Biathlon | Anaïs Chevalier : une modification sur la carabine qui change tout

Anais Chevalier, biathlon, Oberhof
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – La Dauphinoise Anaïs Chevalier, cinquième de la poursuite ce samedi après être partie du dixième rang, a changé un élément sur sa carabine entre les fêtes. Pour Nordic Magazine, elle explique la raison de cette modification.

 

Biathlon : « Ça m’aide à avoir une position beaucoup plus posée »

Une petite modification sur sa carabine et Anaïs Chevalier se relance. « J’ai rajouté des petites cales à l’endroit où je pose des mains lors des tirs debout », expliquait-elle à nos confrères de La Chaîne L’Équipeavant la cérémonie des fleurs de la poursuite d’Oberhof (Allemagne) terminée à la cinquième place.

Quelques minutes plus tard, par visioconférence, l’Iséroise revenait, pour Nordic Magazine, plus en détails sur ce changement. « Je pense que c’était vraiment nécessaire. Je ne l’ai pas fait avant parce que, pour moi, le tir debout n’était pas technique, c’était plutôt dans la tronche, retrace-t-elle. Mon mari [Martin Bouchet, ndlr.], qui voit des jeunes tirer toute la journée, a eu le recul de me conseiller d’essayer cela. Ça vaut le coup mais ce n’est pas un miracle. Ça m’aide beaucoup à avoir une position beaucoup plus posée. »

 

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

« La carabine doit être posée et pas portée », explique effectivement Vincent Defrasne, consultant pour La Chaîne L’Équipe, alors qu’Anaïs Chevalier avoue qu’elle aurait dû opérer cette modification plus tôt dans la saison, « parce que mon corps a changé depuis que je suis revenue sur le circuit ».

 

La fraîcheur, autre élément déterminant

Mais il n’y a pas que cette modification de carabine qui aide Anaïs Chevalier en ce début d’année après des courses compliquées en, Autriche au mois de décembre. « Il y a la fraîcheur aussi, avoue la quadruple médaillée mondiale. Je me suis entêtée à Hochfilzen à passer beaucoup de temps derrière ma carabine à l’hôtel à m’entraîner à sec parce que j’avais l’impression que j’avais besoin de ça pour retrouver de la confiance. Ne pas avoir touché la carabine pendant douze jours lors de la coupure m’a bien aidé à retrouver cette fraîcheur si importante cette semaine. »

pub

 

Anaïs Chevalier, biathlon, Oberhof

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

Satisfaite de sa poursuite saturnale, Anaïs Chevalier veut retenir « l’engagement et la sérénité » qu’elle avait derrière la carabine. Un engagement lui permettant de sortir deux beaux tirs debout. Grâce à sa fraîcheur et des cales découpées par son papa entre les fêtes de fin d’année.

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.