Baptiste Noel : « la joie a été plus forte que la douleur après ma chute »

Capture-d-ecran-2011-09-11-a-22.17.42.png

Baptiste Noel a remporté l’épreuve de ski-roue de 25 km de la Transroller en 45 minutes 44 secondes, devant Guillaume Bertault et Igor Cuny. Maxime Habran est sixième. Entretien avec le Vosgien, blessé lors de la course.

On attendait Berthault et Cuny sur les 25 km et vous vous êtes imposé. Encore une belle journée !

Oui une belle journée ! Je ne pensais pas réussir à m’imposer au sprint face à eux.

Surtout qu’au début de la course, vous avez été handicapé. Où avez-vous puisé l’énergie pour rejoindre la tête de course ? 

Je suis resté dans le groupe tout le long jusqu’à ma chute… Après le groupe s’est relevé pour que je le réintégre.

Qu’est-ce qui a provoqué cette chute à Malbuisson ?

Je me suis fait accroché par Guillaume Berhault accidentellement.

A ce moment-là, vous êtes vous dit : c’est fichu ! La jambe droite était bien touchée.

J’étais surtout assez énervé, je me suis relevé tout de suite et sur le coup je ne sentais pas grand chose… Mais plus la course avançait et plus cela me brûlait… Devant, ils ont été très fair-play en m’attendant pour réintégrer le groupe. 

Une fois dans ce groupe d’une dizaine de coureurs, vous prenez alternativement la direction avec Berthault et Cuny. Comment se répartissent les rôles ? On se parle ? Est-ce à l’instinct ?
Oui, tout le monde s’observe, est près à bondir dans les skis dès que quelqu’un attaque. Avec Igor, on se parle un peu pendant la course, vu que l’on est coéquipier !

Capture-d-ecran-2011-09-11-a-21.56.35.png

Finalement, vous l’emportez, en 45 mn et 44 secondes. La joie n’a pas dû durer longtemps avec la douleur.

Non, c’était quand même supportable… La joie l’emporte largement. C’est simplement les douches qui vont être moins joyeuses désormais (rire).

Première participation à la transroller. Votre sentiment ?
C’est une superbe course! Le parcours est top, l’arrivée pour l’emballage final est assez large. Vraiment bien!

Vous parliez du fair-play après votre chute. Diriez-vous que c’est une aussi une belle expression de l’esprit nordique qui existe dans le roller et le ski-roue, comme dans le ski ?
Oui, je pense.

Vous voilà blessé. Même si cela n’est pas grave, cela peut-il handicapé la suite de votre programme ?

Peut-être un peu. Mais ce n’est que de la peau en moins… J’espère que cela se résorbera rapidement. Mais cela ne m’empêchera pas de courir !

Les résultats en cliquant ici


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade