Beitostolen : fierté de Fourcade, satisfaction de Manificat, déception de Duvillard

Hier, du Beitosprinten en Norvège, la presse nationale a surtout retenu la qualification de Martin Fourcade. En terminant deuxième français du 15 km style libre de Beitostolen, le biathlète a obtenu son ticket pour Gaellivare où il disputera le 15 km, « et peut-être le relais », selon les déclaration de son entraîneur, Stéphane Bouthiaux, à l’AFP.

306039_10151311221642284_1579280238_n.jpg


« Je suis très fier de ma course, d’avoir eu le courage de sauter vers l’inconnu et de poinçonner mon ticket pour l’ouverture de la coupe du monde de ski de fond à Gaellivare en Suède ! », commentait aujourd’hui le Catalan.

Maurice Manificat va également prendre la direction de la Suède. Sur son site, le fondeur est revenu sur sa course, et notamment sur le finish : « Dans le dernier tour, il m’arrive la même mésaventure que Jean-Marc (qui termine 8e) : un gratton de neige gelée est collé sous la chaussure entre la fixation, je suis gêné mais pas au point de m’arrêter ; je ne voulais pas sacrifier le podium qui est toujours bon à prendre. ».

 

Il n’y avait “que” des Norvégiens ici”


Rappelons qu’il a terminé deuxième, à 16 secondes de Petter Northug, le vainqueur : « c’est prometteur, je sens que mon corps réponds de mieux en mieux aux intensités, j’espère pouvoir tenir toute la distance le week-end prochain. » Car le numéro un français de la discipline se garde bien d’échafauder le moindre pronostic à partir du classement de vendredi : « il n’y avait “que” des Norvégiens ici… Certes pas des moindres », note-t-il.

Jean-Marc Gaillard, Ivan Perrillat-Boiteux et le jeune Vosgien Bastien Poirrier devraient compléter cette équipe française lors de l’ouverture de la coupe du monde.

Par contre, ce ne sera pas le cas de Robin Duvillard, 34e au classement. « J’ai raté ma première sélection et je regarderai l’ouverture de la coupe du monde à la télé le week-end prochain », commente le jeune homme, très déçu, sur Facebook et sur son site. Une déclaration très digne. Le skieur de Villard-de-Lans poursuit : « Je ne comprends toujours pas ce qui m’est arrivé. Tout allait bien depuis quelques temps, et les sensations de la semaine me donnaient confiance. Ce fut un jour sans. J’en ai déjà eus et j’en aurai d’autres, c’est la vie d’un sportif. Seulement il y a des jours où cela a plus de conséquences et laisse plus de traces. Hier en fut un. »

 

Déjà il y a trois ans”


Il y a trois ans, Robin Duvillard avait connu la même mésaventure.  Un souvenir qu’il n’a pas oublié : « Premier non sélectionné, j’avais très mal vécu cet échec. » C’était en novembre 2009, à Tignes, à 2100 m d’altitude. Déjà, les places avaient chères. Certains athlètes étant déjà sélectionnés, il n’y avait eu que peu de billets à distribuer. Une déception très grande à l’époque, car le Dauphinois voulait tourner la page d’une mauvaise saison.

« Mais un mois plus tard, ajoute-t-il aujourd’hui, je faisais ma meilleure perf en coupe du monde et me qualifiais pour mes premiers JO. Je veux garder ça à l’esprit pour rester positif et croire que, parfois, il faut tomber un peu pour remonter plus haut. »

Dernière course demain à Beito avec le 15km CL.

 

Photo : Oystre Slidre Idrettsarrangement