Vu de Norge #158 : Klæbo requinqué, Eckhoff motivée

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

Tiril Eckhoff plus motivée que jamais

« Elle a disparu avec la neige » titre le quotidien VG. Avec la fin de la saison, Tiril Eckhoff s’est faite plus discrète. Un choix motivé par son souhait d’être en pleine forme pour l’hiver olympique qui arrive. « Ça vaut la peine d’être plus sérieuse, dormir, manger, s’entraîner sans s’éparpiller, confie la biathlète. Je me concentre vraiment là-dessus pour que tout se passe bien. »

Car l’objectif principal, comme pour tous ses concurrents, ce sont bien les Jeux olympiques de Pyeongchang. « Oui j’ai eu des problèmes de motivation, rappelle Eckhoff. Mais les Jeux ne sont que tous les quatre ans. Et j’avais encore des choses à travailler et améliorer alors c’était le moment. » Malgré quelques petits rhumes au printemps, la Norvégienne espère être prête à temps pour février. « Je ne me suis jamais autant entraînée, sur les skis, beaucoup au tir aussi et avec un coach mental », explique finalement Tiril Eckhoff.
Elle est désormais partie en stage avec le reste de l’équipe nationale en France, à Corrençon-en-Vercors.
 

Just an ordinary day with a snake🐍 and a gag ball @Nicolayramm 😂

A post shared by Tiril Eckhoff (@tirileckhoff) on

 

 

Klæbo de retour au sommet

 

Au Grand Prix d’Hommelvik, Johannes Høsflot Klæbo a rappelé au monde du ski de fond qu’il serait prêt pour l’hiver et que, comme la saison dernière, il faudrait compter avec lui pour aller chercher la victoire. Le jeune Norvégien s’est imposé sur l’épreuve ski-roues, battant ainsi deux grands noms de son équipe : Niklas Dyrhaug et Emil Iversen. « C’était difficile, ça a été serré jusque dans les derniers mètres et les derniers kilomètres ont été très rapides face à Niklas, confie Klæbo à la fin de la course. Mais c’était génial d’avoir ce genre d’affrontement. » Dyrhaug termine 2e et Iversen 4e.
 

Brutalt å få på seg startnummer på brystet😰 #langspurterndyrhaug #toppstiv #padlelæll #uklart 📷: Mariann Dybdahl

Une publication partagée par Johannes Høsflot Klæbo (@johanneshk) le

 

Hommelvik Grand Prix ✅🙂😱🤡☔️ #ReiseRundtÅSlippe #Kometen #Kjekkasen #Farten 💨 📸 Frank Skaufel

Une publication partagée par Emil Iversen (@emilivers) le


 
 

Nouveau mini-tour pour le combiné


 
La FIS a décidé de quelques changements pour le combiné nordique lors de son congrès à Zurich. Première innovation : un mini-tour ouvrira la saison à Ruka en Finlande, comme c’est le cas pour le ski de fond. L’hiver suivant, ce sera Lillehammer qui accueillera une mini-tournée. De quoi ravir les athlètes. « C’est très excitant d’ajouter un peu de pression à l’ouverture de la coupe du monde », commente Magnus Krog.
Le week-end finlandais comprendra donc trois épreuves à l’issue desquelles celui qui aura marqué le plus de point l’emportera sur le mini-tour.
Il a aussi été décidé de l’apparition de deux nouveaux maillots. Le meilleur sauteur à ski portera ainsi un maillot bleu et le meilleur fondeur un maillot rouge. Le maillot jaune reviendra, comme toujours, au leader de la coupe du monde. « C’est génial, ça permettra une meilleur visibilité pour les très bons sauteurs ou très bons fondeurs et ce sera plus évident pour les spectateurs », assure Krog.
 
 

Le Congrès FIS tranche pour le saut à ski

Deux évolutions ont été testées lors du Grand Prix d’été de saut à ski : de nouveaux sous-vêtements évitant tous problèmes de triche sur les combinaisons et un système de qualifications sans pré-qualifiés. Lors de son congrès à Zurich, la FIS a entériné ces deux changements.

 


 
Du côté des sous-vêtements sous les combinaisons de saut, le haut et le bas sont séparés et s’arrêtent aux coudes ou aux genoux. De cette façon, les sauteurs sont dans l’incapacité de tirer sur ces vêtements pour ajouter de la portance lors du saut. Clas Brede Bråthen, directeur du saut norvégien, se dit heureux de cette décision permettant plus d’équité qu’il a lui même proposé à la FIS en accord avec la fédération polonaise. Johan Remen Evensen, ancien sauteur et expert NRK, salue aussi ce changement : « c’est une possibilité de moins de tricher et ça permet de revenir sur un meilleur pied d’égalité, en particulier pour les petites nations qui ont moins de moyen », affirme-t-il.
Pour ce qui est des nouvelles modalités de qualification, tous admettent que cela apporte une pression supplémentaire lors d’un week-end de saut : plus personne ne sera à l’abri de ne pas se qualifier, même les meilleurs mondiaux. « Mais c’est positif pour le spectacle, notre sport et sa diffusion à la TV », rappelle Alexander Stöckl. En effet, cette décision avait été prise entre autres pour remonter les audiences TV des qualifications de saut à ski ainsi qu’augmenter le nombre de personnes venant y assister sur place. Ce format ayant très bien marché lors du Grand Prix d’été, il sera adopté pour la saison hivernale. « On perd un saut d’entraînement, analyse Kenneth Gangnes, mais les qualifications deviennent plus intéressantes. »
 
 

Bjørndalen : son rôle dans la coopération sino-norvégienne

 

Ole Einar Bjørndalen l’a promis : il aidera la fédération de ski chinoise à former et sensibiliser la population avant les Jeux Olympique 2022 à Beijing. « Je vais me concentrer sur la formation des enfants, leur apprendre le ski en s’amusant », a expliqué le biathlète norvégien au micro de la NRK. L’entreprise Madshus, dans l’optique d’investir le marché asiatique, a en effet demandé à ses athlètes d’être ambassadeurs en Chine et Bjørndalen a aussitôt accepté de jouer le jeu. « Je n’ai encore eu aucune information sur les équipes de haut niveau, ajoute le Norvégien. Ma mission serait plus de former une plus large partie de la population. »
Pour le moment, un seul voyage en Chine est prévu mais Bjørndalen n’exclut pas de s’y rendre de plus nombreuses fois. « C’est passionnant, confie-t-il. On a tourné des vidéos pour qu’ils apprennent avec cela et je vais aussi m’y rendre pour les former sur place. »

 

 

Vikersund officiellement candidate

Mercredi dernier, Vikersund a officiellement rendu sa candidature à la FIS pour organiser les championnats du monde de vol à ski 2022. Dix ans après la dernière candidature de la ville norvégienne, la délégation espère voir revenir cet événement sur son tremplin. « Ce serait une opportunité fantastique pour Vikersund et sa région, affirme Håvard Orsteen, l’un des responsables du comité d’organisation. Depuis 2012, Vikersund s’est énormément développée et ce serait incroyable de préparer cette grande fête pendant 5 ans. Nous savons qu’il existe une énorme attente quant à ce projet, du côté de la ville comme de la fédération ou des athlètes et nous attendons mai avec impatience. » La FIS révèlera en effet au mois de mai 2018 quelle ville a été retenue pour organiser ces mondiaux de vol 2022 après Oberstdorf en 2018 et Planica en 2020.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.