Biathlon | Canmore : les Français dauphins des Norvégiens

BIATHLON - Dans le froid et face au vent canadien, Antonin Guigonnat, Emilien Jacquelin, Simon Fourcade et Quentin Fillon-Maillet ont signé une superbe deuxième place sur le relais de Canmore… à 1'10 de la Norvège d'un épatant Johannes Boe.

BIATHLONDans le froid et face au vent canadien, Antonin Guigonnat, Emilien Jacquelin, Simon Fourcade et Quentin Fillon-Maillet ont signé une superbe deuxième place sur le relais de Canmore… à 1’10 de la Norvège d’un épatant Johannes Boe.

 

Les bleus butent sur le phénomène Johannes Boe

L’équipe de France hommes de biathlon composée d’Antonin Guigonnat, Emilien Jacquelin, Simon Fourcade et Quentin Fillon-Maillet ont buté sur une solide équipe de Norvège lors du relais de la coupe du monde à Canmore. Les hommes de Vincent Vittoz réalisent toutefois une belle performance en prenant la deuxième place malgré 8 pioches et un temps de ski solide. Un podium qui reflète aussi la densité du groupe France qui alignait une équipe inédite dans le froid polaire du Canada.

Mais devant, il y avait un quatuor et surtout un homme imprenable en ce moment… Lars Birkeland, Vetle Christiansen et Erlend Bjoentegaard ont en effet fait jeu égal avec les bleus jusqu’aux trois quarts de la course. Puis Johannes Boe est entré en lice face à Quentin Fillon-Maillet sur qui il a rapidement pris ses distances. Parfait face aux cibles, y compris dans une rafale au debout, le numéro un mondial parachevait parfaitement le travail d’équipe des Norvégiens…

La Russie d’Alexander Loginov complète le podium.

Le récit du relais hommes de Canmore

Avec 23 nations au départ, ce relais hommes de la coupe du monde de biathlon à Canmore est parti sur un gros tempo dans le sillage du Russe Evgeniy Garanichev et du Norvégien Lars Birkeland, auteur d’un bel individuel court la veille… Idéal pour se réchauffer et braver les -20°C accentués par des rafales de vent !

Les deux fuyards, forts d’un tir couché parfait, prenaient quelques mètres d’avance sur les poursuivants. Mais après deux pioches au couché, Antonin Guigonnat sortait un tir parfait et revenait sur le Scandinave pour lancer Emilien Jacquelin… en tête avec le rapide Norvégien Vetle Christiansen, auteur d’un podium sur le 15 km. A 25 s. pointait alors l’Ukraine d’Arthem Pryma

Malgré une pioche, le Norvégien restait au contact d’un tricolore parfait derrière la carabine tandis que le vent tombait (très) légèrement face aux cibles. Sur la piste, le tandem franco-norvégien creusait l’écart sur la Russie et l’Estonie. Le tir debout ne changeait rien et malgré le froid engourdissant des mains protégées par d’épais gants, les deux hommes piochaient rapidement une balle pour blanchir les cinq palettes. Et sortaient ensemble…

L’ydille ne durait pas car Christiansen accélérait la cadence et déposait Jacquelin, dans le dur sur la piste canadienne. Au bouclage, la Norvège de Erlend Bjoentegaard comptait 23 secondes de bénéfice sur Simon Fourcade et les bleus. Derrière, les écarts grandissaient encore sur la Russie d’Alexander Loginov (1’16 mn), le Canada (1’43 mn) et l’Autriche de Dominik Landertinger (1’46 mn).

 

Un match de biathlon France-Norvège

Le visage recouvert de tape et la barbe blanchie par le froid, Bjoentegaard utilisait une balle de pioche quand le Français signait un tir couché parfait. S’il prenait l’ascendant sur la piste, Bjoentegaard doutait sur son tir debout et piochait deux fois quand l’aîné Fourcade enchaînait bien mais utilisait une balle de secours…

Remonté, le Norvégien passait à l’attaque pour rentrer et dépasser le Français tandis que le vent balayait de nouveau le site canadien sous un ciel d’éclaircies. Au dernier passage de relais, Johannes Boe s’élançait avec 9 secondes d’avance sur le dernier vainqueur de la mass-start d’Antholz, Quentin Fillon-Maillet. Suivaient ensuite la Russie, l’Autriche, l’Allemagne, toutes au-delà de la minute.

Le leader incontesté du général de la coupe du monde imprimait un énorme rythme pour se donner un peu d’air avant le tir couché. Johannes Boe engageait un tir couché avec 100% de réussite. Le Jurassien piochait une fois et perdait du temps pour réenclencher la balle… mais sauvait l’essentiel même si le Russe Povarnitsyn assurait derrière la carabine.

Seul sur sa planète, Joahnnes Boe terminait le travail de ses compatriotes de la meilleure manière malgré les rafales de vent et offrait le succès à la Norvège ! De son côté, le biathlète du Grandvaux, tendu derrière la carabine, frisait la correctionnelle (trois pioches) mais maintenait la Russie à bonne distance.

 

Photo : Nordic Focus photo agency

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.