A partir de samedi, l’élite mondiale à la Trans’roller

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Les 14 et 15 septembre, ce ne sera pas une Trans’roller comme les autres. La compétition qui se déroule depuis 2001 dans le Haut-Doubs va servir de cadre à l’avant-dernière étape de la coupe du monde FIS de rollerski.

 

« J’espère faire une bonne place, confie Romain Claudon qui remettra son titre en jeu le dimanche. C’est une course que j’apprécie et je pense que le parcours me convient. »

Le tracé a été modifié. Le samedi, le départ aura lieu dans le centre ville de Pontarlier, et l’arrivée sera jugée dans la côte du Larmont et non pas au sommet, comme lors des précédentes éditions. Le dimanche, les coureurs s’élanceront également de la capitale du Haut-Doubs, et non pas d’Oye-et-Pallet. Direction Mouthe, trente kilomètres plus loin.

Pour les dames et les juniors, le trajet débutera à Malbuisson.

Autre nouveauté : les deux journées seront liées autrement que par un challenge. Les écarts du prologue du samedi sur la Montée du Larmont seront conservés pour fixer l’ordre et les écarts de temps au départ de la poursuite, dimanche à Pontarlier.

L’élite mondiale sera plus que jamais mobilisée, qu’il s’agisse de la Squadra Azzurra du rollerski – Sergio Bonaldi, Simone Paredi ou encore Alfio Di Gregorio – ou des Russes. À moins que le trophée ne reste en France. Le directeur d’épreuve en conserve un chez lui. Il l’a gagné en 2003. Il s’agit d’Alexandre Rousselet.

Les amateurs ne seront pas exclus et pourront participer indifféremment aux deux épreuves ou à une seule.

« On se doit d’organiser de belles courses, promet Hervé Balland, président de Trans’Organisation. Que la FIS nous fasse confiance récompense le travail de l’équipe ces dernières années. On espère un vrai engouement, tant au niveau des coureurs que du public. » Après, la Trans’roller devra réfléchir à son avenir, à la meilleure manière d’inscrire cette course dans le temps.