Aujourd’hui, Kilian Jornet a annoncé vouloir gravir l’Everest

« En 2015, l’objectif sera d’essayer de monter et descendre l’Everest le plus rapidement possible. » Kilian Jornet vient de dévoiler, aujourd’hui mardi, son nouveau défi. Il raconte : « Ce que je viens présenter aujourd’hui, c’est un nouveau projet que j’ai dans ma tête depuis longtemps. Je pense que depuis que j’étais enfant […], depuis ce moment est né dans mon esprit le flambeau ce projet qui a été en sommeil jusqu’à maintenant. »

Nul doute que cette annonce sera abondamment commenté dans le monde du trail, notamment lors de la Transju’trail, ce week-end, sur le massif jurassien.

Avant cela, Kilian Jornet s’est fixé d’autres objectifs. Cet été, il le passera dans les Alpes : « Ce sont deux traversées dans le massif du Mont Blanc. Le premier sur les skis des Contamines à Champex, qui relie les sommets les plus importants du massif et quelques-unes des descentes les plus spectaculaires. Ce voyage je le ferais avec deux amis, Stéphane et Mathéo. Le second, sera de Courmayeur à Chamonix en passant par le sommet su Mont-Blanc. En montant du côté sud, de l’Italie et descendant la face nord. » En 2013, il va essayer de battre les récords de montée et descente des sommets européens les plus importants, à commencer par le plus élevé, le mont Elbrus en Russie.

208038_1051677415938_970_n.jpg

Au programme, il y aura encore le Cervin, et le plus difficile des records, celui de Bruno Brunod : 3h14. Kilian Jornet veut aussi mieux faire que Goblet dans le Chamonix-Mont-Blanc-Chamonix.

Enfin, en 2014, complète-t-il, « nous allons traverser l’Atlantique pour trouver les deux plus hauts sommets en Amérique, l’Aconcagua en Amérique du Sud, avec près de 7 000 m et son fameux vent, et McKinley ou Denali en Alaska, un sommet avec des conditions météorologiques difficiles. »

Le moteur de Kilian Jornet : « Je suis un compétiteur, j’aime la compétition, allant au-delà a la recherche de mes limites. » Le jeune homme parle aussi de valeurs : «  La montagne m’a appris beaucoup de choses. Ce que je suis aujourd’hui, c’est grâce a elle ». il poursuit : « Une autre valeur dont je veux transmettre, c’est celle de la simplicité, sans doute : l’homme est-il capable avec de la technique et la technologie d’arriver très loin, très rapide ? » 

La réponse sera peut-être donnée par Kilian Jornet lui-même.