Vu de Norge #80 : Petter s’inquiète pour Tomas Northug

RUBRIQUE – L’hiver est peut-être fini… mais sur la planète nordique, il s’en passe des choses du côté de la Norvège.

 

Sundby égale Dæhli

 

Revue de web

 

Aux championnats nationaux de Beitostølen, Martin Johnsrud Sundby a encore raflé plusieurs titres, égalant le record de 12 victoires de Bjørn Dæhli. Malgré une petite méforme qu’il confie à différents médias norvégiens et une chute sans conséquence (sauf pour son farteur, furieux de retrouver un ski cassé), le numéro 1 mondial a une nouvelle fois montré qu’il restait le maître de l’hiver sur les skis de fond.

Il admet pourtant que Sjur Røthe lui a donné du fil à retordre lors du 50 km où le vainqueur du général a chuté, perdant de précieuses secondes. Malgré tout, Sundby s’impose et remporte son 12e titre individuel, 14e en comptant les victoires par équipe en championnats nationaux. Il n’y a pas à dire, les Norvégiens aiment faire tomber les records !

 

 


Tora Berger de retour, Marit Bjørgen blessée

 

Revue de web

 

Deux ans après sa retraite et un an après être devenue maman, Tora Berger a rechaussé les skis en compétition et avec succès ! Sans entraînement spécial, l’ancienne championne est revenue avec panache et a avoué aux médias, son fils sur les épaules, que c’était bon de retrouver les sensations des podiums.

Marit Bjørgen, quant à elle, n’a pas eu cette chance. Elle a dû renoncer aux championnats nationaux du fait d’une blessure à la hanche. Pas de quoi s’inquiéter, juste une petite surdose d’entraînement quelques jours avant la compétition. Un médecin de l’équipe nationale, Fredrik Bendiksen, a donc déclaré à VG qu’il avait été décidé de ne pas prendre le risque d’aggraver les choses. L’objectif principal restant de se préparer pour la saison prochaine, Bjørgen a dû se faire une raison.

Bendiksen confie de plus à la NRK que la fondeuse a peut-être voulu revenir trop rapidement après son accouchement. Marit Bjørgen va donc devoir lever le pied et être plus patiente si elle veut éviter de se blesser à nouveau…

 


Svendsen : 2 ans

Beaucoup se sont demandés si Emil Hegle Svendsen allait continuer sa carrière après une saison difficile mentalement. Pourtant, le Norvégien avait déjà annoncé qu’il ne prendrait pas sa retraite avant d’être redevenu le numéro 1 mondial. Il n’est donc pas étonnant que, cette semaine, le biathlète ait confié à la NRK qu’il repartait pour au moins deux ans, soit jusqu’aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeong-Chang.

En effet, même si son palmarès est complet avec des victoires aux mondiaux, aux JO et au général, Svendsen veut de nouveau être le meilleur devant Martin Fourcade. Et si cet hiver ne s’est pas passé comme il le voulait, il est bien décidé à changer les choses la saison prochaine. Il avoue aussi à la NRK qu’il ne refera pas l’erreur de trop s’entraîner mais tentera de trouver le juste milieu entre formation et repos.

 

 


Le mercato du ski de fond

 

Revue de web

 

Après une saison de fond largement dominée par la Norvège, les experts de la discipline s’attendent à un remaniement dans les équipes nationales. Des athlètes comme Martine Ek Hagen, Kari Vikhagen Gjeitnes, Kathrine Harsem, Pål Golberg, Chris Jespersen, Simen Sveen, Anders Gløersen ou encore Tomas Northug n’ont en effet pas eu des résultats à la hauteur des espérances et risquent de devoir dire adieu à l’équipe nationale.

Bien sûr, certains à l’instar de Tomas Northug ont souffert de maladies et devraient donc être excusés s’ils se montrent à la hauteur cet été. Pourtant, avec plusieurs jeunes nouveaux athlètes, lui aussi risque de perdre sa place comme les autres. Les experts de TV2 pensent donc que Kari Oyre Slinde, Martin Løwstrøm Nyeng et même Håvard Solas Taugbøl pourraient faire leur entrée parmi les plus grands, au risque de pousser vers la sortie des fondeurs au palmarès bien plus fourni.

 

 


Northug : une histoire de famille

NORTHUG Tomas

NORTHUG Tomas
NORTHUG Tomas

NORTHUG Tomas

Tomas Northug à Falun (photos : Stanko Gruden/Agence Zoom)

 

S’il y a quelqu’un à qui le remaniement des équipes nationales ne plaît pas, c’est bien Petter Northug Jr. Savoir que son frère Tomas risque d’être poussé vers la sortie sans autre cérémonie embarrasse l’aîné de la fratrie. Les médias norvégiens rapportent ainsi que Northug pense dur comme fer que son cadet devrait rester dans l’équipe nationale et ne pas la quitter puisque ses résultats décevants cet hiver ne sont dus qu’à ses nombreuses maladies au cours de la saison.

L’entraîneur de l’équipe de sprint, Arild Monsen, confie quant à lui à VG que rien n’a encore été décidé mais que le fait que Tomas Northug fasse partie de l’équipe nationale depuis la saison 2013/2014 ne joue pas en sa faveur. Trop ancien alors que son frère est persuadé que c’est maintenant qu’il va exploser ? Avec autant de talent, Tomas Northug est définitivement sur la sellette malgré les efforts de son aîné Petter. Ce dernier en ferait presque du chantage à la fédération. Comment ? Eh bien le quotidien Dagbladet rapporte que le fondeur serait prêt à s’entraîner en lien plus étroit avec l’équipe nationale. Une façon de faire pression sur le retour de son petit frère ? Après tout, pour Petter Northug Jr., rien n’est plus important que la famille…

 

Capture d’écran 2016-04-05 à 08.14.17

 

 


Pas de laissez-passer pour les biathlètes

Alors qu’ils se rendaient en Russie pour une compétition, 19 biathlètes norvégiens de Tromsø se sont vus refuser l’accès au territoire russe. La raison ? Il a fallu peser, compter et mesurer les armes et les munitions de chacun. Un travail qui a pris 4 à 5 heures pour les athlètes réunis avec différentes nations dans un car. Finalement, tous ont pu passer la frontière pour se rendre à Mourmansk où se déroulait la compétition.

 

Revue de web

 

L’un des biathlètes, Sigurd Vaaland, confie qu’il n’y a presque que pour la Russie où le problème se pose vraiment. Mona Lisa Skipnes, coordinatrice de l’événement, avoue quant à elle que l’organisation à Mourmansk n’était pas bien au courant des législations et qu’il y a donc eu un manque certain de communication entre les différentes équipes. Mais puisque tout le monde est arrivé à bon port, Skipnes en sourit et assure qu’au moins, ils seront prévenus pour les prochaines fois…

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.