Biathlon | congrès de l’IBU : la question russe ne sera pas évoquée

Ski de fond, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

BIATHLON – Le retour en grâce de la fédération russe au sein de l’IBU ne sera pas évoquée lors du prochain congrès de Munich.

 

 

Biathlon : statut à part de la Russie

L’IBU se réunira en congrès extraordinaire du 18 au 20 octobre à Munich. Mais il ne sera pas question d’une prochaine réintégration de l’Union russe de biathlon (RBU). Le Comité exécutif a décidé de ne pas inscrire cette question à l’ordre du jour.

La RBU avait été sanctionnée en 2017, après la mise à jour d’un système de dopage institutionnalisé. Concrètement, elle avait été rétrogradée au rang de membre provisoire de la Fédération internationale de biathlon. Ce qui n’empêche pas les biathlètes russes de participer aux épreuves internationales.

 

Nouvelles suspicions

Pour retrouver ses droits, la RBU doit remplir douze critères, qui lui avaient été présentés fin 2018 à Moscou. Parmi lesquels un accès à la base de données du laboratoire de Moscou. Or, le 23 septembre dernier, l’Agence mondiale antidopage a déclaré avoir entamé une nouvelle « procédure formelle de conformité à l’encontre de Rusada [l’agence russe antidopage], le 17 septembre dernier ». L’AMA a repéré des « incohérences » dans  les résultats des instruments d’analyse de son laboratoire antidopage, entre 2012 et 2015, transmis en janvier.

De quoi inquiéter les instances fédérales. Pourtant, il y a quelques semaines, en marge d’une réunion de son comité exécutif, la fédération internationale de biathlon avait salué les avancées positives.

 

La réaction de la Russie

Pour le président de l’Union russe de biathlon, Vladimir Drachev, les deux informations ne sont d’ailleurs pas forcément liées. « Je ne voudrais pas penser que [la décision de l’IBU] est due aux informations fournies par l’AMA », a-t-il commenté auprès de nos confrères de rsport.ria.ru. Il a également indiqué que beaucoup avait déjà été fait pour respecter la feuille de route imposée et que seulement « des détails » étaient encore en discussion.

A ce jour, Vladimir Drachev n’exclut pas totalement un revirement de l’IBU et, en conséquence, une inscription du dossier russe à l’ordre du jour du congrès extraordinaire. Des contacts ont été pris avec les autres fédérations. L’heure est donc à la diplomatie.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.