A Wisla, on produit de la neige par +20°C

SAUT – Une entreprise polonaise a mis au point un procédé pour fabriquer de la neige par de chaudes températures. La coupe du monde de saut à ski de Wisla profite de cette innovation pour l’ouverture de la coupe du monde.

 

La coupe du monde de saut à ski va débuter à la mi-novembre. Au programme, la qualification le 17 novembre, l’épreuve par équipes le lendemain et le concours individuel le dimanche. Les athlètes ne s’élanceront pas d’un tremplin du grand nord de l’Europe, mais à Wisla. Et bien que la ville, avec ses 11 000 habitants, se trouve au 50e degré de latitude, soit à peu près la même que Prague et et Francfort/Main, l’enneigement est d’ores et déjà garanti. Rien à voir avec l’altitude, puisque la cité polonaise est implantée à environ 430 m d’altitude. Dès lors, comment les organisateurs peuvent-ils assurer que la neige sera bien présente ?

L’explication est fournie par l’entreprise Supersnow, une entreprise polonaise d’environ 200 employés. Son siège est situé près de Zakopane (POL), son cœur de métier  est la fabrication de canons à neige. Une succursale en Autriche a été ouverte en 2017.

Supersnow produit de la neige, même si les températures ne ressemblent pas du tout à celles observées l’hiver. La semaine dernière, il faisait d’ailleurs environ 20°C à Wisla quand la production a commencé. « C’est possible avec des températures allant jusqu’à + 30°C », explique Rafal Topolski, directeur général de Supersnow, dans une interview accordée à la FIS.

 

1 m3 d’eau = 1,5 m3 de neige

Les deux conteneurs dans lesquels la neige est produite n’attirent pas l’attention. On ne remarque que des deux tuyaux. Rafal Topolski explique le procédé : « Pour les 30 cm de neige nécessaires, nous avons besoin d’environ 1 600 mètres cubes, ce qui équivaut à environ 70 gros camions. Nous produisons environ 150 mètres cubes par jour. Nous fournissons 30% de volume supplémentaire, pour éviter tout problème. Nous n’utilisons que de l’eau propre et froide, pas de produit chimique. »

La neige fabriquée est beaucoup plus lourde que la neige naturelle ou celle produite avec des canons à neige. Cela la rend beaucoup plus résistante aux hautes températures et à l’humidité. « Nous pouvons donc affirmer que le tremplin de Wisla sera prêt pour l’ouverture de la coupe du monde et aussi pour l’entraînement », assure Rafal Topolski.

Au plus tard le 1er novembre, tout sera d’ailleurs en place.  Maintenant, seul le vent peut perturber la compétition. Cela reste un facteur d’incertitude sur tous les sites de la coupe du monde de saut à ski.

A noter que le week-end se déroulera à guichets fermés. A quatre semaines de l’événement, la billetterie affiche complet.

 

Avec la FIS.

Photo : FIS –

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.