A Hochfilzen, les biathlètes tricolores arrachent une belle 3e place

Avec une composition inédite dans le relais féminin d’Hochfilzen, l’équipe de France a pris une belle 3e place, derrière l’Ukraine et l’Allemagne.

 

 

Le contexte

 

Premier relais de la saison aujourd’hui sur la piste autrichienne d’Hochfilzen et ce sont les femmes qui ouvrent le bal. En l’absence de Marie Dorin-Habert, le staff français mise sur la jeunesse en la personne d’Anaïs Chevalier, préférée à Marine Bolliet. Brillante hier face aux cibles sur le sprint, la jeune biathlète intègre donc, pour son premier week-end de coupe du monde, le relais féminin français aux côtés de Marie-Laure Brunet qui lance ses copines, Sophie Boilley et Anaïs Bescond, en finisseuse.

Sans surprise, la Norvège, grande favorite et championne du monde en titre, s’élance avec le dossard 1 juste devant les Ukrainienne des sœurs Semerenko toujours très précises sur le pas de tir et l’Allemagne toujours au rendez-vous… Saluons aussi la présence des trois sœurs Gasparin dans le relais helvétique.

 

 

La course

 

Dans un magnifique décor blanchi par 10 cm de neige tombé dans la nuit, Marie-Laure Brunet se cale dans les skis d’Ann-Kristin Flatland. Rapidement installée, rapidement repartie grâce un 5/5, la Pyrénéenne ressort en tête devant l’Ukraine, la République tchèque et le Belarus ; alors que la première relayeuse Norvégienne pioche deux fois et ressort très loin, à 40 sec.

Le tir debout bouleverse l’ordre établi : Vitkova tire les marrons du feu devant l’Ukraine. Brunet pioche trois fois pour blanchir les cinq cibles.

Sophie Boilley s’élance en 6e position à 17 sec du Belarus, au sein d’un gros groupe.

 

L’actuelle numéro un mondiale Gabriela Soukalova s’installe la première face aux cibles. Et tire parfaitement tout comme Sophie Boilley qui revient au contact.

Henkel revient dans le coup après le debout juste devant Semerenko et la brillante Française qui passe le relais en 3e position à la benjamine Anaïs Chevalier…

Impeccable et faisant fi de la pression de ce grand rendez-vous, Anaïs conserve la troisième place provisoire après le debout à 41 sec de l’Ukraine et de la Russie de Shumilova. Mais derrière, l’Allemagne n’est pas loin.

 

Le dernier relais peut commencer avec l’Ukraine de Pidhrushna toujours 17 sec devant la Russie de Zaitseva, l’Allemagne et la France d’Anaïs Becond, qui trébuche au moment de s’élancer, preuve de son impatience d’en découdre. La Jurassienne assure un sans faute tout comme ses trois adversaires directes alors que Tora Berger prend tous les risques mais doit remettre deux cartouches pour coucher les cinq cibles.

 

Seul le dernier tir debout peut remettre en cause ce podium provisoire. L’Ukrainienne ne doute pas une demi-seconde et s’envole vers une victoire emprunte de sérénité… La Russe par contre tremble face aux cibles : elle pioche trois fois et part sur l’anneau pour un tour. Anaïs Bescond repart dans les skis de Dahlmeier et devant Zaitseva.

 

La Jurassienne  se retrouve au coude à coude avec l’Allemande qui attaque après s’être abritée un moment… Ce sera tout de même un joli podium pour cette équipe de France inédite que les bleues dédient à Marie Dorin.

 

 

 

L’enseignement du jour

 

Même privée de sa leader, les bleues parfaites et homogènes, peuvent jouer devant. Anaïs Chevalier a prouvé aussi qu’elle avait parfaitement sa place dans ce relais. Et sans doute marqué des points auprès du staff français… « Bravo à Anaïs Chevalier pour ses débuts avec nous, a félicité Marie-Laure Brunet sur les réseaux sociaux. Marie, celui-là, il est pour toi… Rendez-vous jeudi à Biathlon Annecy-Le Grand Bornand et un nouveau relais.» Ce sera l’un de deux gros objectifs des Français avec les Jeux olympiques de Sochi.

 

Le résultat du relais est ICI

Photo : Agence Zoom –

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.