Vu de Norge #120 : Klæbo à Lahti pour remplacer Northug ?

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et Nulle part ailleurs, retrouvez chaque mardi toute l’actualité nordique norvégienne.

 


 
 

Le mental : élément clé du Tour de Ski

 

Certains ont craqué, d’autres ont fini par se dévoiler ou, au contraire, ont mené de bout en bout. Si la forme physique est importante sur le Tour de Ski, le mental est aussi un élément clé de la victoire. Et il a peut être manqué à Heidi Weng au début du Tour. En mal de résultats, la fondeuse craque après l’étape d’Oberstdorf et fond en larmes. En raison d’une mauvaise stratégie, elle a perdu la poursuite sur le sprint face à Nilsson, mais l’a aussi fait perdre à Østberg. De quoi énerver sa coéquipière qui, bien qu’embêtée de voir sa compatriote dans cet état, a trouvé sa réaction disproportionnée. Après une petite explication, tout est rentré dans l’ordre et Weng a avoué elle-même que c’était surtout la fatigue et la déception qui avait fait couler ses larmes. Heureusement, la Norvégienne s’est reprise et, preuve s’il en est que le mental peut faire des miracles, a repris la tête du Tour à Toblach, deux jours plus tard pour ensuite aller remporter son premier Tour à Val di Fiemme dimanche.

 

 

Côté masculin, c’est Finn Hågen Krogh qui a le plus souffert. En proie à une mystérieuse allergie dès l’arrivée du circuit mondial à Val Müstair et malgré les médicaments, l’état du Norvégien ne s’est pas amélioré. Allergique au pollen, Krogh était très ennuyé de voir tout son Tour mis en péril pour un si petit problème. Et rien n’est allé en s’arrangeant, au point où le fondeur a abandonné après le skiathlon d’Oberstdorf.
 

 
Pourtant, il le disait lui-même à la NRK : « Nous sommes habitués à fournir un effort physique intense alors c’est le mental le plus important. » Emil Iversen avait d’ailleurs approuvé son propos : « La tension est très forte, surtout sur les courses en groupe, on se marche sans arrêt sur les pieds et il faut être fort mentalement. » Et à ce petit jeu, c’est finalement Ustiugov qui a gagné bien qu’il ne soit pas le plus expérimenté à seulement 23 ans.
 

 

 


Le cas Northug inquiète toujours

 

Si Sjur Røthe était ravi du petit cadeau de Noël que Petter Northug Jr. lui a fait en lui laissant sa place au Tour de Ski, les médias sont quant à eux très inquiets de l’état de santé du fondeur. Et ils ne sont pas les seuls : Vidar Løfshus, directeur sportif du fond norvégien, s’est dit lui-même très préoccupé. A sept semaines, soit environ 50 jours, des mondiaux de Lahti, celui qui a pris 13 titres mondiaux ne s’entraîne toujours pas à 100%. « Stig Rune (Kveen, entraîneur personnel de Northug) m’a confirmé qu’il n’avait pas repris complètement l’entraînement et ça ne présage rien de bon », explique Løfshus au quotidien VG, « mais c’est l’homme aux miracles de Mosvik, on ne peut jamais savoir ce qui va se passer avec lui alors on attend. »

 

 

Stig Rune Kveen, quant à lui, a confirmé à la NRK que son poulain serait bientôt de retour à un entraînement normal et serait avec certitude aux mondiaux de Lahti. Toujours est-il que la course contre-la-montre a commencé pour Northug afin de se rendre sur quelques compétitions mondiales avant le jour J. Le père de l’enfant terrible du ski de fond n’est pourtant pas d’accord : « Il est trop tôt pour se faire du souci, je ne suis vraiment pas inquiet », assure-t-il à VG : « Je pense qu’il ne devrait reprendre à 100% que dans deux semaines mais c’est amplement suffisant. »

Martin Johnsrud Sundby lui-même a assuré que le meilleur skieur du monde était son compatriote et qu’à Lahti, Northug montrerait toute l’étendue de son talent. Le principal intéressé, lui, s’il est toujours présent sur sa WebTV, skirkustv, ne parle plus aux médias.
 

 


Klæbo prêt pour les mondiaux

S’il n’a pas été vu depuis le mini-tour de Lillehammer où il avait brillé avec une deuxième place, Johannes Høsflot Klæbo avait promis de revenir très vite. Pourtant, le jeune fondeur de 20 ans n’a pas pointé le bout de son nez sur le Tour de Ski, préférant les courses scandinaves. Il avait même annoncé qu’il comptait aller aux championnats du monde U23 à Park City qui auront lieu du 30 janvier au 5 février. Il s’est finalement contredit en annonçant sa possible participation à la coupe du monde de Toblach ce week-end en vue de se qualifier pour une place aux mondiaux de Lahti.
 

 
« C’est un candidat sur plusieurs distances, c’est donc quelqu’un sur qui on peut parier », explique Vidar Løfshus au micro de la NRK. Surtout depuis qu’il a terminé 2e sur le 15km classique de Lahti ce week-end en Scandinavian Cup, seulement battu par Niskanen, déjà vainqueur en coupe du monde à Ruka sur ce format. Le jeune Klæbo espère désormais vite revenir sur le circuit international pour se confronter aux meilleurs avant le défi final de Lahti.

 

 


Le plus mauvais résultat depuis 2012…

 

 
Petite révolution dans le monde du ski de fond : sur le 5 km de Toblach, aucune Norvégienne n’est montée sur le podium. La première représentante du pays du ski de fond n’était que 5e grâce à Heidi Weng. Et un si « mauvais » résultat n’était pas arrivé depuis 2012 ! Le reste du Tour de Ski était aussi décevant pour l’équipe norvégienne que cette étape italienne : chez les garçons, c’est le Russe Ustiugov qui domine et, chez les filles, il a fallu attendre plusieurs étapes avant que Weng vole enfin la vedette à la Suédoise Nilsson.

Mais personne ne s’en plaint vraiment ! « Ça fait un moment qu’on veut du renouveau en fond féminin et avoir plusieurs nations qui se battent aux avant-postes, c’est bon pour le sport », explique Odd-Bjørn Hjelmeset, ancien fondeur, au quotidien Dagbladet. De leurs côtés, les fondeuses norvégiennes étaient seulement déçues de leurs performances, regrettant de ne pas avoir mieux fait.
 

 


L’affaire de dopage en Norvège n’a pas fini de faire jaser

 

Une baisse des bons résultats, du côté des hommes comme des filles, qui, pour certains, s’expliquent par les différents scandales de dopage de l’été. Bien sûr, la dominatrice de la saison 2015/2016, Therese Johaug, a été mise hors-circuit, laissant le champ-libre à ses concurrentes, norvégiennes ou non. Du côté des fondeurs, quelques-uns n’ont pas hésité à faire savoir ce qu’ils pensaient de la non-domination de Sundby, à l’instar de spectateurs à Val di Fiemme, portant haut un panneau avec écrit : « less ventolin = less champions » à traduire par « moins de ventoline = moins de champions ».

Pas de doutes, l’équipe norvégienne n’a pas fini d’entendre parler de ce grand scandale qui a secoué le monde du fond cet été avec la suspension et le retrait de victoires de Martin Johnsrud Sundby pour avoir pris une trop grande dose d’un équivalent de la ventoline pour son asthme. Aucun fondeur norvégien n’a souhaité réagir à cet affront, Sundby se contentant d’affirmer qu’il avait reçu un bon accueil en Italie.

Autre fait qui ne risque pas de calmer les détracteurs de l’équipe scandinave : la date limite de publication du rapport sur l’enquête menée en Norvège après le scandale de la ventoline a été dépassée. La présidente de la commission, Katharina Rise, a annoncé qu’il a été décidé de retarder la publication pour que la commission ait le temps d’étudier à 100% le dossier et d’achever correctement son travail. L’expert du fond NRK, Fredrik Aukland, a admis que beaucoup avait des questions et attendaient des réponses mais il faudra attendre encore un peu…

Ce qui n’est pas le cas pour Therese Johaug dont l’audience approche à grands pas. Elle aura lieu du 25 au 27 janvier prochains et il a déjà été annoncé que pas moins de 52 médias participeraient à l’audience, autant que le nombre de places allouées à la Norvège pour les prochains Jeux Olympiques 2018. Le manager de Johaug a confirmé à VG que la fondeuse était prête même si elle s’attendait à vivre encore des moments difficiles lors de l’audience.
 

 


Pas de Ruhpolding pour Tarjei Bø

Après avoir dû renoncer à Oberhof, Tarjei Bø ne sera pas non plus au départ des épreuves de Ruhpolding. Bien qu’il ait cru pouvoir voyager avec le reste de l’équipe nationale, l’aîné de la fratrie norvégienne du biathlon est coincé chez lui à Oslo, ayant fait une rechute de sa maladie pulmonaire à Noël. Malgré tout, il n’a pas encore renoncé à participer aux mondiaux d’Hochfilzen. Morten Aa Dupvjik, directeur sportif du biathlon norvégien, a même assuré qu’une place lui était toujours réservée. Mais les mondiaux se rapprochent à grands pas et manquer Ruhpolding, c’est manquer une occasion de plus pour se confronter au circuit mondial avant les championnats. Dupvjik reste tout de même optimiste, rappelant que Tarjei Bø a déjà montré qu’il pouvait revenir au plus haut niveau très vite après avoir été malade.

 

 


Tande se lance dans le mannequinat

 

S’il a perdu la Tournée des Quatre Tremplins sur un coup du sort, Daniel Andre Tande peut se réconforter en se disant qu’une carrière de mannequinat peut lui être ouverte. Le photographe Nina Djærff l’a annoncé lui-même au quotidien Dagbladet : « s’il choisit d’arrêter le saut, il peut se lancer en tant que mannequin, il est très photogénique. » Les photos, prises lors d’un stage de l’équipe de saut norvégienne, ont beaucoup fait jaser les coéquipiers de Tande mais le résultat est plus que correct, même l’athlète le reconnaît : « je n’étais pas vraiment prêt à faire des photos torse nu mais le résultat est sympa », dit-il, « pourtant je n’aime pas être photographié. »
 

 
Mais lorsqu’on est athlète de haut niveau, on n’y échappe pas. Une aubaine pour les marques qui placent ainsi leurs produits par le biais des sportifs. Même si parfois, ils devraient faire plus attention à ce qu’ils portent… A sa grande surprise, Daniel Andre Tande a été gentiment réprimandé par son équipe car le drapeau de la Norvège avait été cousu à l’envers sur son bonnet, envoyé par son sponsor Adidas. Une erreur qui n’est pas passée inaperçue pendant la Tournée où il partait parmi les grands favoris et attirait donc tous les regards. Heureusement, tout a été corrigé et l’image du sauteur restera intacte…

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.