A Arçon, d’importants enjeux pour Antonin Guigonnat

Entretien avec Antonin Guigonnat, le biathlète de Villard/Boege (Haute-Savoie) qui, ce week-end à Arçon, va tenter de décrocher son ticket pour les circuits internationaux lors de la seconde étape du Summer biathlon tour.

463-Tonin2.jpg

Antonin Guigonnat, êtes-vous satisfait de votre 9e place en sprint et votre 12e place en poursuite aux Plans d’Hotonnes, lors de la première étape du Biathlon Summer Tour ?

Je suis relativement satisfait de ces résultats. La forme en ski n’était pas au rendez-vous après le stage en altitude, à Bessans.

 

Vous avez commis des erreurs au tir. Comment travaillez-vous ce point faible ?

Le tir, je le travaille surtout dans l’approche mentale. Le bagage technique est là, il faut s’appliquer pour mettre les balles au milieu de la cible.

 

Rappelons tout de même le sans faute au tir lors d’un relais international auquel vous avez participé !

C’était à Torsby, aux championnats du monde en 2010.

 

A Arçon, le week-end prochain, quels sont vos objectifs ?

Mes objectifs à Arçon ? C’est de mettre en place ce que j’ai appris à faire cet été au tir comme en ski. Ce sont des points techniques que je travaille à l’entraînement et que je ne devrais surtout pas oublier à Arçon.

 

Chez vous, le mental entre-t-il en jeu ?

Oui, le mental entre en jeu sur la piste et au pas de tir. Le mental, c’est une force énorme qui permet de se dépasser et de tenir la carabine comme il faut au bon moment.

 

582-Tonin3.jpgQuel est le conseil que les coaches vous donnent le plus souvent ?

Les coaches me rappellent que c’est moi qui décide de ce que je fais, que je détiens quasiment seul les clés pour réussir, au fond de moi.


Etre au Pôle France du CNSNMM de Prémanon, est-ce un confort pour vous ?

Le pôle France est un vrai confort. Il y a toujours un entraîneur sur le pas de tir (Patrice Bailly-Salins), la structure me permet de passer mon brevet d’Etat de ski nordique, et je rentre chez moi tous les week-ends parce que Prémanon est à une heure de chez mes parents en Haute-Savoie.

 

On a l’impression que pour vous, l’esprit de groupe (avec Simon Desthieux, Baptiste Jouty et Rémi Borgeot) est très important, mieux que cela vous nourrit. Est-ce vrai ?

Oui, je crois à une amitié sincère dépassant désormais le monde du biathlon. On a même quelques projets en commun. Sportifs bien entendu mais aussi de vacances et de travaux.

 

Pendant l’hiver, quel exploit que vous viendriez de réaliser aimeriez-vous voir publier par Nordic Magazine ?

“Borgeot, Desthieux, Jouty et Guigonnat remportent le relais des Championnats d’Europe de Bansko ce 26 février 2013”.

 

Votre programme des prochaines semaines ?

Très dépendant des résultats de ce week-end. En effet, ce sont les sélections pour les circuits internationaux et cela conditionne tout le début de saison.

 

Précision : les sélections nationales d’Arçon des 19, 20 et 21 octobre s’opèrent ainsi : sprint, sprint, poursuite à l’addition des points FFS des deux meilleures courses.

Pour la course de poursuite, seul le résultat de la course du jour sera pris en compte pour le calcul des points. Les A ne participent pas au premier sprint du vendredi.

Photos : Jean-Yves Begon (Antonin Guigonnat lors du sprint aux Plans d’Hotonnes)


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade