Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka
Anais Chevalier-Bouchet (FRA) - Thibaut/NordicFocus

Biathlon

Biathlon | Anaïs Chevalier : « Je n’aurai pas le frein à main lors de la poursuite »

Ce samedi, l’Iséroise Anaïs Chevalier est devenue vice-championne du monde du sprint sur les pistes de Pokljuka (Slovénie) derrière une Tiril Eckhoff intouchable. Pour Nordic Magazine, elle s’est posée quelques minutes pour revenir sur cette performance majuscule. 

Après avoir mis au monde son premier enfant en octobre 2019, Anaïs Chevalier, 28 ans depuis ce vendredi, était revenue à la compétition à la fin de l’année dernière avec un seul objectif : jouer le haut du classement. En remportant la médaille d’argent du sprint des 57es championnats du monde de Pokljuka (Slovénie), la Dauphinoise a déjà rempli son objectif. « Je n’ai pas encore atterri. Ça n’arrête pas depuis que j’ai coupé la ligne, j’ai juste pu rapidement appeler à la maison. Je ne me rends pas trop compte de ce que j’ai fait », nous dit-elle d’entrée. Entretien.

  • Au début de la saison, vous disiez que vous ne vouliez pas revenir pour faire des résultats quelconques. Vous devez être très heureuse de cette médaille d’argent décrochée sur le sprint des Mondiaux de Pokljuka (Slovénie)…

Je suis super contente parce que je suis quelqu’un qui n’aime pas trop afficher ses objectifs. Je suis un peu pudique là-dessus. J’ai enjolivé la réalité en disant que je venais pour ne pas faire grand-chose. Au fond de moi, je savais ce que je voulais faire. Ce sprint était sur ma liste pour une breloque. Je suis super contente parce que je remporte cette médaille d’argent sur un championnat, une course d’un jour.

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Cette médaille a-t-elle un goût différent de celle décrochée, déjà en sprint, à Hochfilzen (Autriche) en 2017 ?

C’est différent parce que j’arrivais ici avec une petite étiquette alors que j’étais une surprise en 2017. Je suis un peu plus détachée de cette médaille-là que de celle d’Hochfilzen parce que j’ai grandi, j’ai pris de l’expérience. Il y a moins l’innocence et la fougue.

« Un meilleur temps de ski, je n’avais jamais fait ça dans ma carrière ! »

  • Vous réalisez le meilleur temps sur la piste : vous attendiez-vous à cela ?

Pas à ce niveau-là et autant dans la durée. Au mois de décembre, j’étais surprise d’avoir ce niveau-là puis encore surprise que ça tiennes en janvier. Un meilleur temps de ski, je n’avais jamais fait ça de toute ma carrière, même chez les jeunes ou les catégories inférieures [rires]. Finalement, je travaille aussi pour ça. Je pense que je me connais de plus en plus et, cette année, on a trouvé ce qu’il me fallait. C’est chouette.

  • Pendant la course, vous rendiez-vous compte de cette vitesse à skis ?

Je sentais que j’étais bien parce que j’avais les jambes, pas de difficulté à en remettre, pas de mal aux jambes dans les bosses. Les sensations étaient bonnes. J’avais la chance d’être renseignée presque tout le long de la piste et, quand je sors à dix secondes de Tiril du debout alors qu’elle avait fait le plein, je me suis vraiment dit que ça allait bien.

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Thibaut/NordicFocus

  • En milieu de semaine, vous avez disputé le relais mixte, qui s’est mal passé pour vous : comment avez-vous géré ces trois jours de coupure ?

Ça a été un moment pas facile parce que c’est la première fois que je foire un relais sur un grand championnat. C’est dur parce que c’est une course collective qui met en jeu beaucoup de choses. Après ce relais, j’étais triste et en colère contre moi. Je me suis rapidement excusée auprès des coéquipiers et du staff parce que je voulais passer à autre chose. Le lendemain, j’ai vraiment essayé de switcher parce que je ne pouvais plus rien y faire. Le meilleur moyen de me rattraper était d’aller chercher de bonnes performances.

« J’espère que ça va libérer des choses, même pour notre staff, nos entraîneurs »

  • Cette médaille n’est peut-être qu’un début…

Je ne sais pas [sourire]… Ça ouvre tout de même le champ des perspectives. Il y a déjà une course demain, les écarts sont faibles et j’ai fait le boulot pour que la poursuite soit un petit peu plus facile. Rien n’est jamais facile mais, au moins, je suis placée. C’est déjà un beau point.

  • Ce podium vous enlève-t-il un poids pour maintenant profiter des Mondiaux ?

Quoi qu’il arrive, au moins j’en ai une. Mais c’est mal me connaître que de dire que je vais m’arrêter en si bon chemin. C’est sûr que ça m’enlève peut-être quelque chose mais je n’ai tellement pas atterri que je ne sais pas trop…

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Thibaut/NordicFocus

  • En début de saison, après votre podium décroché lors du sprint de Kontiolahti (Finlande), vous expliquiez n’avoir plus l’habitude des courses en confrontation directe : où en êtes-vous ?

Je pense que je suis guérie ! J’avais besoin de retrouver cette situation en compétition parce qu’on ne peut pas les reproduire à l’entraînement. On avait déjà fait deux mois de coupe du monde lors desquels j’ai montré que j’arrivais à mieux gérer cette confrontation. Je n’ai plus peur, c’est une question que je ne me pose même plus, je suis redevenue une biathlète sachant gérer ce genre de situation. Je n’aurai pas le frein à main demain, ce n’est plus quelque chose qui m’inquiète.

  • C’est la première fois qu’une Française remporte une médaille mondiale en individuel depuis Östersund 2019 et le bronze de Justine Braisaz lors de l’individuel : cela peut-il débloquer des choses ?

C’est vraiment une très bonne chose. Il ne faut pas se le cacher, on a toujours eu ce complexe face aux garçons. J’espère que ça va libérer des choses, même pour notre staff, nos entraîneurs. Tout à l’heure Fred [Jean] était vraiment content parce que c’est une médaille individuelle dans un groupe fille et ça faisait un moment qu’il y en avait pas eu. C’est très bien comme ça.

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus.

L'article continue sous la publicité
pub
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, Saut à ski, combiné nordique, Sports d'hiver, Nordic Magazine, Ski, nordique, vol à ski
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

16:13. Cette semaine, les biathlètes norvégiens commencent leur préparation en vue de l’hiver olympique qui débutera en novembre prochain. Si un rassemblement est déjà...

Biathlon

Le biathlète suédois Sebastian Samuelsson, 24 ans, s'est clairement positionné contre le choix de confier les Jeux olympiques 2022 à Pékin (Chine).

Biathlon

C'est l'heure de la reprise de l'entraînement pour le biathlon italien. Entre Val Martello et Antholz, le chemin menant aux Jeux olympiques de Pékin...

Ski nordique

À 19 ans, la Beaufortaine Chloé Pinto est la seule nordique handisport française à évoluer en coupe du monde. Elle s'est longuement confiée à...

Biathlon

Johannes Thingnes Boe a un nouveau sponsor pour les cinq prochaines années. Ainsi, il poursuivra sa carrière jusqu'aux Jeux olympiques de Milan-Cortina 2026.

Biathlon

14:04. Au lendemain de la sélection des premiers fondeurs pour les Jeux olympiques de Pékin 2022, le Comité olympique suédois (SOK) a dévoilé les...

Saut à ski

À seulement 18 ans, Joséphine Pagnier a réalisé une saison 2020/2021 de très grande qualité, remplissant ses nombreux objectifs. Elle se confie à Nordic...

Biathlon

5:41. À partir du 8 mai prochain, un billet de banque créé pour fêter le dixième anniversaire du sacre olympique de la biathlète Anastasiya...