Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympique, Jo d hiver, Montagne, Nordic mag
18.02.2018, Pyeongchang, Korea (KOR): Adrien Backscheider (FRA), Johannes Hoesflot Klaebo (NOR), (l-r) - XXIII. Olympic Winter Games Pyeongchang 2018, cross-country, 4x10km men, Pyeongchang (KOR). www.nordicfocus.com. © Modica/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Adrien Backscheider : « Je suis toujours sur le nuage des Jeux »

SKI DE FOND – Adrien Backscheider vit un rêve éveillé cette saison. Médaillé olympique à Pyeongchang, 12e du 50 km d’Oslo, le skieur vosgien espère finir fort la saison. Et surfer sur cette belle dynamique.

 

  • Adrien Backscheider, que vous inspire le fait d’avoir égalisé votre meilleure performance en coupe du monde en prenant la 12e place du 50 km d’Oslo ?

Je suis toujours sur le nuage des Jeux. Tout se passe merveilleusement bien depuis que je suis rentré. Je reçois beaucoup de sollicitations sympas et originales. C’est fou l’engouement qu’il y a derrière une médaille !

La forme est aussi bonne. J’ai progressé au fil de la saison et j’ai fini les Jeux pas trop usé. Du coup, je surfe sur ce mélange. Au 50 km d’Oslo, j’avais les jambes pour jouer, donc j’en ai profité. Plus qu’il y a trois ans où j’avais vraiment souffer,t mais aussi profité des gaufres ! Je vais encore tout faire ce week-end à Falun pour faire encore mieux.

 

Mener le 50 km était excitant à vivre !

 

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

  • Pour revenir à ce mythique 50 km que vous avez régulièrement mené avec Robin Duvillard et Jules Lapierre, comment l’avez-vous vécu dans cette incroyable ferveur populaire ?

C’était excitant à vivre ! Le rythme était soutenu, mais on était placé, donc ça annonçait quelque chose de bien. Le jeu des bonifications et du changement de ski était sympa. Ce sont des éléments qui pimentent la course avec la dimension tactique et les points à prendre pour le classement général.

Ça apporte du suspense entre ceux qui changent ou pas, et ceux qui jouent les points et/ou le classement final. En plus de ça, l’ambiance était vraiment magique avec du monde tout le long de la piste et des endroits encore plus bondés que d’autres.

ski de fond, sports d'hiver, 50 km, Oslo, Dario Cologna, hiver, coupe du monde, skate

Adrien Backscheider (FRA), Dario Cologna (SUI), Jules Lapierre (FRA), Martin Johnsrud Sundby (NOR), Simen Andreas Sveen (NOR), Hans Christer Holund (NOR).

Pour les Norvégiens c’est la sortie de l’année : ils viennent en famille ou entre amis sur plusieurs jours. Les petits apprennent à monter la tente en même temps qu’à marcher ou skier !

C’est l’une des plus belles courses à aller voir. Le site est juste au-dessus de la ville avec une superbe vue sur la baie. Tout est super bien fait pour que la fête soit vraiment belle.

 

  • Qu’est-ce qui vous manque encore pour vous mêler à la dernière bataille sur ce genre de course au long cours ?

J’étais content de m’en sortir comme ça parce j’ai eu un rhume les jours avant la course. J’ai aussi dû gérer des crampes dans le dernier tour.

Les bons résultats en courses me donnent confiance dans ce que je fais et vont m’aider à avancer encore plus vite.

 

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

 

Je préparais cette année olympique depuis longtemps

 

 

  • Cette superbe 12e place sur le 50 km d’Oslo est aussi la cerise sur le gâteau d’une saison pleine et marquée par votre retour en force après une saison difficile…
    Quel regard portez-vous, avec le recul, sur ces 18 derniers mois ?

Je la préparais depuis longtemps cette année et je rêvais qu’elle soit belle. Quand ça arrive, ce sont d’énormes émotions.

Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympique, Jo d hiver, Montagne, Nordic mag, ski de fond

Adrien Backscheider (FRA), Johannes Hoesflot Klaebo (NOR)

On travaille dur pour les vivre et les revivre. J’ai eu pas mal de changements en intégrant le groupe sprint et en travaillant sous la houlette de Cyril Burdet.

Je suis aussi très content d’avoir rejoint le Team Jobstation et de skier avec mes nouveaux skis Rossignol. Tout ça m’a enrichi dans ma quête. Beaucoup d’autres personnes m’ont énormément soutenu de près ou de loin et je tiens à les remercier chaleureusement.

 

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

 

  • Outre la cerise, le dessert de l’hiver a bien sûr été cette fameuse médaille olympique sur le relais hommes de Pyeongchang. Après le bronze mondial de Falun, réalisez-vous un rêve avec cette breloque olympique ?

Bien sûr ! Pour un gamin qui vient de la ville et qui a appris à skier en regardant les champions, arriver médaillé à ce niveau si prestigieux c’est plus fort et plus beau qu’un rêve.

Je reçois beaucoup de messages de personnes qui s’identifient à mon parcours et qui se motivent pour atteindre leur objectif dans le sport ou dans la vie.

Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympique, Jo d hiver, Montagne, Nordic mag, ski de fond

Podium olympique pour Jean Marc Gaillard (FRA), Maurice Manificat (FRA), Clement Parisse (FRA), Adrien Backscheider (FRA).

 

  • Il reste un week-end de coupe du monde à Falun et des championnats de France sur lesquels vous avez régulièrement brillé, notamment à Prémanon voici quatre ans… Dans quel état d’esprit allez-vous aborder cette dernière ligne droite de l’hiver ?

Je profite de tout le positif du moment. Tout se passe bien mais tout peut aussi lâcher donc je fonce et je j’arrêterai quand ce sera le moment de redescendre sur terre.

SKI DE FOND – Adrien Backscheider vit un rêve éveillé cette saison. Médaillé olympique à Pyeongchang, 12e du 50 km d’Oslo, le skieur vosgien espère finir fort la saison. Et surfer sur cette belle dynamique.

En 2014, après l’or des mondiaux U23, Adrien Backscheider décroche l’or national devant les cadors Manificat et Gaillard, à Prémanon.

Le mois à venir va être très chargé et excitant à vivre, j’espère que j’aurai assez de force pour profiter de tout le mieux possible.

 

 

  • Et personnellement, votre printemps sera marqué par l’arrivée d’un heureux événement… Heureux d’être bientôt papa ?

C’est la belle nouvelle de l’année ! C’était aussi mon rêve de fonder une famille et que ça arrive cette année c’est merveilleux, comme si le destin l’avait fait exprès…

Ma compagne est très courageuse pour tenir la maison pendant les déplacements et nos familles nous aident aussi beaucoup. C’est très chouette ce que l’on construit et cela me renforce dans ma vie d’athlète et d’homme.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

 

Photos : NordicFocus

 

 

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Rollerski

Pour Nordic Magazine, Arnaud du Pasquier revient en longueur sur le Dupaski Festival, l'événement de ski-roues qu'il a mis en place en quelques semaines.

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

Ce mercredi, Jules Lapierre, au contraire de ses coéquipiers de l'équipe de France de ski de fond, ne prendra pas de nouveau la direction...

Ski de fond

6:39. Ce dimanche, la ville située la plus au sud de la planète, Ushuaia (Argentine), organisait, pour la première fois depuis trois ans, l’Ushuaia...

Ski de fond

Changement d'équipementier pour le Chartrousin Jules Lapierre, qui skiera dorénavant sur des Salomon.

Ski de fond

Christophe Perrillat, le coach du Haute-Savoie Nordic Team, revient pour Nordic Magazine sur le stage passé ces derniers jours aux Plans d'Hotonnes (Ain).

Ski de fond

Durant l'été, Nordic Magazine donne la parole, chaque jour, à un nordique retraité. C'est au tour de l'ancienne fondeuse Anouk Faivre-Picon, devenue Wibault, de...

Biathlon

A moins de trois semaines du début de son festival, Martin Fourcade se réjouit de l'ampleur que son événement, lancé en 2019, a pris.