Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Lou Jeanmonnot (FRA), Julia Simon (FRA), Sophie Chauveau (FRA), Lionel Laurent (FRA), Vincent Vittoz (FRA), Anaïs Chevalier-Bouchet (FRA), Chloé Chevalier (FRA), Jean-Paul Giachino (FRA), Patrick Favre (ITA), Cyril Burdet (FRA) - IBU World Championships Biathlon, pursuit women, Oberhof (GER). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Biathlon

Biathlon | Cyril Burdet fait le bilan de sa première année à la tête de l’équipe de France féminine : « Les filles ont compris que c’était dans l’émulation qu’elles trouveraient leur épanouissement personnel »

Pour Nordic Magazine, Cyril Burdet, le coach de l’équipe de France féminine de biathlon, a accepté de se replonger sur sa première année d’entraîneur de l’équipe de France féminine de biathlon.


Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

Biathlon : Cyril Burdet, l’heure du bilan de la première année

Depuis un an, c’est le Savoyard Cyril Burdet qui mène les destinées de l’équipe de France féminine de biathlon. Arrivé du ski de fond, il est parvenu à parfaitement s’adapter aux spécificités de la discipline pour permettre à ses élèves de briller durant tout l’hiver. Il faut dire qu’avec le gros globe et le titre mondial de Julia Simon, les globes collectifs remportés par le groupe ou encore quatre filles sur les podiums individuels, la saison des Bleues est plus que réussie.

En ce début de semaine, après s’être accordé quelques jours de vacances, Cyril Burdet, qui planche maintenant sur la préparation à venir, à accepter de revenir sur ses douze derniers mois pour Nordic Magazine. Entretien.

  • A titre personnel, comment avez-vous vécu cette première saison à la tête de l’équipe de France féminine de biathlon ?

Au printemps dernier, il y avait pas mal de choses qui m’avaient poussé à accepter la proposition de Stéphane Bouthiaux pour prendre ce poste sur le biathlon. Cette première année réussie a donc rempli beaucoup de cases. J’ai été content de me lancer dans le coaching des filles parce que je ne l’avais jamais fait. Même si, dans les fondamentaux, beaucoup de choses sont identiques, il y a aussi des spécificités qui me plaisent beaucoup. J’avais aussi comme grosse motivation de retravailler avec Vincent Vittoz. Cela a été top toute l’année parce qu’on a assez vite retrouvé nos marques et nos automatismes. On est très complémentaires avec des qualités assez différentes. Cela a été un grand plaisir de le retrouver parce qu’il m’a fait gagner beaucoup de temps dans l’apprentissage de ce nouveau milieu. Je suis un peu triste que son histoire avec le groupe masculin se soit terminée de cette manière. Après, je découvrais quasiment l’intégralité des filles mises à part Julia [Simon] et Justine [Braisaz-Bouchet] que j’avais côtoyé quand elles étaient cadettes. J’ai donc découvert beaucoup de personnalités et de modes de fonctionnement. Sur le déroulé de la saison, enfin, il y a de grosses satisfactions sportives.

Cyril Burdet, Anaïs Chevalier, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Cyril Burdet (FRA), Anaïs Chevalier-Bouchet (FRA) – Authamayou/NordicFocus
  • Vous parliez des spécificités du coaching féminin : avez-vous des exemples à nos livrer ?

Dans l’approche psychologique, il y a des choses différentes que chez les garçons, mais surtout sur le côte physiologique. La physiologie féminine, notamment les périodes menstruelles, sont des choses à prendre en compte pour adapter le programme et le contenu des séances. Dans la gestion d’un collectif, c’est aussi légèrement différent avec des dynamiques différentes. Tout cela fait que c’est intéressant.

« J’ai mis environ trois mois à réellement proposer des séances de biathlon »Cyril Burdet à Nordic Magazine

  • Combien de temps cela vous a-t-il mis de passer de coach ski de fond, sport dans lequel vous aviez entraîné les huit années d’avant, à entraîneur de biathlon ?

J’ai mis environ trois mois à réellement proposer des séances de biathlon. Il m’a bien fallu ce temps pour sortir de la logique du ski de fond. Là-dessus, Polo [Jean-Paul Giachino, coach du tir, NDLR] m’a bien accompagné et on est vite parvenus à faire coller les objectifs physiques et techniques que j’avais en tête avec les attentes du tir. A partir de la fin de l’été, on était en phase là-dessus et cela a déroulé tout l’automne.

Jean-Paul Giachino, Cyril Burdet, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Jean-Paul Giachino (FRA), Cyril Burdet (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • En quoi est-ce différent ?

Déjà, les objectifs en biathlon, avec des courses longues de 20 à 30 minutes, sont différents de ceux du sprint en ski de fond, où je préparais les athlètes à faire quatre courses de 3 minutes sur une journée. Forcément, il y a plein de choses du sprint que je ne peux pas retranscrire en biathlon. Inversement, on a forcément beaucoup plus travaillé sur l’endurance et les fondamentaux aérobies en biathlon qu’en sprint. Par contre, comme sur les aspects musculaires et techniques, il y a pas mal de choses que j’ai essayé de réinvestir. Il y avait un vrai axe de travail à faire là-dessus avec les filles.

« J’ai du mal à dissocier, dans mon rôle, le côté purement physique et le mental »Cyril Burdet à Nordic Magazine

  • Durant l’hiver, beaucoup de vos biathlètes ont indiqué que le travail mental que vous faisiez avec elles était important…

Dans ma conception du coaching, les aspects mentaux ont toujours eu une part importante. J’ai du mal à dissocier, dans mon rôle, le côté purement physique et le mental. Les deux vont ensemble et, depuis que je suis arrivé, j’ai fonctionné avec mon mode de fonctionnement habituel et essayé de prendre en compte à fond le côté mental. En biathlon, c’est vrai que la confiance en soi est hyper importante.

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Jean-Paul Giachino (FRA), Sophie Chauveau (FRA), Cyril Burdet (FRA), Julia Simon (FRA), Anaïs Chevalier-Bouchet (FRA), Caroline Colombo (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • Même si le biathlon n’était pas un sport inconnu pour vous avant votre signature comme coach des féminines de l’équipe de France, des choses ont-elles été une surprise pour vous ?

J’ai pu mesurer la charge attentionnelle que demande le tir. Je m’en doutais, mais j’ai dû réguler mes séances pour prendre cela en compte pour ne pas trop en demander aux filles au niveau technique. Parfois, cela peut avoir une incidence sur la concentration au tir, ou inversement. Ce qui est aussi différent dans la gestion du circuit, c’est qu’il fonctionne par blocs de trois semaines qui sont hyper impactantes nerveusement. Il y a la fatigue physique, qui est une chose, mais c’est plus le fait d’être trois semaines sur la route, en vase clos les uns sur les autres qui est difficile à gérer. Ce n’est pas négligeable, mais on l’a plutôt bien appréhendé. Anaïs [Chevalier-Bouchet] m’avait dit qu’elle avait du mal sur les troisièmes semaines et, là, elle a été, et le groupe dans sa globalité, plutôt performante sur cette dernière semaine. C’est quelque chose qu’il va falloir qu’on pérennise.

« C’est cette force collective que je retiens avant tout »Cyril Burdet à Nordic Magazine

  • Si vous deviez comparer le coaching en ski de fond et en biathlon, un des deux a-t-il votre préférence ?

Dans le ski de fond, j’ai adoré les compétitions de sprint où il y a un côté palpitant et une dramaturgie. Cela peut basculer dans un sens comme dans l’autre à tout moment sur un détail, un choix stratégique ou une faute technique. En biathlon, j’ai assez vite retrouvé cela dans le tir ! Ce qu’il m’anime, c’est la compétition et aller chercher la performance. Dans les deux sports, je retrouve cela avec cette part d’incertitude qui te met cette excitation quand tu es sur le bord de la piste. Je n’ai donc pas vraiment de préférence. Je continue d’ailleurs de suivre les sprints de ski de fond parce que j’adore cela !

Cyril Burdet, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine
Cyril Burdet (FRA) – Authamayou/NordicFocus
  • Au niveau purement sportif, vous réalisez une très bonne première année…

[Il coupe] Une année exceptionnelle !

  • Un hiver, donc, avec quatre filles différentes sur le podium en individuel, les globes de Julia Simon dont le gros du général, les globes du relais et des nations ainsi que les médailles mondiales : cela signifie-t-il que votre pari de passer au biathlon est réussi ?

C’est surtout un pari réussi pour l’équipe dans son ensemble ! Pour moi qui aime mettre le collectif en avant, c’est le genre de résultats qui sont hyper satisfaisants. Bien sûr, Julia [Simon], en leader, a ouvert la voie en montrant que, dix-sept ans après Sandrine Bailly, c’était possible d’aller conquérir un gros globe. C’était un objectif qui avait été fixé collectivement pour l’olympiade, mais qui a déjà été atteint, ce qui est vraiment top. Pour moi, ce qui est tout autant satisfaisant, c’est de voir les cinq autres filles pouvoir être sur ou proche des podiums régulièrement, jouer les victoires collectives à chaque reprise et pouvoir remporter les globes du relais et des nations. C’est cette force collective que je retiens avant tout.

« Les plus jeunes poussaient les plus anciennes dans leurs retranchements au tir ou sur les skis »Cyril Burdet à Nordic Magazine

  • Comment expliquez-vous cette densité collective ?

Quand j’ai découvert ce groupe, je n’avais pas d’a priori, mais de ce que j’avais compris des analyses, je m’attendais à avoir un groupe hétérogène avec de plus gros écarts à l’entraînement. Finalement, tout au long de la préparation, il m’a vraiment semblé que les plus jeunes poussaient les plus anciennes dans leurs retranchements au tir ou sur les skis. C’est vraiment cela qui a été le déclencheur de la saison : les filles ont compris que c’était dans l’émulation qu’elles trouveraient leur épanouissement personnel. Plus on participe à faire en sorte que la fille d’à côté soit forte et plus cela s’oblige à rehausser son niveau. Des filles comme Anaïs [Chevalier-Bouchet] et Julia [Simon], les deux leaders, ont très bien joué le jeu et, derrière, cela a payé.

Cyril Burdet, Chloé Chevalier, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2023, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Chloé Chevalier (FRA), Cyril Burdet (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • Au cours de la saison, Lou Jeanmonnot et Sophie Chauveau, arrivée du groupe B, ont été des révélations : cela, aussi, est un motif de satisfaction…

Ce sont deux trajectoires différentes. J’ai vu Lou [Jeanmonnot] tout au long de la préparation et, assez vite, il m’a semblé que c’était une fille qui avait un très gros potentiel, notamment physique. J’étais presque surpris qu’elle ne soit pas parvenue, avant cette année, à faire ces performances-là. Cela a donc plutôt été une confirmation d’un potentiel vu à l’entraînement qu’une surprise. Par contre, Sophie [Chauveau], et c’est l’occasion de rendre hommage au travail de Baptiste [Desthieux] et Julien [Robert], a fait la préparation avec le groupe B. Elle a su saisir sa chance à Kontiolahti en début de saison puis a su se révéler en profitant de l’émulation et de la dynamique du groupe.

« Le biathlon féminin a forcément de belles heures devant lui si tout le monde continue à travailler dans ce sens-là en pensant que c’est dans l’émulation que chacune va trouver sa voie »Cyril Burdet à Nordic Magazine

  • Derrière, il y a également eu des performances en IBU Cup et sur le circuit international des juniors : cela montre que, chez les féminines, il y a de la densité partout…

Aujourd’hui, la filière féminine française en biathlon fait vraiment envie ! On a des cadres qui jouent les premiers rôles sur toutes les courses et les classements généraux. Derrière, il y a des lieutenantes qui jouent les fleurs régulièrement et qui sont présentes en relais quand on fait appel à elles. Ensuite, il y a des filles en IBU Cup qui ont performé comme Paula [Botet] ou Gilonne [Guigonnat]. Enfin, chez les juniors, on pense forcément à Jeanne Richard ou Léonie Jeannier, leaders cet hiver d’un groupe présent et qui sera là pour l’avenir. Le biathlon féminin a forcément de belles heures devant lui si tout le monde continue à travailler dans ce sens-là en pensant que c’est dans l’émulation que chacune va trouver sa voie. C’est important pour moi.


A lire aussi


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique
Running - Montres Connectées
Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic
Chaussures - Textile
Decathlon (FR)
Equipement de randonnée
Decathlon National

A LIRE AUSSI

Ski de fond

La sélection de ski de fond britannique est connue. La fédération vient de communiquer les fondeurs qui s'aligneront lors de la saison 2024-25.

Biathlon

L'équipe de France masculine de Biathlon sort le bleu de chauffe cette semaine du côté de Corrençon-en-Vercors. C'est la deuxième étape de la préparation...

Ski de fond

L'euro de football 2024 bat son plein en Allemagne depuis vendredi dernier. La compétition prend un tournant particulier ce soir avec l'entrée en lice...

Ski nordique

Parmi les sportifs qui ont signé une tribune pour appeler à voter « contre l'extrême droite » ce week-end, on retrouve trois représentants du...

Ski nordique

Président en charge des futurs hôtes des Jeux olympiques, Karl Stoss n'a pas caché son envie de revoir l'évènement se dérouler en Asie après...

Biathlon

09:34. Cette semaine, à Oslo (Norvège), l’Union norvégienne de biathlon se réunissait dans le cadre de son vingt-troisième Congrès visant à élire le nouveau...

Biathlon

Ancien biathlète et fondeur des équipes de France, Clément Arnault prend la place de Bastien Moretti comme entraîneur au comité du Dauphiné.

Biathlon

À vingt-deux ans, Eric Perrot s'est déjà affirmé comme l'un des tauliers de l'équipe de France de biathlon. Et c'est avec les dents longues...