Benoît Chauvet, invité exceptionnel de Nordic Magazine (3/3)

Aujourd’hui, Nordic Magazine publie une longue interview de Benoît Chauvet dans laquelle le skieur haut-savoyard dresse le bilan de la saison 2012-2013. Le vainqueur de La Transjurassienne évoque aussi ses victoires sur le plan international, sa première place au Marathon Ski Tour. Il parle aussi le handicap que représente l’absence d’un team à ses côtés et ses rêves olympiques.

 

Capture-d-ecran-2013-02-10-a-14.18.52.png
Benoît Chauvet, lors de La Transjurassienne.

 

En février, Benoît Chauvet a gagné La Transjurassienne pour la seconde fois. Sa victoire, il l’a obtenue sur le parcours mythique de 76 km entre Lamoura et Mouthe (76 km). Il a franchi la ligne d’arrivée en solitaire la cloche autour du cou.

Sur le parcours des longues distances, la course jurassienne n’a pas été la seule occasion pour le jeune homme de briller. Au terme de l’hiver, il a d’ailleurs remporté le Marathon Ski Tour, le tout nouveau challenge national skate. De peu, il a failli réussir le même exploit sur la FIS Marathon Cup, l’équivalent sur le plan international.

Le Haut-Savoyard est l’invité exceptionnel de Nordic Magazine tout au long de la journée.  L’interview sera publiée en trois parties. 

 

SOMMAIRE

8 h : Des réussites internationales
10 h : Un vainqueur en manque de team
12 h : rêve olympique

 

 

 

 

Rêve olympique

  

Quel été allez-vous vivre ? On se rappelle que l’an dernier, vous aviez effectué le tour de France en ski-roues avec votre sœur Clara. En 2011, c’était un aller-retour jusqu’en mer Noire avec votre autre sœur Lucie…
Ah non, cette année, je vais être plutôt tranquille, et faire travailler un peu la plume. Et surtout…


Surtout… ?
…essayer de relever le défi olympique, qui me fait un pied de nez depuis les deux dernières éditions. J’avais manqué de peu la sélection en 2006 et puis en 2010, j’attrape la grippe A sur la première Coupe du Monde. J’espère que cette fois-ci sera la bonne. J’avoue que le 50 skate départ en ligne me laisser rêveur.


On ne peut se quitter sans évoquer l’écrivain. Avez-vous été surpris par le succès de votre livre Et sinon vous faites quoi dans la vie ?
Un gentil succès. Mais là aussi, je constate que sans soutien, il est difficile de se faire une place. Le milieu de l’édition est en fait très petit, de grandes structures se partagent la plus grosse part du marché, de part leur notoriété. Leur porte monnaie leur permettent d’avoir l’appui des médias, et le succès n’est parfois pas tributaire de la qualité. Je ne dis pas que mon livre est bon, mais simplement qu’avec l’appui des médias, il pourrait mieux se vendre.


Un nouvel opus est-il en préparation ?
Une quinzaine sont bouclés et en attente de LA fameuse maison d’édition. J’ai auto-édité le premier, mais j’aimerais désormais passer par un éditeur. Je n’ai pas le temps de gérer à la fois l’édition, la diffusion, la distribution et l’écriture. 



Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade