Transju/Benoît Chauvet et Célia Bourgeois, roi et reine d’une Transju de rêve

Benoit Chauvet du club des sports de Megève et Célia Bourgeois, la Jurassienne du team Grenoble ont remporté ce matin La Transjurassienne 2013 disputée dans des conditions de rêve. Comme hier lors de la Transju’classic, les cieux ont gâté le massif jurassien. Les Français signent un triplé historique sur le 76 km libre.

Capture-d-ecran-2013-02-10-a-14.09.36.png
Après son succès sur le tracé de repli en 2011, Benoit Chauvet accroche “la vraie” Transju à son palmarès !

Exceptionnel, ce cru 2013 de La Transjurassienne restera dans les mémoires. Plus de 3 500 fondeurs se sont mesurés ce matin aux parcours Lamoura – Mouthe de 76 km et Les Rousses – Mouthe de 57 km. Et à l’issue de ces courses, Benoît Chauvet et Célia Bourgeois se sont imposés dans une arrivée bondée de supporters et ensoleillée.

Chez les hommes, les favoris et outsiders étaient nombreux sur le 76 km libre. Parmi eux figuraient bien sûr le tenant du titre Aliaksei Ivanou mais encore les Français Benoît Chauvet, Adrien Mougel ou Christophe Péraillat. Parti relativement vite de Lamoura sans doute aussi pour se réchauffer face aux -20C affichés par le thermomètre dans la combe éponyme, un groupe de tête s’est rapidement constitué après l’aller-retour en Suisse voisine, en direction du Brassus. Une vingtaine de fondeurs se mettaient en file indienne pour grimper la montée des Opticiens et attaqué le plat de résistance du jour : la montée du Risoux.

Au retour de ce chemin de croix, le groupe est nettement moins important. A Bellefontaine, tous les cadors sont encore aux avant-postes. Christophe Perrillat est en chasse-patates derrière les leaders. Mais la grande surprise survient à Chapelle-des-Bois. En quelques kilomètres, les Français Benoit Chauvet et Adrien Mougel ont faussé compagnie au peloton. Et à hauteur de la Célestine, Benoit chauvet (excellent chroniqueur de Nordic Magazine) porte l’estocade et se sépare de son compagnon d’échappée.

Le coureur du team Rossignol gère son avance au mieux et profite des 10 km en plat descendant pour savourer cette nouvelle victoire après son sacre en 2011. C’est un homme heureux qui franchit la ligne, la cloche autour du cou… Il domine d’ailleurs un podium 100 % français ! Si l’an passé, ils étaient absents de la boite, les tricolores ont montré que sur longues distances, ils avaient aussi leur mot à dire. Sergio Bonaldi, habitué du top 3, prend la 4e place juste devant Aliaksei Ivanou.

Célia Bourgeois a vécu un rêve éveillé”

Capture-d-ecran-2013-02-10-a-14.10.55.png
Tout sourire, Célia Bourgeois tient enfin sa cloche.

Chez les dames, le niveau était également très relevé avec la tenante du titre Valentina Shevchenko, les Italiennes Santer et Confortella sans oublier la locale du jour, Célia Bourgeois. Aujourd’hui sociétaire du team Grenoble, la fondeuse est originaire de Morbier. Et aujourd’hui était son jour. Partie au train dans la montée du Risoux avec l’Estonnienne Tajnana Mannima, la Jurassienne a fait son effort pour décrocher sa dernière adversaire et filer vers l’un des plus grands succès de sa carrière. 

Radieuse, lumineuse dans la dernière ligne droite de Mouthe, la jeune maman pouvait savourer sa première victoire sur LA longue distance de référence en France. Derrière elle, Stéphanie Santer conservait sa seconde place glanée l’an passé face à la bise. Et la tenante du titre Shevchenko complétait un podium de grande classe.

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade