Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Julia Simon, biathlon, Oberhof
17.01.2021, Oberhof, Germany (GER): Julia Simon (FRA) - IBU World Cup Biathlon, mass women, Oberhof (GER). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Biathlon

Biathlon | Julia Simon : « J’ai pris beaucoup de plaisir dans la douleur »

Ce dimanche après-midi, Julia Simon est devenue la cinquième biathlète française à remporter une mass-start sur le circuit de la coupe du monde. Quelques minutes après son exploit, la Villaraine est revenue, pour Nordic Magazine, sur cette victoire obtenue au bout de ses forces.

La Villaraine Julia Simon a fait vibrer la France du biathlon ce dimanche 17 janvier. Auteure d’un 17/20 sur le pas de tir, avec un dernier debout parfait qui lui a permis de prendre la tête, elle s’est offert une victoire de prestige dans le temple de l’Arena am Rennsteig d’Oberhof (Allemagne). Pour Nordic Magazine, elle revient sur ce succès, ses doutes et ses aspirations futures. Entretien.

  • Vous êtes allée chercher cette victoire après une fin de mass-start tendue…

C’est pour que ce soit intéressant devant l’écran ! C’était vraiment une sacrée course… J’ai pris beaucoup de plaisir dans la douleur, c’était assez fou. J’ai un peu de mal à me souvenir de ce dernier tour tellement j’étais dans le dur et tellement c’était compliqué. Je ne pensais qu’à faire une poussée de plus de Franziska Preuss pour la rattraper et donner tout ce que j’avais.

Julia Simon, biathlon, Oberhof

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Quelle saveur a cette victoire par rapport à la poursuite de Kontiolahti (Finlande) en mars 2020 ?

C’est différent. Aujourd’hui, c’est un soulagement et beaucoup de satisfaction sur les couchés, qui ont été compliqués pour moi jusqu’à présent. Il y a eu un petit coup de flip sur le premier debout parce que j’étais tellement oxy que mes jambes se sont mises à trembler. Je me suis fait peur, ce qui m’a permis de me remettre dans le match. Cette victoire a la saveur du travail accompli, d’une très belle baston et d’être allée au bout de moi-même. J’ai tout donné, je suis allée la chercher avec les tripes.

« J’ai eu du mal à me relever, j’étais vidée de toute énergie »

  • Quand vous arrivez sur le dernier tir en onzième position, à quoi pensez-vous ?

Dans ma tête, je ne pense pas au résultat ou à ce qu’il se passe devant, je pense juste à mettre mes balles et à un point technique qui me guidait. Il fallait ensuite croiser les doigts pour que les autres manquent leurs cibles… C’est ce qu’il s’est passé aujourd’hui : je profite des erreurs de Dorothea. Tout le monde en fait. Aux Mondiaux d’Antholz, c’était l’inverse. Le vent tourne.

  • Pouvez-vous nous raconter la sortie du pas de tir après le dernier debout où vous ne savez à quelle place vous vous situez dans la course…

Quand je sors, je ne vois pas d’autres noms que le mien et je trouve ça bizarre parce que je pensais que Dorothea Wierer était ressortie devant. En attaquant la bosse, je ne vois personne mais je ne me suis pas emballée et Franziska Preuss me passe devant. Vincent Vittoz me dit que c’est la gagne qui se joue et j’ai eu un sursaut d’orgueil pour m’accrocher et revenir. Quand je l’ai dépassée, je me suis dit qu’il fallait la décrocher. C’est un truc de fou.

Julia Simon, biathlon, Oberhof

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Arrivez-vous à décrire les sensations, dans la douleur, d’un tel effort…

Il n’y a plus rien. J’étais au bout du rouleau… Je ne pouvais pas faire un mètre de plus. J’étais à deux doigts de jeter le pied sur la ligne pour faire passer le transpondeur sans que mon corps ne la franchisse. C’était dur, c’est une piste tellement exigeante. J’ai eu du mal à me relever, j’étais vidée de toute énergie.

« J’avais les idées noires après ce sprint, je voulais aller en ski de fond, j’en avais marre d’aller poncer l’anneau de pénalité »

  • Cette victoire intervient quelques jours après un sprint manqué dans les grandes largeurs : comment êtes-vous parvenue à revenir mentalement pour s’imposer ce dimanche à Oberhof (Allemagne) ?

C’était compliqué… C’est dur d’avoir des objectifs et de voir qu’on n’arrive pas à les atteindre et à mettre les choses en place pour y arriver. J’étais un petit peu perdue, je ne comprenais pas pourquoi ça ne marchait pas ces derniers temps. J’ai un bon entourage, des personnes qui sont là pour me remettre dans le droit chemin. C’est un travail d’équipe, beaucoup de discussions avec Jean-Paul Giachino, Frédéric Jean et Lionel Laurent qui a un regard extérieur. J’avais les idées noires après ce sprint, je voulais aller en ski de fond, j’en avais marre d’aller poncer l’anneau de pénalité. Mais c’est ça aussi le biathlon, passer du fond du classement au top en l’espace de trois jours.

Julia Simon, biathlon, Oberhof

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Cette saison vous êtes sur une dynamique en forme de montagnes russes : est-ce pesant au quotidien ?

Je suis quelqu’un qui s’est construit dans la difficulté, dans les blessures mais c’est épuisant de devoir toujours prouver que j’ai ma place, que je mérite d’être ici. C’est surtout épuisant de devoir me prouver à moi-même que j’ai le niveau. C’est une éternelle remise en question et, parfois, j’aimerais avoir plus de sérénité et ces courses lors desquelles je passe à travers m’obligent à me remettre en question continuellement. C’est là-dessus qu’il faut travailler, sur la régularité, pour pouvoir jouer le général dans quelques hivers, trois ou quatre ans.

  • Vous prenez la tête du classement de la mass-start à égalité avec Marte Olsbu Roeiseland : est-ce un objectif ?

Ça fait forcément plaisir. Ce n’est pas une finalité en soit parce que la mass-start des Mondiaux sera la plus importante de la saison. C’est une super belle course que j’adore. Le premier tour était électrique, c’est génial. Je vais forcément avoir à cœur de défendre ce dossard rouge, c’est un honneur de le porter.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Julia Simon (@julia_.simon)

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus.

L'article continue sous la publicité
pub
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, Saut à ski, combiné nordique, Sports d'hiver, Nordic Magazine, Ski, nordique, vol à ski
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Le biathlète suédois Sebastian Samuelsson, 24 ans, s'est clairement positionné contre le choix de confier les Jeux olympiques 2022 à Pékin (Chine).

Biathlon

C'est l'heure de la reprise de l'entraînement pour le biathlon italien. Entre Val Martello et Antholz, le chemin menant aux Jeux olympiques de Pékin...

Ski nordique

À 19 ans, la Beaufortaine Chloé Pinto est la seule nordique handisport française à évoluer en coupe du monde. Elle s'est longuement confiée à...

Biathlon

Johannes Thingnes Boe a un nouveau sponsor pour les cinq prochaines années. Ainsi, il poursuivra sa carrière jusqu'aux Jeux olympiques de Milan-Cortina 2026.

Biathlon

14:04. Au lendemain de la sélection des premiers fondeurs pour les Jeux olympiques de Pékin 2022, le Comité olympique suédois (SOK) a dévoilé les...

Saut à ski

À seulement 18 ans, Joséphine Pagnier a réalisé une saison 2020/2021 de très grande qualité, remplissant ses nombreux objectifs. Elle se confie à Nordic...

Biathlon

5:41. À partir du 8 mai prochain, un billet de banque créé pour fêter le dixième anniversaire du sacre olympique de la biathlète Anastasiya...

Biathlon

13:52. Ce lundi matin, la star italienne du biathlon Dorothea Wierer, en tant que membre des forces militaires transalpines, a reçu sa première dose...