Baptiste Noel : « une victoire en coupe du monde, ce serait bien »

Image 3-copie-2

Entretien avec Baptiste Noël, médaille d’argent aux Mondiaux avec l’équipe de relais. Bilan d’une semaine depuis la Norvège, d’où il ne partira que demain.

 

Quelle semaine ! Des médailles pour les juniors avec la belle réussite de Romain Claudon et de l’équipe de relais, mais aussi pour les seniors. Le climat norvégien réussit aux Francais !

C’est clair ! Et ils ont réussi de belles performances (Nicolas Perrier, Guillaume Berthault et le troisième Vosgien Igor Cuny, ont terminé troisième du Team Sprint)

 

Mais vous aussi, vous avez su jouer votre rôle dans la course de relais…

Oui, j’avais vraiment l’envie. Je fais le premier temps des juniors lors de ma série ! J’avais vraiment la rage, je voulais réussir cette semaine, car elle n’avait pas bien débutée pour moi.

 

 

Romain Claudon a pris une autre dimension”

 

Lors de la mass-start, vous êtes brillant sur le plat, puis on a l’impression que vous n’avez plus d’énergie lors de la côte qui termine le parcours. Comme une panne d’essence !

C’est simplement que je ne suis pas un grimpeur, j’arrive à être très efficace sur le plat et dans les courtes bosses, mais quand la route s’élève, cela devient trop difficile pour moi. C’est pourquoi j’attend les épreuves de Markleeberg avec impatience, car c’est purement un parcours qui me convient.

 

Sur le relais, on a noté une belle alchimie entre vous troi (Baptiste Noel, Romain Claudon et le Savoyard Colin Saille, comme un trio qui joue la même partition.

Oui.

 

Surtout que Romain Claudon a gagné en confiance.

Oui, Romain a pris une autre dimension sur ces championnats du Monde. Il a été très bon partout !

 

Comment l’avez-vous encouragé ? Est-ce qu’il a fallu le convaincre de ses performances ? Quel rôle a joué l’équipe sur son mental ?

Non, il était déjà concient de son potentiel. Cette semaine l’a juste confirmé. 

 

Encore en Norvège ?

Oui, nous sommes encore en norvège. Nous rentrons à Paris demain matin et après nous rentrons dans les Vosges.

 

L’émulation nous tire vers le haut”

 

Et vous allez préparer Markleeberg.

Oui, je vais me repréparer très sérieusement en compagnie d’Igor et de Romain.

 

Comment aimeriez-vous finir cette saison estivale ?

Avec une victoire en coupe du monde, ce serait vraiment bien ! Et gagner les team-sprints de Croatie avec Romain.

 

Vous sentez-vous fatigué après cette semaine norvégienne ?

oui un peu, mais ça va.

 

Programme de la journée ?

Se remettre de la fête d’hier soir et sûrement petit footing décrassage au bord de la mer.

 

L’esprit d’équipe et la camaraderie : voilà votre potion magique !

C’est sûr ! Nous sommes avant tout de très bons amis au sein du team ! Il y a une grosse émulation et cela nous tire vers le haut.