Biathlon | Hochfilzen : comment expliquer les mauvais tir des Françaises

Anais Chevalier, Hochfilzen, biathlon
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – À six, les Françaises ont commis vingt erreurs ce vendredi lors du sprint d’Hochfilzen (Autriche). Un score pas à la hauteur des attentes mais qui s’explique par plusieurs facteurs.

 

Biathlon : un zéro pointé rarissime

Avec une moyenne de plus de trois fautes par biathlète, l’équipe de France féminine n’est pas parvenue à dompter le pas de tir tyrolien lors du sprint d’Hochfilzen. « Quatre fautes, c’est un peu la cata, se désole Anaïs Chevalier, 34e, en zone mixte au micro de La Chaîne L’Équipe. Je ne suis pas là pour ça, c’est trop pour exister. » Jean-Paul Giachino, le coach spécifique du tir, pense que son athlète n’était tout simplement « pas concentrée ». Ce que la Dauphinoise confirme en expliquant « lâcher deux balles au debout, c’est forcément un manque de rigueur, de concentration ».

 

Julia Simon, Hochfilzen, biathlon

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

Pour sa sœur Chloé, qui a raté ses cinq cibles lors du couché, c’est un problème technique qui explique son 4/10. « Chloé devait modifier un petit peu ses réglages mais elle l’a fait mais dans le mauvais sens. C’est rare mais ça arrive… », explique encore Giachino révélant que Justine Braisaz, au contraire, n’a pas bougé ses réglages alors que la situation s’y prêtait. Du côté d’Anaïs Bescond, c’est le tir debout qui pose problème : « Je n’arrive pas à lâcher mes balles et quand je le fais elles ne sont pas dedans… Mes vieux démons me rattrapent », s’inquiète la Jurassienne.

 

Anais Chevalier, biathon, Hochfilzen

Anais Chevalier (FRA) – Nordic Focus

 

Une bosse avant le pas de tir

« Ce n’est pas une bonne performance d’ensemble au tir », résume Caroline Colombo qui explique les vingt erreurs françaises du jour par la bosse présente juste avant le pas de tir d’Hochfilzen. « On a des points de repère, on sait comment il faut faire mais on n’arrive pas à le faire et on se fait encore avoir… », continue-t-elle. Les Bleues savent sur quels points travailler avant le relais prévu ce samedi et la poursuite dominicale. « Ça se met tout doucement en place, ça prend du temps », prévient le sage Jean-Paul Giachino content que Julia Simon, sixième à 8/10, n’ait pas doublé les fautes sur ses tirs.

 

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.