Biathlon | Fabien Claude : « Je deviens un meilleur biathlète de jour en jour »

Fabien Claude, biathlon, Oberhof
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – Quelques minutes après avoir participé à la cérémonie des fleurs de la poursuite d’Oberhof (Allemagne) terminée à la quatrième place, le Vosgien Fabien Claude a répondu aux questions de Nordic Magazine.

 

Avec deux tops 10 en deux jours dont cette très belle quatrième place lors de la poursuite saturnale d’Oberhof (Allemagne), Fabien Claude, le biathlète de Basse-sur-le-Rupt (Vosges), s’impose comme le meilleur Français en 2021. C’est dans la bonne humeur et le sourire aux lèvres qu’il a répondu aux questions de Nordic Magazine par visioconférence depuis le camion de fartage des Bleus. Entretien.

 

  • Que retenez-vous de cette course faite de bonnes choses mais se terminant par cette frustration de regarder le podium d’en bas ?

La frustration n’est pas encore là. J’arrive à extraire beaucoup de positif de cette course même si ça n’a pas tenu les cinq tours sur les skis et les quatre tirs… Il y a encore des choses à améliorer mais j’ai envie de me satisfaire de ce résultat. Je suis content d’être de retour dans les six et, deux fois de suite dans le top 10, ça ne m’est jamais arrivé sur un début de période.

 

Tarjei Boe, Sturla Holm Laegreid, Lukas Hofer, Jakov Fak, Johannes Dale, Fabien Claude, biathlon, Oberhof

Tarjei Boe (NOR), Johannes Dale (NOR), Sturla Holm Laegreid (NOR), Jakov Fak (SLO), Lukas Hofer (ITA), Fabien Claude (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

  • Expliquez-vous cette double faute sur le premier debout ?

La première vient après une visée un peu basse. J’essaye ensuite de construire mon tir mais je commets une petite erreur. J’étais dans un état d’esprit d’assurer mes balles pour les mettre au fond et cette première ratée me met complètement sur la défensive. C’est lié à un manque d’engagement mais j’ai réagi sur un dernier tir rempli, justement, d’engagement.

 

« Il manque le petit grain de réussite pour remonter sur la boîte »

 

  • Après avoir réalisé un gros mois de décembre, marqué par deux podiums, aviez-vous une crainte de ne pas confirmer à Oberhof (Allemagne) ?

Même si j’ai bien bossé en faisant notamment des chronos en interne pendant les fêtes, on n’a toujours l’impression que les débuts de périodes nous font perdre nos repères. Les coupures sont courtes et longues à la fois. J’avais envie de bien attaquer mais Oberhof, ça n’a jamais bien marché pour moi. Je ne suis pas sûr que ce soit la piste qui me convienne le mieux avec des très longues bosses. Je suis content que le travail ait payé même s’il manque le petit grain de réussite pour remonter sur la boîte.

pub

 

Fabien Claude, biathlon, Oberhof

Fabien Claude (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

  • Justement, vous sortez du dernier tour en quatrième position à dix secondes de Tarjei Boe : vous y avez cru à ce podium ?

Quand je ressors, je regarde l’écran et je vois tout le monde sur l’anneau. J’ai eu l’impression de revivre le scénario de Kontiolahti… Je m’installe vers neuf, dix pour ressortir quatrième. Je vois que c’est Tarjei devant à dix secondes. J’avais vraiment envie de garder cet écart sur le début du tour pour tout mettre sur la fin. Quatrième est une super place et je ne voulais pas faire un trop gros effort dans la grosse bosse pour le payer ensuite et terminer sixième. Même en partant à bloc, il aurait fallu que je fasse une bosse de marteau pour combler l’écart [rire].

 

« J’ai des bases de plus en plus solides et il me faudrait un petit coup de génie pour passer la seconde »

 

  • En début de course, vous signez un 10/10 lors des tirs couchés : c’est LE bon point de votre poursuite…

J’en avais parlé hier avec les coachs, c’était un objectif. Souvent je sortais un 7 ou un 8/10 sur les couchés en mass-start ou poursuite. On n’a pas le droit à ça si on veut jouer devant. Un 10/10 nous fait forcément remonter au classement. Il faut rester bien concentré sur soi et j’ai l’impression de devenir un meilleur biathlète de jour en jour. Je construis mes courses : c’est ce qui compte le plus. J’ai des bases de plus en plus solides et il me faudrait un petit coup de génie pour passer la seconde.

 

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.