Biathlon | Frédéric Jean : « Une reprise d’entraînement ludique »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – Frédéric Jean, entraîneur de l’équipe de France féminine, explique les adaptations nécessaires pour repartir à l’entraînement et les conséquences du confinement sur la préparation estivale.

 

Confiné dans le Jura, Frédéric Jean explique à Nordic Magazine les conséquences du confinement sur leur préparation estivale. Un mois après la fin de la saison, l’entraîneur évoque également le retour à l’entraînement de son groupe d’athlètes, qui voit revenir Anaïs Chevalier après avoir donné naissance à sa fille à l’automne dernier.

 

  • La fin de saison écourtée a-t-elle modifié votre planning d’entraînement ?

De ce que j’ai vu en fin de saison, les filles n’ont pas fini complètement lessivées avec un besoin énorme de coupure, alors je leur ai demandé de reprendre l’entraînement lundi dernier [13 avril]. En temps normal, elles terminent la saison début avril et on reprend début mai. Là, on a fini la saison le 15 mars, donc la consigne était de reprendre l’entraînement plus tôt car la saison avait été plus courte. Au final ça permet de respecter la même coupure que d’habitude.

 

BIATHLON - Depuis mercredi, les membres de l’équipe de France de biathlon hommes et dames ont posé leurs valises à Beaulieu en Haute-Loire pour le premier stage de l’année.

 

  • Comment avez-vous adapté le programme d’entraînement aux mesures de confinement ?

Les filles ont toutes repris la route de l’entraînement depuis une semaine, à base de home trainer, de petits footings autour de la maison, de séances de renforcement musculaire. Pour celles qui possèdent une caracho [machine à bras qui permet de simuler le travail de poussée simultanée], on met en place des petits circuits de carachos couplés avec du gainage.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

 

« Envisager la reprise de l’entraînement de manière ludique »

 

Je leur ai envoyé des séances d’exercices à faire sur le home trainer. Ce n’est pas un programme, mais plutôt des idées de reprises pour qu’ensuite elles s’adaptent en fonction de leur envie, de la météo, de leur manière de gérer le confinement. Il va falloir être innovant pour que les filles ne se retrouvent pas dans le dur mentalement au bout de quelques jours de reprise d’entraînement. C’est pour ça que les consignes pour les deux semaines qui arrivent, de mi avril à début mai, c’est vraiment de retrouver une petite activité physique pour s’oxygéner, envisager la reprise de l’entraînement de manière ludique. L’idée va être de bricoler jusqu’à la fin du confinement.

 

BIATHLON - Depuis mercredi, les membres de l’équipe de France de biathlon hommes et dames ont posé leurs valises à Beaulieu en Haute-Loire pour le premier stage de l’année.

 

  • Comment allier entraînements et confinement ?

Quand on pratique un sport on a des règles à suivre et là, en confinement, on a aussi des règles à appliquer, c’est comme ça pour tout le monde. Après c’est sûr que c’est dur. Quand tu fais un sport où tu as l’habitude de passer quatre à cinq heures dehors et que tu te retrouves à faire du home trainer dans ton garage et des abdos dans ton jardin, ce n’est pas pareil.

 

« Pour moi, le confinement c’est comme le sport, il y a des règles et il faut les respecter »

 

Mais je pense que ça va, on n’est pas les plus à plaindre. On est tous confinés, athlètes ou non, et les sportifs de haut niveau ont la chance de pouvoir adapter leurs entraînements au confinement. Avec ce qui se passe aujourd’hui dans le monde, il y a des situations bien pires. 

 

  • De quelle manière envisagez-vous la «vraie» reprise, au moment du déconfinement ? 

Malheureusement, comme tout le monde, on est un peu dans le flou. En fonction des mesures prises au moment du déconfinement,  on sera peut-être obligés de revoir notre copie. Si on ne peut pas faire de stages, je me déplacerais voir les filles sur leurs différents centres d’entraînements pour discuter avec elles, organiser des séances à leurs côtés. Pour que, dans l’intention, elles aient l’impression qu’on a vraiment repris. C’est sûr que ce serait complètement différent, mais on n’aurait pas le choix. Il va falloir s’adapter mais pour le moment c’est de l’organisation au jour le jour.

 

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Frédéric Jean avec Justine Braisaz à Arçon, dans le Haut-Doubs

 

  • Quelle sera la principale conséquence du confinement selon vous ?

Il ne faudra pas négliger la charge mentale qu’elles auront eu pendant le confinement. Parce qu’il est clair qu’il y aura plus de séquelles mentales que physiques. Les gens, qu’ils soient sportifs de haut niveau ou «Monsieur et Madame tout le monde», au bout d’un moment ils pètent un câble chez eux. C’est plus à ça que j’essaierai de prêter attention, à cette charge mentale apportée par le confinement.

 

  • Êtes-vous inquiet d’un possible retard dans la préparation physique de vos athlètes ?

Très honnêtement jusqu’à mi mai, voire fin mai, on ne prend pas de retard sur quoi que ce soit. Je sais qu’elles ont toutes la motivation et l’envie de bien faire. Il faudra juste être intelligent dans la manière de reprendre, faire le point avec chacune des filles sur le travail qu’elles auront effectué pendant le confinement.

 

« Je reste persuadé que jusqu’à fin mai on ne prend pas de retard »

 

Respecter les périodes de récupération sera essentiel, même si elles auront l’impression de ne pas avoir fait grand chose. Au final elles vont arriver fin mai avec un mois d’entraînement sensiblement similaire à d’habitude. Mais mentalement, vu qu’elles seront restées à la maison ou autour de chez elles, elles auront l’impression d’avoir rien fait. C’est là qu’il faudra être vigilant. Mais je reste persuadé que jusqu’à fin mai on ne prend pas de retard. Parce que je sais qu’elles auront mis en place les choses à la maison pour reprendre l’entraînement dans les meilleures conditions possibles, je ne me fais pas de souci.

 

Photos : Nordic Magazine.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.