Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Anaïs Chevalier, biathlon, Antholz
21.01.2021, Antholz, Italy (ITA): Anais Chevalier-Bouchet (FRA) - IBU World Cup Biathlon, individual women, Antholz (ITA). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Biathlon

Biathlon | Anaïs Chevalier : « Je dois quelques kilos de Comté à Franziska Preuss »

Quelques minutes après son podium décroché lors de l’individuel d’Antholz (Italie), la Dauphinoise Anaïs Chevalier s’est posée quelques minutes pour répondre aux questions de Nordic Magazine. Bien sûr, le périple de sa carabine, déréglée à Oberhof (Allemagne) dimanche dernier, était au programme. 

Ce jeudi après-midi, Anaïs Chevalier a retrouvé le sourire. Après un dimanche en enfer sur les pistes d’Oberhof (Allemagne) il y a quatre jours, la biathlète de Saint-Martin-d’Hères (Isère) a cette fois maîtrisé ses passages derrière la carabine pour terminer troisième de l’individuel d’Antholz (Italie) derrière l’Autrichienne Lisa Theresa Hauser et l’Ukrainienne Yuliia Dzhima. Le voyage allemand de sa carabine, sa forme à ski ou la perspective des Mondiaux : la jeune maman répond à Nordic Magazine. Entretien.

  • Pouvez-vous nous expliquer le périple effectué par votre carabine depuis dimanche dernier ?

Après la course, je n’ai pas touché à ma carabine. Les techniciens, quand nous sommes partis d’Oberhof lundi matin, l’ont posé chez Fortner à Rosenheim, juste à côté de Ruhpolding. Là-bas, ils l’ont regardé et fait ce qu’il y avait à faire, soit pas mal de boulot. C’est Franziska Preuss, rentrée chez elle à Ruhpolding dimanche soir, qui l’a récupéré mardi matin avant de rejoindre Antholz. Elle me l’a donné à 13 heures pour que je puisse tirer avec sur le pas de tir. Je lui dois quelques kilos de Comté [rire].

Anaïs Chevalier, biathlon, Antholz

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Avez-vous facilement vu le changement ?

Ce n’est pas quelque chose qui se ressent… La hausse bougeait toute seule, faisait les clics toutes seules ou lâchait tout d’un coup d’un sens comme dans l’autre. C’est imperceptible même en faisant un check up juste avant le départ. C’est la malchance. J’ai dû modifier un petit peu ma position parce que la hausse, bien que neuve, est juste un peu plus haute. Ça n’aurait pas dû arriver mais c’est comme ça.

  • Après la course vous sembliez en vouloir à la terre entière mais vous dites que, finalement, ce problème était imperceptible…

Depuis le mois de décembre, je perds trop souvent des balles hautes. Je me suis beaucoup remise en question parce que je sais que c’est mon défaut de donner des coups d’épaules quand je suis un peu tendue derrière la carabine. C’est arrivé vraiment souvent et ça m’a interrogé. J’ai plusieurs fois dit à mes entraîneurs que ma hausse était très haute par rapport à la norme. Ils l’ont testée plusieurs fois et tout allait bien… Jusqu’à dimanche où rien n’allait. Je suis athlète, je suis là pour performer et quand des choses comme ça arrivent, c’est normal d’être en colère.

« Le challenge était d’oublier les soucis matériels […] Je suis contente de l’avoir fait »

  • Que représente cette troisième place sur l’individuel d’Antholz (Italie) ?

Le challenge, aujourd’hui, était d’oublier les soucis matériels parce que la carabine revenait de chez Fortner, les meilleurs au niveau armurerie. Je ne voulais penser qu’à mon tir mais ça n’a pas été facile parce que j’y pense depuis trois jours. Je suis contente de l’avoir fait. J’ai trouvé les ressources pour le faire, même s’il m’en manque sur les skis aujourd’hui. C’est un petit peu ambivalent comme sentiment.

Anaïs Chevalier, Yuliia Dzhima, Lisa Theresa Hauser, biathlon, Antholz

Yuliia Dzhima (UKR), Lisa Theresa Hauser (AUT), Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Juste après votre course, vous disiez avoir vécu une longue course : cet individuel était-il compliqué pour vous sur les skis ?

J’ai lâché physiquement dans cette course. Je n’ai pas réussi à tenir mon rythme du début de course et, dès le deuxième tour, je me suis dit que ça allait être long. Dans la tête quelque chose s’est passé à ce moment-là, et je n’arrivais pas à en remettre. Je sentais que je perdais des secondes un peu de partout sur la piste mais je n’ai pas réussi à changer de mode pour réaccélérer et changer de rythme. Il y avait moyen d’aller chercher mieux sur les skis…

« Je ne me suis pas amusée, je n’ai pris aucun plaisir sur les skis »

  • Quelle est la raison de cette forme physique un peu moins bonne ?

C’est la piste. Elle est très monotone à Antholz, il n’y a pas de changement de rythme. En ce moment, avec la forme que j’ai, je suis plus forte quand il y a des changements de rythme dans lesquels je peux jouer en mettant le curseur à différents endroits selon la piste. Ici, il doit toujours être au même niveau. Je ne me suis pas du tout amusée, je n’ai pris aucun plaisir sur les skis. C’est un petit peu frustrant quand on est en forme, mais c’est le jeu.

  • Quoi qu’il se passe d’ici dimanche, vous allez aborder les Mondiaux de Pokljuka (Slovénie) dans de bonnes dispositions…

L’objectif, pour moi, avant les championnats du monde, est d’engranger de la confiance au tir parce que c’est ce qu’il me manque en ce moment. Ce qui était mon point fort et devenu mon point faible. Le but est d’arriver à lâcher sereinement mes balles. Cette course est une petite pierre ajoutée à l’édifice. Je reste sur le même rail.

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus

L'article continue sous la publicité

 

Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine

 

pub

 

Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Grand-Bornand, Annecy Le Grand Bornand, Coupe du monde
Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine
Evolène
Biathlon, Ski de fond, Saut à ski, Combiné nordique, Ski nordique, Nordic Magazine, Nordic Mag, Saut spécial, fond, Combiné
Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine
Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski nordique

Voici le résumé du week-end nordique, avec tous les liens des articles publiés par Nordic Magazine.

Biathlon

Jeudi prochain, à l'occasion du second sprint d'Östersund (Suède), Simon Desthieux portera le dossard jaune. Le Bugiste a confié sa joie à Nordic Magazine.

Saut à ski

15:54. Week-end cauchemardesque pour Halvor Egner Granerud. Déjà 53e du premier concours de saut à ski samedi, remporté par Ryoyu Kobayashi (absent ce dimanche),...

Combiné nordique

Disqualifié samedi, Jarl Magnus Riiber a remporté la dernière compétition de la coupe du monde de combiné nordique de Ruka.

Biathlon

Pour la première fois de sa vie, l'Aindinois Simon Desthieux portera le dossard jaune de leader du classement général de biathlon jeudi prochain, à...

Biathlon

Meilleur skieur et tireur de la course, le Suédoise Sebastian Samuelsson remporte le sprint d'Östersund (Suède). Les Bleus terminent au pied du podium derrière...

Biathlon

Après être montée sur son premier podium de la saison à l'issue du sprint d'Östersund (Suède), l'Iséroise Anaïs Chevalier se confie à Nordic Magazine.

Biathlon

Pour la première poursuite de l'hiver sur le circuit B de la coupe du monde de biathlon, le Russe Vasilii Tomshin a sorti la...