Biathlon : Emilien Jacquelin a vaincu son passage à vide

Biathlon, saut à ski, ski de fond, combiné nordique, ski nordique
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

BIATHLON – Dans L’Equipe, Emilien Jacquelin explique qu’il a eu du mal à retrouver la motivation après le fantastique hiver qu’il a connu. Un « passage à vide » désormais derrière lui.

 

Biathlon : une préparation hexagonale pour les bleus

Jusqu’à la fin de la semaine, l’équipe de France de biathlon est en stage à Bessans (Savoie). À partir du 7 septembre, elle ira ensuite à Corrençon dans le Vercors, avant le premier Biathlon Summer Tour de La Féclaz.

Une préparation essentiellement hexagonale en raison du coronavirus. Peut-être les bleus iront-ils en Suède, mais ce ne sera pas avant début novembre. Malgré ces incertitudes, l’heure est à l’entraînement.

 

Nordic Magazine, le numéro 1 du biathlon, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, rollerski, ski nordique - Un magazine, un site web, une web-TV, une application. La référence francophone. Championnats du monde, coupe du monde, Jeux olympiques.

Emilien Jacquelin (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

« À la reprise, je n’avais plus envie », confie Emilien Jacquelin, champion du monde de la poursuite, dans L’Équipe. Dans un long entretien accordé à notre confrère Jean-Pierre Bidet, le jeune homme de 25 ans explique en effet avoir eu du mal à retrouver la motivation après le confinement et à se l’avouer. « Mes rêves d’enfant, c’était de participer aux Jeux et d’être champion du monde. J’ai coché les deux cases et j’ai eu ce coup de blues : “Merde, et maintenant ?” »

 

Les objectifs de Jacquelin

C’est à partir du moment où il a admis traverser « pas vraiment une dépression, juste un passage à vide » qu’il a retrouvé du poil de la bête. « Depuis, j’ai vraiment l’impression de redevenir acteur de mes entraînements », observe-t-il.

Dans sa tête, le Dauphinois s’est d’ailleurs fixé quelques objectifs : « Gagner au Grand-Bo, c’est quelque chose qui me ferait vraiment plaisir. J’aimerais aussi garder mes titres en poursuite et avec le relais, jouer le top 3 du classement général de la coupe du monde », énumère-t-il dans le quotidien sportif. Selon lui, « viser le gros globe reste compliqué ».

De son propre aveu, il doit d’abord encore travailler pour éviter les « moments de bas comme l’hiver dernier ». Après Pékin, devenir numéro un mondial pourrait alors se retrouver dans sa ligne de mire. « Je serai prêt à relever ce défi », annonce-t-il.

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.