Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka
Anais Chevalier-Bouchet (FRA) - Thibaud/NordicFocus

Biathlon

Biathlon | Anaïs Chevalier : « J’ai tenu mon rang »

Pour la deuxième fois en deux jours, l’Iséroise Anaïs Chevalier est monté sur un podium aux championnats du monde de Pokljuka (Slovénie). Le bronze de la poursuite a succédé à l’argent du sprint. Pour Nordic Magazine, elle revient sur cette course palpitante. 

D’un jour à l’autre, Anaïs Chevalier, passée de l’argent du sprint au bronze de la poursuite, n’a pas changé. Toujours pas d’euphorie débordante pour la Dauphinoise mais une joie contenue, réservée, pudique. Mais une immense joie tout de même après ce doublé de breloques glanées lors du premier week-end des 57es championnats du monde de biathlon de Pokljuka (Slovénie). Entretien.

  • Est-ce une surprise pour vous de décrocher une deuxième médaille en deux jours sur cette édition des championnats du monde ?

Ce n’est pas une surprise. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer sur des championnats du monde mais, depuis le sprint d’hier, j’étais focalisée sur cette poursuite et, pour moi, l’objectif était de jouer devant, d’aller chercher peut-être mieux que ce bronze, qui reste une médaille de bronze ! Ça aurait pu être moins bien… On l’a vu avec Hanna Sola, troisième du sprint, qui a complètement craqué. J’aurais pu le faire aussi. Je pense que j’ai tenu mon rang, c’est très bien !

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Vous étiez frustrée à la fin de la course : est-ce toujours le cas ?

C’était à chaud. J’ai été contente puis je me suis dit que, quand même, sans cette dernière erreur, j’aurais pu mieux faire. Ça n’a pas duré longtemps : sur le podium, pendant l’hymne norvégien, j’ai remis les choses dans leur contexte. C’est quand même une deuxième médaille ! Je suis contente, il n’y a plus de frustration.

« Il était hors de question d’emmener Tiril tout le tour ! »

  • Lors du quatrième tour de ski, vous vous faites lâcher par Tiril Eckhoff avec qui vous partagiez la tête : était-ce voulu ?

C’est une tactique qui n’a pas fonctionné ! Je ne voulais pas faire le boulot donc je l’ai laissé passer mais je n’ai pas réussi à la suivre derrière. Il restait encore un tir et un tour donc je lui ai donné de l’air. Tiril a su en profiter parce qu’elle fait le plein derrière, pas moi. Je n’avais pas autant les armes qu’hier pour jouer sur les skis : je n’ai pas de regrets là-dessus. Il était hors de question pour moi de l’emmener tout le tour.

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Ce samedi vous vous disiez guérie des confrontations directes : comment cela s’est-il déroulé aujourd’hui alors que vous avez dû mener bataille avec Tiril Eckhoff toute la course ?

J’étais dans ma bulle. Je prenais l’information sur son tir à chaque fois. Je savais et j’entendais ce qu’elle faisait mais ça ne m’a pas perturbé. J’ai joué devant avec la pression de jouer devant et… j’ai bien aimé ! C’est quelque chose qui ne me dérange plus, que j’aime.

« Je vais aller payer mon coup au staff »

  • Quand on regarde le classement des médailles, on voit que la France, avec cinq breloques, a très bien démarré ses Mondiaux…

Pour nous, c’est très bien ! Pour l’équipe, staff et athlètes réunis, faire des médailles est toujours un peu plus sympa. Des athlètes sont déçus mais, globalement, pour l’équipe, ça fait du bien. C’est très bien d’attaquer comme ça d’autant qu’il reste une deuxième semaine. C’est chouette.

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Thibaud/NordicFocus

  • Êtes-vous déjà à penser à la suite ou voulez-vous savourer ce soir ? 

Je vous avoue que j’ai envie de savourer parce que je n’ai pas pu le faire hier. On recourt mardi donc on a que demain en jour off. Je vais me poser ce soir un petit peu, je vais aller payer mon coup au staff et, demain, je vais me reposer et penser à tout ça avant de me remettre en route.

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, Saut à ski, combiné nordique, Sports d'hiver, Nordic Magazine, Ski, nordique, vol à ski
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Le biathlète norvégien Vetle Sjaastad Christiansen, comme Johannes Thingnes Boe il y a un an, vient de se positionner en faveur de la levée...

Ski nordique

Le 17 mai, les athlètes nordiques participent à la fête nationale norvégienne.

Ski nordique

9:54. Dix-neuf ans après les Jeux olympiques d’hiver, le stade de ski nordique de Pregaleto (Italie) accueillera de nouveau une grande compétition internationale en...

Biathlon

La coupe du monde de biathlon ne passera finalement pas par Minsk-Raubichi (Biélorussie) l'hiver prochain : c'est Kontiolahti (Finlande) qui récupère cette étape.

Biathlon

Fiodor Svoboda a signé un contrat d'une année renouvelable. Il réunira ses troupes le 24 mai à Otepää.

Biathlon

Depuis le mois de février 2020, la Pyrénéenne Myrtille Bègue, 24 ans, est retraitée des pas de tir de biathlon. Pour Nordic Magazine, elle...

Combiné nordique

À 17 ans seulement, la combinée doubiste Emma Tréand a décidé de mettre un terme à sa carrière de sportive de haut niveau. En...

Biathlon

L'Union russe de biathlon vient d'officialiser la composition de ses groupes nationaux formés en vue de l'hiver olympique.