Biathlon : Johannes Boe arrêtera après les JO de 2026

Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

BIATHLON – C’est la grosse actualité du jour dans l’univers nordique norvégien. Le double tenant du titre du gros globe de la coupe du monde de biathlon, Johannes Thingnes Boe, annonce (déjà) son plan pour les futures années… et le moment de sa retraite.

 

Biathlon : Johannes T. Boe objectif Pékin et Turin

Le Norvégien a choisi TV2 Norge pour annoncer son plan de carrière à compter de l’année prochaine. Il a révélé vouloir faire partie des deux prochaines olympiades à Pékin, en 2022, et à Milan-Cortina, en 2026. Après ce qui seront ses quatrièmes JO en Italie, Johannes Thingnes Boe devrait raccrocher la carabine.

« J’irai en 2026, et ce sera fini. Je pense que les années vont aller vite, parce que ma motivation ne fait que grandir. Je pense que les Jeux olympiques de 2026 seront formidables. Il est hors de question d’arrêter avant. Ce sera le bon moment pour dire stop, j’aurai 33 ans. »

BIATHLON - Cette dernière course des mondiaux de biathlon a offert une nouvelle bagarre épique entre Français et Norvégiens. Retour en images sur la course qui a apporté deux nouvelles médailles dans le clan tricolore avec l'argent pour Quentin Fillon-Maillet et le bronze pour Emilien Jacquelin.

Johannes Thingnes Boe (NOR) prendra sa retraite en 2026, à 33 ans.

 

Pas comme Bjoerndalen et Johaug

Lorsqu’on demande au prodige Scandinave s’il ne fera pas pareil que la légende Ole Einar Bjoerndalen, le champion olympique de l’individuel répond vite : « NON, NON, NON, NON, NON. Je pense qu’à 33 ans, il est temps que la vie soit un peu différente des sports de haut-niveau. Et puis j’aurai eu une longue carrière. »

Les experts Norvégiens estiment que Johannes Thingnes Boe pourrait encore être meilleur. Même si les choses ont tourné en sa faveur sur les dernières saisons, un surplus d’entraînement pour le renforcer. Le comparatif avec Therese Johaug est fait.

« Elle met sa vie dans la formation, lance le principal intéressé. Pas sûr que ma formation soit la solution.  Je suis très concentré à l’entraînement lorsque j’y suis. Et, mon expérience me permet de savoir que lorsque je m’entraîne trop, je suis plus fatigué et je dois prendre plus de repos. Je ne pense pas que m’entraîner plus soit la solution pour moi. »

D’autant que le frère cadet de Tarjei ne cache pas avoir trouvé le parfait mélange à l’entraînement. « J’essaie d’optimiser autant que je peux. Si on devient trop rigoureux sur la piste, je vais aller trop vite et avoir un pouls trop élevé sur le tir et manquer des balles. Il faut trouver un certain rythme, et j’ai l’impression de l’avoir trouvé. »

 

Images : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.