Anaïs Bescond : “Finir 20e du sprint ne figurait pas dans mes rêves”

La Jurassienne Anaïs Bescond, 20e du sprint et 23e de la poursuite, dresse un bilan sans langue de bois à mi-course des mondiaux de Nove Mesto.

 

Capture-d-ecran-2013-02-11-a-15.01.16.png

Anaïs Bescond n’est pas contente de ses résultats sur le sprint et la poursuite (© Agence Zoom).

 

Le bilan que la Jurassienne dresse de son début de mondial commence par une description des lieux et de l’ambiance qu’il règne en République tchèque. “Davantage de spectateurs étaient présents pour la poursuite de dimanche, essentiellement des Tchèques, des Slovaques, assez peu d’Allemands (comparé à Ruhpolding ou Antholz), quelques Norvégiens très sympas et une poignée d’irréductibles Français ! Les hommes nous ont gratifiés d’un superbe duel franco-norvégien avec avantage Svendsen pour 2,4 cm sur Martin.”

 

En ce qui concerne les dames, elles n’ont pas été aux avant-postes sur cette poursuite remportée par Tora Berger. 11e avec un bon 19/20, Marie-Laure Brunet affiche la meilleure performance tricolore alors que la Morberande a reculé de la 20e à la 23e place, la faute à quatre fautes au tir. “Les positifs me diront, « il reste trois courses »… c’est vrai, constate Anaïs Bescond. Déjà, je n’ai pas eu l’honneur de prendre le départ du relais mixte argenté. J’ai suivi la course avec envie depuis ma chambre. L’excitation nous gagne vite ! J’attendais Samedi impatiemment, ça allait être à moi de rentrer en piste… Personnellement, j’ai vécu mon sprint comme un échec. C’est bête de ma part, car 20e à 1 min 10 de la gagne, c’est correct. Sauf que je ne m’en contente pas, que deux tours, c’est trop, et que moi ce week-end j’ai vu le verre à moitié vide.

 

Mobilisée pour l’individuel de mercredi”

 

Pourtant, la vice-championne du monde de relais ne baisse pas les bras : “Je positive depuis le début de la saison. Il est vrai que mes tirs sont meilleurs que l’hiver dernier, malgré tout, ce n’est toujours pas suffisant. Dans mon fort intérieur, j’abordais les courses de Nové Mésto boostée à bloc, avec de grosses envies. Vingtième ne faisait pas partie de mes rêves. 23e à la poursuite non plus, mais voilà, c’est fait. A présent je dois me remobiliser pour l’individuel de Mercredi. Je serai à nouveau à fond, et il n’y a pas de raison, ça finira bien par passer.”


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade