Anaïs Bescond : « Je souhaite être à la hauteur des attentes à Arçon »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Anaïs Bescond sera sur ses terres ce week-end à Arçon pour les championnats de France de biathlon d’été. Elle aborde ce rendez-vous un brin « stressée ». Entretien à J-1…

Anais_ete.jpg

Anaïs Bescond, la préparation estivale touche bientôt à sa fin. Comment s’est-elle déroulée pour vous ?
Tout se passe bien jusque la, l’été s’est bien passé on à bien travaillé en stage, à la maison aussi.

Au championnat d’Allemagne, l’équipe de France féminine a réussi un joli tir groupé avec Marie Dorin-Habert (1e), Marie-Laure Brunet (3e) et vous (7e) sur l’individuelle de 15 km. Quels enseignements en tirez-vous ?
C’est intéressant de voir où on se situe par rapport aux autres. En allemagne nous nous sommes confrontées aux meilleures mondiales et on voit sur la course que nous sommes dans le tempo, c’est plutôt bon signe ! Mais il reste encore quelque temps avant d’en découdre pour de bon sur les skis. D’ici la, il ne faudra rien lâcher !

Sur cette course en Allemagne, malgré quatre minutes de pénalité, vous n’êtes pas loin de la tête… De quoi se rassurer ?
En effet, j’étais bien à ski, ça prouve que mon entraînement me convient bien, j’en suis contente ! Après ce n’est pas du ski sur neige, et comme vous dites, je fais quatre fautes, j’ai encore du travail !

Ce week-end, vous serez l’une des prétendantes au podium sur les championnats de France de biathlon d’été à Arçon. Comment abordez-vous cette compétition ?
Je suis un peu stressée face à cette course sur mes terres. Je souhaite être à la hauteur des attentes ! Pourtant je me sens plutôt fatiguee, on a pas mal enchainé les stages et je ne serai pas fachée de prendre un peu de repos après ces championnats.

Le dopage est une plaie du sport de haut-niveau”

Vous connaissez la piste d’Arçon par coeur, quelles sont, à vos yeux, ses spécificités ?
C’est une piste exigeante qui nécessite de la lucidité à cause d’une grosse descente au milieu avec des virages a bien gérer. Il faut maîtriser tous les pas et ne pas s’endormir, sinon on perd vite du temps !

Vous avez énormément progressé l’hiver passé. Qu’est ce qui vous manque encore pour jouer régulièrement des top 10 en coupe du monde ?

Sans hésité , de la régularité en tir!

Vous et les copines du relais tricolore allez recevoir, le 7 octobre prochain à Paris, la médaille d’argent des mondiaux suite au déclassement de l’Ukraine. Une satisfaction ?

C’est certain! Je regrette juste de l’obtenir de cette façon… Le dopage est la plaie du sport de haut niveau.

PHOTO : www.anaisbiathlon.com

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes