sur pas moins de 7 compétitions avant Lahti.

Impatiente de revêtir les dossards de départ et chausser les skis, elle avoue pourtant au quotidien VG que les étapes sans son fils seront difficiles. Mais devenir maman l’a aussi fait réfléchir : « on comprend qu’il y a des choses qui comptent plus que la compétition, ça nous donne une autre vision de la vie », confie-t-elle. Une autre vision et de nouveaux défis puisque Bjørgen devra faire attention à avoir suffisamment de repos les week-ends où son fils sera là pour concourir dans des conditions optimales.

Pourtant, son entourage l’affirme : avoir son petit Marius près d’elle est un atout car elle est plus épanouie ainsi. D’ailleurs, avec les nombreuses naissances, la FIS s’est arrangée pour permettre aux familles de plus souvent se déplacer sur les compétitions et dans de meilleures conditions.

 

 


Bjørndalen dans son nouveau rôle de père

Revue de web

 

Contrairement à sa compatriote, Ole Einar Bjørndalen n’a pas eu besoin de s’arrêter pendant la grossesse de sa femme, la biathlète Darya Domracheva. Pourtant, son nouveau rôle en tant que papa pourrait avoir des répercussions sur sa saison. En effet, avec la naissance de sa fille le 1er octobre, Bjørndalen a renoncé à ses stages en altitude ce qui pourrait impacter son état de forme pendant l’hiver.

Mais s’il est anxieux et incertain sur les conséquences que ce changement aura, il est aussi impatient de voir si, malgré le manque de « pics de forme » engendrés par les stages en altitude, il pourra se battre devant comme l’hiver dernier. La légende du biathlon assure pourtant à ses fans qu’il est en bonne condition physique et que son entraînement estival a été assez bon pour ne pas les décevoir. Avec l’arrivée de sa fille Xenia, sa formation quotidienne a elle aussi bien sûr changé mais, une fois encore, Bjørndalen assure que cela n’aura qu’un impact minimal sur sa saison.

 

 


La maladie mystérieuse de Tarjei Bø

BOE Tarjei

 

A Sjusjøen, Tarjei Bø n’a pas montré le bout de son nez pour soutenir ses camarades face aux Français. Malade, le biathlète n’a eu d’autres choix que de rester à la maison. S’il est souvent tombé malade, cette fois, la situation est quelque peu différente : les médecins ne savent pas ce qu’il a. Son coach, Egil Kristiansen explique au micro de la NRK : « on ne sait pas ce qui se passe. Il n’est pas malade à proprement dit, mais il n’est pas en bonne forme physique. »

 

Revue de web

 

Souvent dans cette situation, l’aîné de la fratrie Bø a un atout : il sait comment le gérer. Néanmoins, ce contretemps pourrait l’empêcher de prendre part à l’ouverture de la saison à Östersund. « Il doit se concentrer sur les compétitions après Noël », affirme Kristiansen, « et sur les mondiaux d’Hochfilzen, c’est ça l’objectif. »

 

Revue de web

 

Son coéquipier, Emil Hegle Svendsen, qui connaît lui aussi très bien cette situation, est particulièrement triste pour son ami. « C’est un cauchemar pour Tarjei », déclare-t-il dans les colonnes du journal VG. Le cadet de la fratrie du biathlon norvégien, Johannes Thingnes Bø, confie quant à lui au quotidien que son frère est le meilleur dans la catégorie « biathlète malade » et réussit tout de même toujours à jouer devant. « Cela m’ennuie, bien sûr », continue-t-il, « mais Tarjei est le plus à même de gérer cette situation. »
 

 

 


Svendsen promet de battre Martin Fourcade

FOURCADE Martin,SVENDSEN Emil Hegle

 

Il l’a dit et répété : Emil Hegle Svendsen, malgré quelques semaines de maladie cet été, est fin prêt pour la saison hivernale. Il l’a aussi affirmé : il ne prendra sa retraite qu’une fois le gros globe de nouveau entre ses mains. Martin Fourcade est donc prévenu, Svendsen n’a qu’un objectif : faire de lui le numéro 2 mondial et lui voler la place de numéro 1. « Je n’y suis pas encore tout à fait », confie-t-il au journal Dagbladet, « mais je suis de mieux en mieux et ça arrivera, pas forcément tout de suite mais bientôt. » Des mois, des années, Svendsen est prêt à attendre si cela veut dire renouer avec la victoire au général et le maillot jaune. Et dans sa poche, le Norvégien a un atout de taille : son nouveau coach de tir, le Français Siegfried Mazet. « J’apprends tout le temps de nouvelles choses avec lui », affirme le biathlète. Il compte aussi bien s’inspirer de son compatriote Petter Northug Jr., qui a connu des baisses de régime avant de revenir sur le devant de la scène, et l’imiter.

 

Revue de web

 


Riiber et Holund reviennent de blessure

Jarl Magnus Riiber à Chaux-Neuve.

Jarl Magnus Riiber à Chaux-Neuve.

 

Au cours du sprint de Lahti la saison dernière, Jarl Magnus Riiber, le petit génie du combiné nordique norvégien, s’était durement blessé à l’épaule gauche pour la quatrième fois. Revenu à un entraînement complet seulement en septembre, le Norvégien a décidé de ne plus tenter le sort et a décidé de changer de bras fort et d’utiliser désormais le droit plus que le gauche. « Ce n’est pas si compliqué, c’est une habitude à prendre », explique-t-il au micro de la NRK. Mais son instinct de concurrence pourrait reprendre le dessus dans le feu de l’action et lui faire reprendre ses mauvaises habitudes. Son coach, Kristian Hammer, a donc insisté sur le fait qu’il devait se concentrer sur sa technique de fond cet hiver plus que jamais. S’il avait craint que sa saison soit mise en danger, Riiber est désormais plus prêt que jamais à affronter le circuit mondial, rassuré par sa médaille d’argent aux championnats nationaux de saut spécial.

 

Revue de web

 

 

Du côté de Hans Christer Holund, lui aussi blessé à l’épaule, le ton est un peu différent. Après une luxation à la fin août lors du stage à Stelvio, le fondeur avait longuement réfléchi avant de choisir de ne pas se faire opérer pour espérer participer à la saison de coupe du monde. « Il devrait pouvoir participer à Beitostølen, » affirme Vidar Løfshus dans un communiqué de presse, « il se remet petit à petit mais c’est très encourageant ».

 

Revue de web
 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.