Biathlon | Hochfilzen : le discours qui a remobilisé les Françaises

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – Vendredi soir, après le sprint manqué des Françaises (hormis Julia Simon), Frédéric Jean a parlé devant son groupe pour le remobiliser en vue du relais disputé ce samedi. Brièvement mais efficacement.

 

Biathlon : « Je voulais qu’elles se retrouvent face à elles-mêmes »

Au lendemain d’un sprint marqué par de nombreux échecs derrière la carabine, l’équipe de France féminine a pris la médaille d’argent du relais d’Hochfilzen (Autriche) derrière la Norvège, une semaine après une course cataclysmique à Kontiolahti (Finlande).

Pour en arriver là, Frédéric Jean, le coach du groupe féminin avec Jean-Paul Giachino pour la partie tir, a dû remobiliser sa troupe. « C’était rageant parce que c’était une journée où en tirant à 9/10, on en mettait trois dans les cinq. J’étais intérieurement énervé, mais je l’ai gardé pour moi », explique le Drômois.

Ce n’est que lors du briefing de veille de course que Frédéric Jean a parlé à ses biathlètes, sans hausser le ton précise-t-il : « Je leur ai simplement dit qu’elles avaient toutes un rôle à jouer pour le relais, qu’elles savaient ce qu’elles avaient à faire. Honnêtement, ça a duré une minute. Les deux seules phrases que je leur ai dit, c’était mettre la rigueur et la manière. »

Si, d’ordinaire, il passe dans la cabane le matin glisser un mot sur l’état de la piste qu’il a skié plus tôt à ses biathlètes, le coach physique n’a pas fait l’effort ce samedi : « Je ne voulais pas gâcher ce que je leur avais dit hier. J’avais vraiment envie qu’elles se retrouvent face à elles-mêmes, face au rôle qu’elles avaient à jouer dans ce relais », retrace-t-il.

pub

 

biathlon, Hochfilzen

Anais Bescond (FRA), Julia Simon (FRA), Justine Braisaz-Bouchet (FRA), Anais Chevalier-Bouchet (FRA), Marte Olsbu Roeiseland (NOR), Tiril Eckhoff (NOR), Ingrid Landmark Tandrevold (NOR), Karoline Offigstad Knotten (NOR), Johanna Skottheim (SWE), Linn Persson (SWE), Hanna Oeberg (SWE), Elvira Oeberg (SWE) – Manzoni/NordicFocus

 

« Je ne sais pas où on est allés chercher ce podium »

Visiblement, le message est passé puisque Anaïs Bescond, Julia Simon, Justine Braisaz et Anaïs Chevalier ont termié à la deuxième place. Avec seize pioches. « On prend ce podium mais seize pioches, ça commence à faire beaucoup. Là où il y a eu un manque de vigilance, c’est, justement, sur les balles de réserve. Il y a eu des 4/5 mais, comme on dit souvent, quand on a à piocher, on ne pioche qu’une fois. Là elles ont eu besoin de deux voire trois pioches pour descendre la cible qui restait. C’est là-dessus qu’il y a à gagner », prévient Frédéric Jean, combatif.

« J’y crois encore, je m’investis toujours autant pour elles et j’espère que ça va tourner à un moment donné… Je ne sais pas où on est allés chercher ce podium », termine-t-il.

 

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.