Benoît Menestrier : «Je voulais me tester sur un parcours difficile avant les France»

Le triathlète du Triath’Lons Benoît Menestrier a remporté ce dimanche le petit parcours du trail des Reculées. Il revient sur cette victoire et aborde sa prochaine saison de triathlon.

 

Capture-d-ecran-2013-04-08-a-10.16.31.png

Benoît Menestrier, de Doucier, compte parmi les 10 meilleurs triathlètes français.

 

Benoît Menestrier, vous signez ce dimanche une belle victoire sur le 16 km face à des adversaires Stéphane Choulet et Sébastien Stalder que vous connaissez bien…

Oui, en fait, on est parti tout de suite les trois et dans la longue première bosse, Stéphane a accéléré et Seb s’est laissé décrocher pour ne pas se griller. En prenant un relais à mon rythme, j’ai pris 10, puis 20 puis 30 secondes d’avance en haut de la montée. C’était tôt dans la course après seulement 3 des 16 km. Et en fait, j’ai senti que j’avais bien les jambes sur un parcours que je connais bien. J’ai gardé mon rythme et ça a tenu jusqu’à l’arrivée où j’avais toujours 40 sec d’avance sur Stéphane et un peu plus sur Seb qui a coincé dans la dernière descente technique.

 

Une victoire sur un trail est toujours intéressante dans le cadre de votre préparation pour la saison de triathlon ?

Oui, ça confirme les bonnes sensations que j’avais à l’entraînement en course à pied. Surtout que la saison commence dans un mois environ, c’est toujours bien de mettre un dossard pour savoir où on en est, ça met en confiance c’est certain. Ce qui était intéressant sur ce trail, c’était aussi de se tester sur un parcours difficile qui ressemblera à celui des championnats de France en Corse le 19 mai sur un 20 km où le dénivelé sera sur la route. De bon augure pour la suite.

 

Justement, quel sera votre premier triathlon de l’année ?

C’est compliqué de faire des triathlons en France avant fin mai avec Bourg-en-Bresse. Il faudrait aller à l’étranger… On sera à Montbéliard sur un sprint la semaine précédant les France le 12 mai. Ensuite, il y aura bien sûr le triathlon de Chalain où je suis coureur et organisateur. C’est un triathlon que j’aime et où je vise la victoire sur mes terres. On verra bien qui sera au rendez-vous le 9 juin à Doucier. 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade