Vu de Norge #98 : les suites de l’affaire Sundby

Vu-de-Norge-600x400

RUBRIQUE – La planète nordique n’en finit pas de tourner en Norvège. Même en été…

 

Siegfried Mazet, la botte secrète des Norvégiens

13662360_1217528361592798_6455053997048875905_o

 

Au Blink Festival, Siegfried Mazet se confiait au micro de Nordic Magazine sur son intégration au sein de l’équipe norvégienne. Il a aussi récemment donné une interview pour la NRK, première chaîne norvégienne, qui le voit comme LE nouvel atout de l’équipe de biathlon scandinave pour vaincre Martin Fourcade, ancien protégé du coach de tir.

 

Revue de web

 

Avec les Norvégiens, Mazet reprend tout depuis le début, voulant les aider à se débarrasser de certaines mauvaises habitudes. Et Johannes Thingnes Bø ne tarit pas d’éloge à son propos, avouant au micro de la NRK que, dès leur première rencontre, il a eu un grand respect pour le Français et a placé tous ses espoirs en lui pour qu’il les amène au niveau de leur rival tricolore. A vrai dire, il le voit même comme le facteur X qui permettrait à l’équipe de biathlon norvégien de faire un bond en avant et se placer au niveau de Fourcade.

Apportant sa philosophie avec lui, Siegfried Mazet tient à faire comprendre à sa nouvelle équipe que le tir est tout aussi important que le ski. Johannes Thingnes Bø, au Blink Festival, affirmait à Nordic Magazine : « C’est un très bon entraîneur. On n’a pas vraiment pratiqué les tirs rapides pour le moment, plus des tirs calmes et posés mais on progresse et on va commencer à attaquer. » Et si le cadet de la fratrie Bø place tous ses espoirs en ce nouveau coach, Siegfried Mazet pense lui aussi que le biathlète peut faire des étincelles lorsqu’il sera plus stable, dans un an ou deux.

 

 


Martin Johnsrud Sundby à Lahti (Photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

Martin Johnsrud Sundby à Lahti (Photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

Les suites de l’affaire Sundby

Exclu pour deux mois à partir du 11 juillet, Martin Johnsrud Sundby ne participera donc pas au stage de l’équipe nationale à Meråker du 8 au 13 août. Il n’a le droit de participer à aucune compétition FIS pendant ces deux mois et a interdiction aussi de s’entraîner avec le reste de l’équipe norvégienne pendant 6 semaines.
 

 
Il ne pourra donc les rejoindre sur les stages que fin août. D’ici là, un programme aurait été établi pour lui afin qu’il continue à se former dans de bonnes conditions. Acharné de travail, il fallait s’en douter, Sundby n’allait pas rester les bras croisés.

 

Revue de web

 

Pendant ce temps, un avocat norvégien spécialiste dans les questions sportives, remet en question la confiance presque absolue des athlètes envers les médecins de la fédération nationale. Les sportifs de l’équipe nationale sont en effet tenus contractuellement de suivre les conseils et directives des médecins de la fédération. Or, les règles antidopage sont très claires : c’est l’athlète qui est responsable de ce que l’on met dans son corps. Se pose alors la question de savoir si ce contrat est légal, mais aussi s’il est bon et raisonnable pour les athlètes. La fédération norvégienne de ski a promis qu’elle se pencherait sur le problème pour éviter qu’un cas comme celui de Sundby se reproduise.
 

 

Revue de web

 


Astrid Jacobsen se confie

Astrid Jacobsen n’est pas seulement une fondeuse talentueuse. C’est aussi une médecin en devenir et une athlète souffrant d’asthme. Portant toutes ses casquettes, elle a accepté de répondre à une interview de Dagbladet pour parler de comment tout cela se complète.

En tant qu’étudiante en médecine, Jacobsen a en effet une botte secrète : elle connaît très bien le fonctionnement du corps humain et a pu en profiter pour établir ses entraînements. Si elle a décidé de mettre entre parenthèses ses études pendant un an afin de passer un nouveau cap dans sa carrière de skieuse, la Norvégienne continue de profiter de son expérience, comprenant mieux que les autres les choix dans l’entraînement et l’alimentation que l’on demande aux fondeurs. Un avantage d’après ses propres dires, mais aussi un inconvénient si on passe trop de temps à penser aux raisons médicales et à étudier au lieu de pratiquer.

Quant à l’asthme dont elle souffre depuis toute petite, cela l’inquiète désormais plus qu’avant. Comme elle le confie, lorsqu’elle voit les conséquences de l’erreur du médecin de Sundby, elle n’est pas rassurée car cela pourrait aussi lui arriver. Si elle avoue qu’elle a plus de connaissances médicales que son coéquipier, elle comprend aussi qu’il ait fait confiance, sans y regarder de plus près, au médecin de l’équipe. L’expérience de Sundby aura en revanche un avantage : Astrid Jacobsen assure que les athlètes asthmatiques feront bien plus attention désormais. Et en réponse à ceux qui pensent qu’ils sont avantagés, la Norvégienne est sans appel : « il leur suffit de regarder mes statistiques. J’aimerais ne pas avoir d’asthme mais je suis née avec… »

 

Revue de web

 


Legkov, roi du 50 km à Sochi.

Legkov, roi du 50 km à Sochi.

Les biathlètes s’expriment sur le dopage russe

Le rapport McLaren sur le dopage d’état russe n’est pas passé inaperçu dans le monde du ski. Les révélations sur les pratiques de Jeux de Sochi et les allégations contre beaucoup de skieurs russes, dont les fondeurs, ont mis en émoi le monde des sports d’hiver. Jusqu’ici silencieux, les biathlètes se sont finalement exprimés au micro du journal Dagbladet. Ole Einar Bjørndalen, très populaire en Russie, se dit extrêmement déçu de ces révélations, lui qui a parfois été battu par ses adversaires russes. Néanmoins, la légende du biathlon ne préfère pas y penser, ne cherchant pas vraiment à savoir qui était ou non dopé face à lui.

Quant aux biathlètes russes actuels, Bjørndalen affirme que leurs relations avec les Norvégiens sont bonnes et qu’ils sont aussi bons que les autres sans dopage. Quant à Tarjei Bø, il n’est pas aussi catégorique. Choqué, il espère que toute la lumière sera faite sur l’affaire et que les athlètes dopés seront suspendus pour ainsi mettre fin à toutes spéculations. L’aîné des frères Bø ne remet pas en doute en revanche l’intégrité des biathlètes russes du circuit mondial.

Pour ce qui est de l’affaire Sundby, les deux biathlètes norvégiens se disent attristés pour le fondeur, Tarjei Bø rappelant qu’il le voit s’entraîner presque tous les jours à Holmenkollen, preuve de la détermination et du travail de Sundby qui seraient seuls responsables de ses bons résultats.

 

Revue de web

 


Heidi Weng a trouvé l’amour

 

Revue de web

 

En couple pendant quatre ans avec le sprinteur de fond Emil Iversen jusqu’à l’automne dernier, Heidi Weng s’était ensuite concentrée sur sa saison plutôt que sur ses amours. Mais c’est chose finie puisqu’elle a officialisé sa relation avec Kjetil Nygård, participant à une TV réalité de la chaîne NRK. Si le jeune homme a expliqué qu’il était très heureux avec elle, la fondeuse a préféré ne pas commenter auprès des médias. En revanche, son nouveau petit ami était là pour la soutenir sur la Lysebotn au Blink Festival et apparaît dans plusieurs de ses photos Instagram. Espérons que cela ne détournera pas Weng de son objectif de battre Johaug l’hiver prochain.

 

👌🏽🌅☀️😄 #ilovebirthdays

Une photo publiée par Heidi Weng (@heidiweng91) le


 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.