Vu de Norge #87 : Northug perd son ancien entraîneur

RUBRIQUE – Chaque mardi, retrouvez toute l’actualité nordique en provenance de Norvège.

 

 

Northug perd son entraîneur et ami Nossum

Eirik Myhr Nossum est un ami d’enfance de Petter Northug Jr. Depuis que ce dernier a quitté l’équipe nationale, Nossum a aussi été un de ses entraîneurs jusqu’en 2014. Mais s’il a été remplacé au sein du team Coop, l’équipe du fondeur, il a désormais retrouvé un emploi… Au sein de l’équipe nationale !

 

Revue de web

 

Un rêve qui se réalise pour Nossum, comme il le confie à la NRK. Il assistera ainsi les entraîneurs de l’équipe masculine Tor Arne Hetland et Arild Monsen. Mais si Eirik Myhr Nossum est conscient de représenter les meilleures périodes mais aussi les pires de la carrière de Northug, ses collègues fondent l’espoir qu’il puisse aider à un rapprochement entre l’équipe nationale et le fondeur le plus incontrôlable de Norvège.
 

 
Et si Petter Northug Jr. avait semblé intéressé par une possible collaboration avec son ancienne équipe, depuis l’éviction de son petit frère Tomas, les discussions sont au point mort. Mais cela ne fait pas peur à Nossum qui espère pouvoir jouer un rôle clé dans les accords entre son ami et son nouvel employeur. Northug, quant à lui, n’a pas réagi.

 

 

Revue de web

 


Østberg pour la bonne cause

Les Norvégiens ne sont pas seulement de bons skieurs ! Ce sont aussi, en majorité, des gens altruistes, prêts à s’impliquer dans les œuvres de charité à l’image de la fondeuse Ingvild Flugstad Østberg. Récemment, l’athlète est partie en Ethiopie avec l’association Right to Play (le droit de jouer) qui a pour but d’utiliser le sport pour aider les enfants des pays défavorisés à s’épanouir.

 

Revue de web

 

La biathlète Synnøve Solemdal est elle aussi ambassadrice de cette association. Revenue de son séjour, la fondeuse Østberg a expliqué que les athlètes pensent souvent uniquement aux médailles et aux performances, oubliant que d’autres n’ont rien quand eux ont tout. « Mais c’était bien de voir la joie de vivre de ces enfants, de voir leur joie de pouvoir jouer au football ou courir avec nous. C’était impressionnant de voir que quelque chose de si simple pouvait être si important là-bas » ajoute Østberg. La fondeuse n’a d’ailleurs pas hésité à donner un peu plus à ces enfants éthiopiens puisqu’elle a offert sa paire de baskets à un jeune garçon. « Je suis sûre qu’elles seront bien utilisées au moins », confie-t-elle après coup.
 

 


Le combiné met en place sa stratégie

L’équipe de combiné norvégienne pour la saison prochaine sera la même que l’hiver dernier avec en ligne de mire les mondiaux de Lahti en février 2017. Magnus Moan, Håvard Klemetsen, Mikko Kokslien, Jan Schmid, Magnus Krog, Jørgen Graabak et Jarl Magnus Riiber défendront ainsi les couleurs scandinaves sur la coupe du monde et aux championnats du monde. Plus loin que Lahti, ils visent tous PyeongChang en 2018 et Seefeld en 2019. Et pour être au meilleur niveau pour les trois prochaines années, le combiné norvégien met déjà en place sa stratégie.

 

Revue de web

 

Si les plus anciens comme Moan ou Kokslien ont pour mission d’aider les plus jeunes à l’instar de Riiber, ces derniers doivent tirer de nouveau vers le haut leurs coéquipiers en leur fournissant de nouveaux adversaires. Un échange de bons procédés sur lequel parient les entraîneurs pour que tous les athlètes norvégiens retrouvent les podiums et les médailles. Début des camps d’entraînement fin mai-début juin où les combinés apprendront à sauter plus loin et skier plus vite. C’est en tout cas ce qu’ils promettent à leurs adversaires…

 

 


L’Islande pour nouvelle patrie

Snorri Einarsson a skié au plus haut niveau pour la Norvège. Non-sélectionné dans l’équipe nationale, il a fait le pari de changer de nationalité en vue des Jeux Olympiques 2018. A 30 ans, il fait partie du team norvégien Santander et peut donc participer à certaines épreuves de coupe du monde. Néanmoins, Einarsson est réaliste et sait qu’il ne sera pas forcément sélectionné pour les JO s’il reste norvégien.

 

Revue de web

 

Son père étant islandais, le fondeur a décidé de prendre cette nationalité. Mais les formalités administratives sont longues, Einarsson devra donc patienter jusqu’à la saison 2017/2018 pour faire partie de sa nouvelle équipe. A temps pour les Jeux de Corée du Sud. Et pour lui, ce n’est pas un coup de poker mais un choix mûrement réfléchi. Depuis 2010 et Vancouver, Snorri Einarsson a longuement pensé à cette option avant de finalement sauter le pas. Son entraîneur de l’équipe Santander approuve d’ailleurs cette décision, même s’il doute que son protégé accrochera une médaille olympique. Mais pour Einarsson, le rêve olympique c’est surtout de représenter l’Islande et de battre quelques norvégiens en piste…

 

 


La fête nationale de Norvège du 17 mai

Chaque 17 mai, les Norvégiens enfilent leurs tenues traditionnelles pour la fête nationale de leur pays. Une coutume suivie même par les skieurs. Petit tour d’horizon sur instagram.

Tomas Northug : 

Grattis med dagen ! #hipphipphurra

A photo posted by Tomas Northug (@tnorthug) on

Grattis med dagen ! #hipphipphurra

Une photo publiée par Tomas Northug (@tnorthug) le


 
Marthe Kristoffersen :

Hipp hipp hurra🇳🇴🇳🇴☀️ @espenbijay

Une photo publiée par Marthe Kristoffersen ⭐️🐒 (@marthek89) le


Magnus Krog :


 
Tiril Eckhoff :

Niklas Dyrhaug :

Gratulere med dagen folkens! To blad Dyrhaug feire nasjonaldagen på godt gammeldags Tydalsvis 🍾😉

Une photo publiée par Niklas Dyrhaug (@niklasdyrhaug) le


 
Sauteurs à ski :

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.