Bastien Poirrier : « Il faut que je me transforme en guerrier »

Le Belfortain Bastien Poirrier, qui porte les couleurs du ski-club Markstein Ranspach, va participer à la coupe du monde de ce week-end à Gaellivare aux côtés de Maurice Manificat et des autres membres de l’équipe de France. Entretien à quelques heures du coup d’envoi de la nouvelle saison.

POIRRIER-BASTIEN-10KM-SKATE-ARVIEUX-2.jpg

 

Bastien Poirrier, vous êtes officiellement sélectionné pour la coupe du monde de Gaellivare. Quel est votre sentiment ?
Je suis satisfait car cette sélection valide le travail effectué jusqu’à maintenant, même si les chronos que l’on a faits entre les membres de l’équipe de France le validaient déjà! Je ne réussis pas de courses extraordinaires sur ces sélections, mais ça me permet tout de même de me sélectionner, ce qui reste l’essentiel. Maintenant, l’objectif est bien sûr de rentrer dans les points coupe du monde (les 30 premiers), que ce soit en skate ou en classique.

 

Il y a deux ans vous étiez à Sjusjoen (Norvège), l’an dernier à Kuusamo (Finlande). Avec cette expérience, comment vous préparez-vous mentalement ?
Je commence tout doucement à accumuler les départs en coupe du monde, mais ce n’est pas l’objectif que je me suis fixé. L’important n’est plus de participer mais bien de performer sur ce circuit si exigeant. Pour le mental, il faut que je me transforme en guerrier le matin de la course ; pour l’instant je suis au stade de combattant !

 

Il y a de grands rendez-vous cet hiver”


A propos, quand saurez-vous si vous retournerez à Kuusamo ou si c’est Mathias Wibault qui ira ?
Je verrai avec les coachs pendant la semaine comment je me sens et où en est ma forme physique, car la saison est longue et ça ne se joue pas qu’au début. Il y a de grands rendez-vous cet hiver avec les championnats du monde en Italie et les Jeux mondiaux militaire en France au Grand-Bornand en fin de saison (Venez nombreux nous encourager !), donc il va falloir gérer tout ça.

 

Revenons à Beitostolen. Au 15 km libre, vous terminez 17e à 1’32” de Petter Northug Jr. Comment avez-vous vécu cette course ?
Je suis parti prudemment pour ne pas me griller mais je me suis un peu “endormi” au milieu de la course. Heureusement, j’ai réussi à accélérer en fin de course pour terminer à cette place. J’ai été seul quasiment toute la course, donc ce n’était pas facile pour se surpasser. Au final, je suis satisfait mais je peux mieux faire. Petter est vraiment impressionnant. En le regardant, on a l’impression que c’est facile ; il se permet même de lâcher quelques secondes en fin de course. Mais Maurice n’a pas dit son dernier mot !


 

Le lendemain, il semble que vous ayez été moins à l’aise en classique. Vous vous contentez de la 44e place.

En effet je n’ai pas été au top du top, je pensais pouvoir faire mieux qu’en skate mais je n’ai pas réussi. Les conditions étaient très changeantes. Tous les cas de figure étaient possibles, que ce soit du klister ou de la poussette, en passant par la rape ! Finalement c’était poussette par -4 degré. Du coup, je n’avais pas la paire de ski idéale pour ces conditions et, pour ne rien arranger, c’était une des premières fois de l’année que nous, petits Français, skiions dans ces conditions.

 

Regrettez-vous que Martin Fourcade ne puisse pas participer au relais ?
Alors c’est sûr que pour nous (fondeurs), si Martin ne participe pas au relais, ça nous fait une place supplémentaire (je dis ça en rigolant bien sûr). En même temps, je pense que vu ce qu’il a montré à Beito, il aurait été un membre très fort sur ce relais et aurait participé au succès de l’équipe.

 


Maintenant, il reste le plus simple : allez vite !”


Après ce week-end du Beitosprinten, estimez-vous que votre préparation estivale a été bénéfique ?
J’espère bien que j’ai progressé depuis le mois de mai, quand même ! Plus sérieusement, j’ai mesuré vite fait avant de partir en Scandinavie : je pousse 23% plus fort en poussée simultanée, 17% sur la poussée de jambe, 9% plus dynamique en général et 32% plus fort dans la tête ! Maintenant il reste le plus ‘’simple’’ : allez vite…


Un pronostic pour Gaellivare ?
Nortug est quand même fort, donc je vais le mettre en tête. En second, cocorico ! Je vais mettre Maurice, et en trois Therese johaug (ah mince, elle reste quand même une fille) Bon, ben alors Marcus Hellner parce qu’il est chez lui ici ! Et pour le relais, la France bien sûr !


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade